Navigation – Plan du site
Comptes rendus
1

James McGilvray. The Cambridge Companion to Chomsky

Françoise DUBOIS-CHARLIER
Référence(s) :

James McGILVRAY. The Cambridge Companion to Chomsky. Cambridge University Press, 2005, 284 pp., €27.08, ISBN 0-52-178431-X.

Texte intégral

1Un grand coup de nostalgie pour les linguistes qui ont vécu l'apparition et la diffusion foudroyante de la Grammaire Générative et Transformationnelle de Chomsky (GGT), autour des années 60, quand les bombes que furent Syntactic Structures (1957) et Aspects of the Theory of Syntax (1965) ont secoué l'univers des linguistes du monde entier — ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. C'est un excellent ouvrage pour ceux qui souhaitent (re)découvrir Chomsky : bien écrit, de langue simple et accessible, très informatif et documenté. Ses trois sections présentent trois facettes de l'activité de Chomsky : Chomsky on the human language, Chomsky on the human mind, Chomsky on values and politics — le linguiste, le philosophe, et le citoyen engagé. Ce Companion est une œuvre collective, avec 17 auteurs, tous experts d'un domaine ou d'un autre (des linguistes, des philosophes, des psychologues, des politologues, des journalistes politiques). Une première qualité de cet ouvrage est qu'il ne donne pas du tout l'impression de disparate que donnent souvent les recueils d'articles ; il se présente plutôt comme un manuel suivi, une grande unité de ton soude les contributions en un tout. Une autre caractéristique de ce livre est que, dans la plupart des cas, il présente les problèmes et réflexions comme strictement actuels. En France, il reste quelques générativistes (groupe GLOW), mais beaucoup de linguistes français ont tendance à situer la GGT dans l'histoire. Or ici la plupart des références sont très récentes, qu'il s'agisse des écrits de Chomsky ou de ses commentateurs. Enfin un développement intéressant dans l'introduction relie les trois facettes de Chomsky : ses opinions politiques sont liées à son travail philosophique et scientifique, tous ayant en commun sa conception de l'être humain.

2Le premier volet, Chomsky on the human language, comporte 6 chapitres développant les idées-force de l'optique chomskyenne. La faculté de langage est innée ; les différentes langues ne sont que des réalisations diverses du langage humain, qui est un. Ceci conduit à l'hypothèse de la Grammaire Universelle, au matériau génétique, et aux principes génétiquement encodés. Le chapitre 3 est un bon rappel de l'organisation de la grammaire chomskyenne en niveaux de constitution, et de l'évolution de ses concepts dans les modèles successifs. Sont décrites également (chapitre 4) les découvertes issues des études sur le fonctionnement du “langage” chez le chimpanzé, le langage des signes, le babil des enfants, et sur le tissu neuronal qui sous-tend l'acquisition des langues. Le titre du chapitre 5, Chomsky and Halle's revolution in phonology, parle de lui-même. Le chapitre 6, sur l'acquisition, chez l'enfant, des mots avec leurs propriétés syntaxiques, met en évidence la nécessité de postuler des contraintes et des principes universels. Le chapitre 2 permettra à ceux qui le souhaitent de trouver des références et des résumés pour les principales étapes de Chomsky dans sa conception de la grammaire (le terme est pris au sens très large et inclut les composantes lexicale et phonologique) : la théorie dite standard (1965), la théorie des traces (1975), la théorie du liage (1981), le programme minimaliste (1993, 1995). Pour l'étudiant français : une très bonne présentation de la grammaire générative figurait, sous la plume de J. Guéron, dans Les théories de la grammaire anglaise en France, Hachette Supérieur, 1993.

3Le deuxième volet, Chomsky on the human mind, explore le travail philosophique de Chomsky, autour de l'idée d'une science of the mind — dans laquelle une science du langage joue un rôle prépondérant. Dès les années 50, Chomsky s'est intéressé aux ouvrages historiques de linguistique et de philosophie ; ces lectures l'ont conduit à adopter et défendre ce qu'il a appelé une approche “rationaliste” (à la suite de Descartes, Liebnitz, etc.), par opposition à “empiriste” (à la suite de Locke, Hume, etc.). Le chapitre 7 décrit cette opposition empirisme/rationalisme, qu'on peut illustrer par ces citations :
- pour les empiristes, Learning, the acquisition of ideas and beliefs, is a direct function of the environmental stimulus situation. A central concept is that of a formative stimulus and the leading picture of the mind is a blank, passive, highly receptive, multi-modal, repository of environmental input. (149) ;
- pour les rationalistes, For rationalists, then, experience activates ideas that already inhabit the mind, it does not form them. (...) This view of the role of experience dispenses with the idea that the mind is like a blank wax tablet constructed by experience. The mind does not passively reflect experience but actively participates in interpreting it. (150)

4Le chapitre 8 décrit la conception chomskyenne des “idées innées”, avec une intéressante démonstration concernant les déterminants en anglais. Le chapitre 9 explore un thème méthodologique et philosophique des travaux de Chomsky, à savoir les limites de la recherche scientifique dans l'étude de l'esprit et du langage ; pour Chomsky, la connaissance et compréhension humaine — basée sur des systèmes biologiquement innés — est, du fait de sa nature même, limitée par l'”équipement” cognitif que la biologie nous fournit. Enfin le chapitre 10, Meaning and Creativity, développe l'idée chomskyenne There is little reason to think that there can be a naturalistic externalistic theory of meaning. Il faut adopter une stratégie internaliste : look inside the head. D'excellents exemples sont donnés sur le concept de créativité, sur les rapports lexique/syntaxe, sur les interfaces sémantiques, etc. Et le chapitre se termine sur une transition avec le volet suivant : So humans have the opportunity for linguistic creativity ... built into their biological natures. That helps explain why Chomsky seems to think that one of our fundamental needs as humans is to exercise this opportunity. Fulfilling our natures gives us satisfaction. If so, it is not surprising that Chomsky assumes that an ideal form of social organisation must provide ample opportunity for people to do so. (222) (Cette forme idéale est pour Chomsky l'anarcho-syndicalisme ou socialisme libertaire.)

5Le troisième et dernier volet concerne la pensée et les écrits politiques de Chomsky. Depuis son premier essai, en 1939, sur la montée du fascisme, dans le journal de son école (il avait 10 ans), Chomsky n'a cessé de multiplier les discussions, les articles, les communications, les livres, pour exprimer son opinion sur la politique américaine, opinion qui peut se résumer, très schématiquement, de la manière suivante. Toute la politique et la vie des E.U. sont menées par les puissances privées, économiques et financières, à savoir les “corporations”. Ainsi aucun des “bons sentiments” dont les E.U. se réclament constammment lors de leur interventions militaires à l'étranger n'a de réalité, ni “défendre la démocratie”, ni “apporter la liberté”, ni “libérer les individus d'une dictature”, etc. Quand les E.U. interviennent dans un pays, c'est pour y asseoir leur hégémonie destinée à répondre aux désirs et intérêts des corporations.
- Le Moyen Orient ? Il ne s'agissait pas des droits et déboires des peuples qui y vivent ; il s'agissait de contrôler les ressources pétrolières — d'où successivement l'aide financière et militaire à Israël, le soutien militaire à la Turquie, l'amitié pour les Saoudiens, le soutien à Saddam Hussein tant qu'il se montrait coopératif, etc.)
- Le Vietnam ? Rien à voir avec la version officielle selon laquelle il fallait défendre les malheureux du Sud contre les attaques du Nord. Il s'agissait de contrôler le territoire (If Vietnamese nationalism was successful, it could be a great threat to the Grand Area, and therefore something had to be done about it [State Department]) — d'où les destructions massives : 70 tonnes de bombes par mile carré, 250 kg de bombes par habitant, y compris les bébés.
- L'Amérique latine ? Même chose. Etc.

6Le point fort des écrits de Chomsky, comme le montrent les chapitres de ce Companion, est son apport en documents, archives, dossiers secrets des administrations gouvernementales, annonces falsifiées, etc., le tout montrant les “vraies” intentions des gouvernements des E.U. Particulièrement intéressantes sont les références à Manufacturing Consent (Chomsky 1988). Si le peuple américain ne réagit pas devant toutes ces exactions, ces guerres, ces massacres, ces invasions, c'est parce que, selon Chomsky, l'opinion américaine est totalement manipulée, l'assentiment de la population est obtenu, “fabriqué” de toutes pièces, par la mésinformation : les journalistes tenus au pied, les annonces officielles mensongères, les documents non publiés, etc. Là encore, les écrits de Chomsky sont très documentés. Si les choses sont ainsi, pourquoi Chomsky continue-t-il à se battre (le dernier livre cité dans la bibliographie est de 2003, Hegemony or Survival) ? Réponse dans ce Companion : Chomsky croit à l'homme, à la démocratie, à l'initiative individuelle, aux valeurs du Siècle des Lumières (libertarian socialism), et il ne désespère pas de faire prendre conscience aux Américains qu'on peut réagir contre cet asservissement de la pensée et de l'individu. On connaît en France sa prise de position pour la “liberté d'expression” ( à propos d'un livre parlant de la non-existence des camps de concentration) ; cette prise de position n'était pas politiquement correcte pour l'intelligentsia française — mais dans l'optique chomskyenne, cela se comprend : si l'individu n'était pas si conditionné dans ses jugements par les diktats des médias ou de l'intelligentsia elle-même aveuglée, alors il serait bon que toutes les opinions puissent s'exprimer, et chacun, avec son bon sens inné, pourrait juger de la validité ou de la non-validité des opinions exprimées ou des faits rapportés.

7En conclusion, un tel ouvrage était une sorte de gageure : comme le rappelle l'introduction, au cours des 50 dernières années, Chomsky a écrit plus de 80 livres, écrit des centaines d'articles, fait des milliers de communications ; sa notoriété, dans plusieurs sphères d'action, est mondiale. Mais cet ouvrage s'en tire très bien et dresse un portrait sympathique et cohérent d'un savant intellectuellement exceptionnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise DUBOIS-CHARLIER, « James McGilvray. The Cambridge Companion to Chomsky », E-rea [En ligne], 3.2 | 2005, document 1, mis en ligne le 15 octobre 2005, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/562

Haut de page

Auteur

Françoise DUBOIS-CHARLIER

Université de Provence

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org