Navigation – Plan du site
Recensions

Catherine Resche (dir.), Terminologie et domaines spécialisés

Paris : Classiques Garnier Rencontres/Série Linguistique n° 143, 2015, 264 p. ISBN-13 : 978-2-8124-3809-7
Michel VAN DER YEUGHT
Référence(s) :

Catherine Resche (dir.), Terminologie et domaines spécialisés. Paris : Classiques Garnier Rencontres/Série Linguistique n° 143, 2015, 264 p. ISBN-13 : 978-2-8124-3809-7.

Texte intégral

  • 1 Berne, Peter Lang.
  • 2 Berne, Peter Lang.
  • 3 Le CELTA (Centre de linguistique théorique et appliquée) est devenu le CeLiSo (Centre de linguistiq (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Catherine Resche, professeur d’anglais économique à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et directrice de recherche au CeLiSo à l’Université Paris-Sorbonne, s’inscrit dans une vaste entreprise d’étude et de caractérisation des discours et domaines spécialisés engagée par la directrice depuis plusieurs années. Il suit de près Economic Terms and Beyond: Capitalising on the Wealth of Notions (2013)1, monographie qu’elle consacre à la terminologie en anglais économique, et précède La mise en récit dans les discours spécialisés (2016)2, ouvrage collectif dirigé par ses soins, sur la narration en langues de spécialité. C. Resche est spécialiste de terminologie, en particulier en anglais économique, mais elle accueille dans cet ouvrage qui a trait à la terminologie dans les domaines spécialisés une diversité de domaines et de langues qui en font toute la valeur. Douze contributeurs signent neuf articles portant sur cinq domaines (économie, droit, chimie, nanotechnologies, alpinisme) en cinq langues (anglais, espagnol, italien, français et hongrois). Le volume regroupe les travaux présentés les 18 et 19 janvier 2013 à la Maison de la Recherche de l’Université Paris IV, rue Serpente à Paris, dans le cadre de journées d’étude organisées par le CELTA, désormais appelé CeLiSo3.

2La grande diversité de l’ouvrage est mise en cohérence par un axe fondateur déjà mobilisé dans Economic Terms and Beyond : les termes sont ici envisagés comme des points d’entrée qui permettent d’accéder aux domaines et à leur culture. Dans son avant-propos (p. 7-15), C. Resche met en valeur les apports considérables de l’ingénieur autrichien Eugen Wüster (1898-1977) généralement considéré comme « le père de la terminologie », mais elle prend également ses distances par rapport à une conception trop étroite et prescriptive de la démarche terminologique. Comme Wüster le reconnaissait lui-même, une approche « pure » des termes, c’est-à-dire synchronique et hors de tout contexte textuel ou discursif, est une exigence idéale satisfaite parfois dans certains domaines techniques pointus où des démarches de normalisation s’imposent, mais rarement réalisable dans de très nombreux champs de la connaissance et de la pratique, notamment dans les sciences « douces » émanant des humanités classiques. Les auteurs s’inscrivent donc largement dans une perspective diachronique et donnent au(x) contexte(x) toute leur importance. L’accent est placé sur le caractère « dynamique » de la terminologie illustré par l’évolution des dénominations, les métaphores fondatrices de termes, les emprunts aux autres disciplines, les anomalies… Comme le souligne C. Resche, les termes constituent alors « une voie d’accès privilégiée à l’histoire de la pensée dans un domaine donné » et « sont riches d’enseignement quant aux normes et contraintes des communautés spécialisées et de leurs discours » (p. 9).

3Les trois premières contributions portent sur l’anglais économique et les trois suivantes sur le droit (en anglais, espagnol, italien et hongrois). Les trois dernières concernent l’anglais dans les domaines de la chimie organique, des nanotechnologies et de l’alpinisme. L’éventail disciplinaire est donc vaste et divers et il couvre de larges empans historiques. À de nombreux égards, l’ouvrage présente une dimension « invitation au voyage » qui engage le lecteur à parcourir les univers croisés des termes, des domaines, des métiers, des territoires et des époques.

4Philippe Monneret, Ludovic Desmedt et Lucy Michel (universités Paris-Sorbonne et Bourgogne) se penchent sur « l’analogie médicale dans le discours économique » (p. 17-45) et se demandent pourquoi certaines dénominations de cette catégorie résistent à la terminologisation. Leur étude comporte une dimension théorique (sur l’analogie), s’appuie sur des analyses de corpus (comprenant 113 occurrences) et adopte également une perspective historique remontant au XVIIe siècle. Leur réponse fait intervenir la notion de « sentiment métaphorique » qui, d’après leurs observations, est susceptible d’entraver le processus de terminologisation.

  • 4 Austin, How to do Things with Words, 1975 [1962].

5Jacqueline Percebois (Aix-Marseille Université) consacre son article à l’émergence et à la dilution « du concept d’enabling environment en économie du développement » (p. 48-75). Sa contribution s’inscrit dans la mouvance performative de la linguistique inspirée par les travaux de John Austin4 où les mots peuvent agir sur le réel. Ils participent ici à l’avènement d’un ordre économique amélioré puisque enabling environment est étudié dans une perspective diachronique en regard de quatre autres concepts apparentés et porteurs de la même intention politico-économique de progrès : sustainable development, capacity building, extension et empowerment. J. Percebois analyse en détail la complexité des termes anglais et souligne la « banalité » des équivalents français qui en « diluent » souvent le caractère spécialisé (p. 66).

6Catherine Resche illustre le parti pris « dynamique » des approches dans son étude (p. 78-99) d’un concept central en économie, utility, démarche où « les termes [sont considérés] comme témoins de l’évolution de la théorie » (p. 78). Son récapitulatif analytique des différentes acceptions du terme est très complet sinon exhaustif. Il remonte au XIIIe siècle et passe en revue ce que la plupart des grands penseurs du domaine ont eu à proposer à cet égard, dans les pays anglo-saxons (Smith, Ricardo, Fisher, Samuelson…) et les autres (Condillac, Turgot, Bernouilli, Marx, Pareto…). Après s’être penchée sur les contributions majeures issues de XVIIIe et XIXe siècles, l’auteure met l’accent sur les apports du XXe siècle. La conclusion souligne la fonction de miroir de ce concept fondamental qui a reflété la plupart des grandes évolutions de la théorie économique au fil des siècles.

7Nous abordons ensuite le domaine du droit avec Isabelle Richard (Université de Nantes) qui étudie « Les tautologies en anglais juridique » (p. 101-124). Ces répétitions quasi identiques de la même notion (par exemple aid and comfort, any and all, made and signed) sont fréquentes dans le common law et concernent cinq formes linguistiques très diverses (déterminants, adverbes, noms, adjectifs, verbes). L’auteure retrace les origines anglo-saxonnes et anglo-normandes du phénomène depuis le Ve siècle et en montre le rôle idiosyncrasique dans le droit anglais. La rythmique et l’emphase apportées par les tautologies compensent largement leur redondance, estime-t-elle, et jouent un rôle spécialisé central dans le domaine. L’article n’aborde pas la question de leur traduction qui doit poser des problèmes délicats autant linguistiques que culturels.

8Manuel Torrelas Castillo (Université François Rabelais Tours) reste dans le domaine du droit, bien qu’élargi ici au cadre européen, et il étudie les « spécificités terminologiques et traductionnelles du corpus de l’acquis communautaire » (p. 125-143). Il s’agit de l’ensemble des productions juridiques générées par les institutions européennes depuis leur origine et traduites dans toutes les langues de l’Union. Il se livre à une analyse contrastive français-espagnol d’un certain nombre de termes, notamment les composants de la paire admissibilité/admisibilidad qui, malgré une étymologie manifestement commune, diffèrent largement au niveau sémantique.

9Tímea Drinóczi (Université de Pécs) et Barnabás Novák (Université Károli Gáspár) nous transportent ensuite en Hongrie, pays qui vient de se doter d’une nouvelle constitution nommée Loi fondamentale (p. 145-161). Ils en analysent plusieurs termes dans une perspective contrastive hongrois-italien. L’objectif de ce texte fondateur est de faire renaître la Hongrie post-communiste – sa précédente constitution datait de 1949 – en la faisant renouer avec ses anciennes valeurs. Les auteurs discutent les termes choisis à cet effet par le législateur, notamment « profession de foi nationale », « curie » (cour suprême) et « lois organiques ».

10Sandrine Peraldi (ISIT) nous invite à quitter l’univers des sciences humaines et sociales pour aborder la terminologie anglaise de la chimie organique (p. 163-192). Ses observations surprendront ceux qui escomptent de cette science expérimentale une terminologie wüstérienne satisfaisant aux exigences de la Théorie générale de la terminologie (TGT). L’auteur constate à rebours que l’indétermination (le caractère flou des concepts) et la multidimensionnalité (la pluralité des classements) caractérisent largement le domaine. Pour se dégager de l’imprécision qui en résulte, elle plaide pour une refonte globale de l’approche terminologique en chimie organique à partir de critères plus finement adaptés à la discipline.

11Marie-Hélène Fries (Université Grenoble-Alpes) étudie le rôle des métaphores dans l’intégration conceptuelle et l’élaboration de théories au sein du domaine des nanotechnologies (p. 193-220). Elle se fonde sur une étude de corpus issue d’un glossaire canadien des nanotechnologies comprenant 553 termes. Les figures de style – il s’agit souvent de catachrèses – peuvent suivre des modèles métaphoriques analogiques tels que LES MOLÉCULES SONT DES CONSTRUCTIONS (MÉCANIQUES), L’ÉLECTRICITÉ EST UN COURANT D’EAU ou L’ADN EST UN CODE INFORMATIQUE. L’article montre que, loin de se cantonner à une fonction stylistique, les métaphores « jouent un rôle actif dans la construction du savoir scientifique » (p. 213).

12La dernière contribution, de Séverine Wozniak (Université Grenoble-Alpes), nous introduit dans le monde des métiers – nous somme ici en compagnie des guides de haute montagne – et propose « une analyse terminochronique des néonymes en anglais de l’alpinisme » (p. 221-246). L’enquête remonte aux origines de cette pratique sportive au XIXe siècle en Europe, mais elle englobe également l’importante contribution américaine dont l’auteure est spécialiste, et s’enrichit de fréquentes références à l’expérience française. Elle illustre de nouveau très clairement dans ce domaine professionnel le rôle des termes comme voie d’accès privilégiée aux évolutions et à la culture des communautés étudiées.

13Ajoutons pour conclure que la mise en forme de l’ouvrage est d’excellente facture et qu’il propose des bibliographies étoffées pour chaque article, un index des auteurs et un index des notions, autant d’atouts qui le placent parmi les ouvrages de référence au sein de l’intersection disciplinaire où se mêlent la terminologie et les domaines spécialisés.

Haut de page

Notes

1 Berne, Peter Lang.

2 Berne, Peter Lang.

3 Le CELTA (Centre de linguistique théorique et appliquée) est devenu le CeLiSo (Centre de linguistique en Sorbonne, EA 7332) en 2014.

4 Austin, How to do Things with Words, 1975 [1962].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel VAN DER YEUGHT, « Catherine Resche (dir.), Terminologie et domaines spécialisés », E-rea [En ligne], 14.2 | 2017, mis en ligne le 15 juin 2017, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://erea.revues.org/5799

Haut de page

Auteur

Michel VAN DER YEUGHT

Aix Marseille Univ, LERMA, Aix-en-Provence, France

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org