Navigation – Plan du site

Récits d’un voyage : English Passengers de Matthew Kneale et l’art de l’entre genres

Françoise KRÁL

Texte intégral

  • 1  Voir Linda Hutcheon, A Poetics of Post-Modernism.

1On considère souvent le mélange des genres comme une caractéristique du roman au vingtième siècle, voire même du roman post-moderne,1 et ce à juste titre. Il est vrai que de nombreux écrivains se sont intéressés au concept de genre. D’aucuns, par goût de l’exploration, ont cherché à sonder les frontières parfois poreuses entre genres mitoyens, tandis que d’autres, plus critiques, se sont interrogés sur le bien-fondé d’une taxinomie souvent perçue comme une classification abusive et ont fait de cette entreprise non plus une aventure ludique mais un véritable procès critique de l’idée même de genre et des contraintes qui en découlent. Or avant de devenir une caractéristique du roman post-moderne, l’hybridité générique a toujours été l’une des spécificités d’un genre très ancien : le récit de voyage. En effet, ce dernier a très tôt rompu avec le cloisonnement des genres pour développer une esthétique du patch-work qui rend compte de ses tâtonnements successifs.

2C’est de cette étoffe bigarrée et polychrome qu’est fait English Passengers, le roman de Matthew Kneale  (2000), un roman dont on peut pourtant se demander où il se situe, tant au plan esthétique qu’idéologique. English Passengers est non seulement à la croisée de plusieurs genres, mais il repose également sur un hiatus temporel qui fait toute son originalité. Ecrit à la manière des premiers récits d’explorateurs, il revisite à l’aube du XXIe siècle un genre né à une tout autre époque. Ce faisant, il superpose deux types de problématiques, celle du récit de voyage encore dans une phase de genèse et qui cherche à définir ses modalités narratives, et une problématique apparue plus récemment, qui remet en question jusqu’aux conditions de possibilité d’un discours historique ‘vrai’. Ce roman pose bien d’autres questions, parmi lesquelles : qu’en est-il du récit de voyage à l’aube du XXIe siècle ? Qu’en est-il de cette quête minutieuse du récit vrai et de la peinture d’un réel dont le XXe siècle s’est largement employé à repenser les conditions d’existence? Enfin, peut-on écrire, décrire le voyage comme on le faisait au temps des premiers récits ?

3Afin de répondre à ces questions, je propose d’étudier le fonctionnement du roman et son mode opératoire paradoxal (entre assertion du statut du réel et fuite dans le picaresque), ainsi que le ‘hiatus temporel’ qui résulte de la mise en tension de deux arrière-plans idéologiques. Ceci me conduira à montrer que English Passengers ne s’inscrit pas uniquement dans une démarche esthétique post-moderne, mais qu’il questionne par le biais des genres les fondements idéologiques de deux époques, celle des événements qui servent de cadre au récit (la deuxième moitié du XIXe siècle) et le vingtième siècle. Ceci me conduira à voir comment Kneale  repense la notion de genre en ce début de XXIe siècle. En effet, s’il joue avec les genres, il ne les considère pas tant comme des ‘camisoles de force’ (selon l’expression de Chénetier, 1989) que comme de cadres idéologiques et parfois même ontologiques dont il réaffirme l’importance en tant qu’appareils structurants. Serait-ce là la marque d’une nouvelle esthétique qui s’emploierait à reconstruire ce que le XXe a cherché à déconstruire ?

Le fonctionnement du roman : entre assertion du statut du réel et fuite en avant

4Trois caractéristiques essentielles se dégagent de English Passengers : son étonnante hybridité, son rapport problématique au ‘réel’ (ce que je serais tentée d’appeler sa déstabilisation du statut du réel) et sa polyphonie. Je m’intéresserai dans un premier temps aux deux premières caractéristiques qui sont, comme nous le verrons, intimement liées.

  • 2 Jonathan Raban sur le récit de voyage : “As a literary form, travel writing is a notoriously raffis (...)

5Véritable précurseur du foisonnement générique, le récit de voyage s’est très vite aventuré hors des sentiers battus. On peut voir à cela plusieurs raisons, la principale étant son rapport complexe au réel et son projet conscient ou inconscient de faire que son discours échappe au domaine de la fiction. En effet, parce qu’il a souvent cherché à ‘passer pour vrai’, le récit de voyage a multiplié les preuves tangibles de son attachement au réel.2 Nombreux sont les romans qui se présentent comme des journaux de bord retrouvés quelques années après la fin d’un voyage ou ceux qui intègrent des lettres, des titres de transport ou encore des recettes. English Passengers ne déroge pas à la tradition puisque la narration intègre tout un matériau censé être authentique, dont une des fonctions est de créer un ‘effet de réel’ et de rendre le récit plus crédible, alors même que ce dernier connaît un développement bien peu probable. Telle est la fonction assignée aux notes du docteur Potter, griffonnées et raturées à l’envi ou à la couverture de l’ouvrage du révérend Wilson ‘A Proof against the atheism of geology’ reproduite au tout début du roman et qui introduit par le biais du mot proof le champ sémantique de la vérité. D’autres documents ont une fonction semblable, comme le glossaire situé à la fin du livre et qui répond à une double logique : aider le lecteur à se familiariser avec la langue de l’île de Man, et entériner le statut du récit comme discours vrai.

6A ces artifices apparents, situés à la surface du texte, s’ajoutent d’autres procédés infra-textuels comme la présence d’une trame chronologique tissée de faits réels, connus du lecteur. L’exemple le plus évident est l’insurrection de 1857 en Inde. A la fois date repère et moment charnière du récit, elle permet à la petite histoire de rejoindre la grande par le biais de la rencontre bien peu probable entre Kewley le contrebandier et Wilson l’homme d’Église. En effet, le bateau initialement prévu pour l’expédition de Wilson en Tasmanie est réquisitionné, forçant les membres de l’expédition à embarquer à bord du navire de Kewley, The Sincerity, dont ils sont loin d’imaginer qu’il s’agit d’un navire de contrebande. L’événement est mentionné à plusieurs reprises et le fait qu’il soit connu de plusieurs personnages renforce si besoin est cet effet de toile de fond historique. Jonah Child fait une première fois référence à cet événement dans le premier chapitre (I assumed you’d heard. There’s been a terrible rebellion by the Bengal army. Delhi has fallen and hundreds of poor women and children are feared brutally murdered (Kneale 30)). Puis cette date est de nouveau mentionnée dans le sermon d’un prêtre qui rappelle à ses fidèles que l’Empire est menacé, (‘these terrible events in India.’ (33). Les événements de 1857 et les contraintes qui en découlent permettent donc aux différents personnages de se rencontrer et aux différents récits de s’entrecroiser, tout en ajoutant à l’effet de réel.

  • 3 “Much of its ‘factual’ material in the way of bills, menus, tickets-stubs, names and addresses, dat (...)

7Pourtant, cette assertion du réel est contrebalancée par une irruption du picaresque, notamment dans le récit du capitaine Kewley. Les nombreux passages picaresques qui ponctuent le roman reprennent les figures imposées de ce genre comme l’embuscade, la bagarre ou encore la fuite. Cet apparent double mouvement d’ancrage dans la réalité et de fuite dans le picaresque renvoie au fonctionnement paradoxal du récit de voyage contemporain qui, parce qu’il apporte les preuves de son authenticité, s’autorise quelques écarts.3English Passengers reprend de toute évidence cette caractéristique du récit de voyage contemporain.

8On peut voir dans ce double mouvement une sorte de garde-fou dont la seule fonction serait de maintenir le roman dans une logique de vraisemblance. On peut aussi se demander, et c’est là une hypothèse plus probable, s’il ne s’agit pas plutôt de mettre en place les éléments d’une critique de l’Histoire dont le discours officiel empreint de solennité et de méthode cache une réalité beaucoup plus chaotique et où les événements répondent aux lois de la contingence et du désordre. Enfin, et c’est là une hypothèse tout aussi vraisemblable, on peut voir dans cette opposition manifeste souvent exagérée une mise en garde au lecteur ainsi invité à ne pas se laisser manipuler. Ces diverses hypothèses renvoient au caractère moderne de English Passengers, point sur lequel je reviendrai ultérieurement.

9Outre cette ambiguïté originelle du roman, la mutation générique reste le trait le plus caractéristique de English Passengers. Non seulement le roman fait feu de tout bois et juxtapose différents types d’écrits, mais il joue aussi sur la transformation de l’écrit et le passage d’un genre à un autre, questionnant ainsi la catégorie même de genre dont l’enfermement et le cloisonnement peuvent alors sembler artificiels. Lorsqu’il lit English Passengers, le lecteur a l’illusion d’assister à la genèse d’une œuvre, comme lorsqu’il lit les notes biffées et raturées du docteur Potter dont il apprendra à la fin du roman qu’elles ont donné lieu à un ouvrage scientifique reconnu.

15th February

Soon after set out this morning path split. One way SW, other SE. Latter = most promising since left Wilson’s mountains ! Selves began nervously following but it keeping direction. Must surely lead selves towards settled districts. Only hope = not already too late. (Kneale 367).

10English Passengers suggère également, en filigrane, diverses questions d’ordre narratologique qui, malgré leur résonance dans le roman post-moderne, rappellent au lecteur les interrogations posées dès le XVIIIe siècle par des romans comme The Life and Opinions of Tristam Shandy de Sterne. Parmi ces questions : doit-on décrire le ‘réel’ dans ses menus détails ? Doit-on faire intervenir la subjectivité du narrateur ou bien doit-on tendre vers la neutralité la plus parfaite afin de laisser émerger le réel ? Si certains narrateurs du roman de Kneale cherchent à agrémenter leur récit d’un pittoresque parfois forcé, d’autres comme Potter, insistent sur le caractère presque scientifique de leurs observations et mettent un point d’honneur à produire un compte-rendu journalier dans un style simple et presque télégraphique.

Only one little affected = half-caste (no shoes), who = scampering though oblivious. This = further instance of his speedy reversion to aboriginal savagery. Other instances : return to near nakedness, sleeping outside, eating vilest raw foods, etc. etc. All = v. useful re notions. Definitive proof that when two Types= unnaturally mixed, characteristics of lower type shall always prevail. Intend call this axiom Potter’s law. (344)

  • 4  Pour une étude sur la construction de la vision scientifique eurocentrée comme norme universelle, (...)

11Or le style simple et sans artifices de Potter cache mal son empressement à établir des liens de cause à effet des plus discutables et sa tendance à généraliser à partir de situations particulières. C’est par ce biais que Matthew Kneale  amorce un procès critique de pseudo-sciences comme la phrénologie et souligne les dérives du darwinisme social.4

12English Passengers met également en scène l’évolution de certains textes qui passent d’une fonction langagière à une autre. On peut par exemple passer de la fonction phatique à la fonction émotive ou à la fonction poétique. Ce glissement est tantôt anticipé, tantôt non ; il est parfois conscient (dans le cas d’un stratagème comme celui de Potter) mais peut aussi échapper à la vigilance du narrateur et devenir insconscient. C’est le cas des lettres écrites pour ne pas être lues comme la lettre de George Baines à sa famille. Au lieu de servir de support à la communication et de permettre un échange d’informations, cette lettre devient le lieu d’un monologue intérieur qui a pour seule fonction de soulager celui qui l’écrit. La lettre en question contient de nombreuses révélations quant aux pressions dont le personnage est victime de la part des responsables administratifs de la colonie, pressions qui l’ont conduit à céder et à signer une fausse déclaration accusant les Aborigènes d’avoir attaqué les Blancs et non l’inverse. C’est précisément parce que cette lettre est une déclaration compromettante qu’elle ne peut être envoyée et la phrase de Baines dénonce le fonctionnement d’un système dans lequel l’écrit sert d’outil de légitimation abusif et officialise des déclarations mensongères.

Often have I thought of you, gazing upon a class of pupils through your spectacles, so stern and wise, and always knowing, with such ease, what is right. (…) It is a trifling thing, I dare say. Try as I may, though, I simply have not been able to rid it from my thought. So now , Father, I have written it all, every part. It is for that reason , I know that this letter will never be sent . (Kneale 61-74).

  • 5  Jakobson dénombre six fonctions langagières (la fonction référentielle, la fonction emotive, la fo (...)

13Dans cette lettre on remarque tout d’abord que la fonction phatique du langage se trouve très vite reléguée au second plan5 au profit de la fonction émotive. On remarque également que l’écrit revêt une dimension particulière, très importante dans de nombreux récits de voyage, puisqu’il devient le lieu d’une prise à témoin et de ce que l’on pourrait appeler un ‘monologue dialogique’. En effet, dans cette lettre, le personnage fait non seulement entendre sa voix mais aussi celle d’un autre personnage de son pays natal dont la fonction est de rappeler à l’ordre le voyageur et de le forcer à répondre de ses actions alors qu’il se trouve dans une contrée où le système judiciaire n’est pas encore en place et où la loi reste souvent lettre morte. Dans cette lettre que Baines écrit à son père, il ne s’agit pas tant de donner des nouvelles que de se confesser, voire de se justifier devant celui qui fait figure de surmoi, ce père que Baines imagine debout devant sa classe en train d’enseigner, c’est-à-dire en plein exercice de sa sagesse et de son autorité. La véritable fonction de cette lettre est de servir de tribunal de la conscience et de préserver le personnage d’une perte éventuelle de ses repères dans un contexte où la loi du talion et celle du plus fort se sont substituées au ‘tu dois’ kantien. Il faut aussi signaler que ce thème de la perte des repères est renforcé par le motif de l’île, de ce no man’s land entre deux continents qui rend nécessaire l’invention d’un lieu de dialogue, même si ce dialogue se termine par un monologue.

14Cette étude du rapport que English Passengers entretient avec le réel, nous a permis de mettre au jour un fonctionnement paradoxal. Il convient à présent de tenter de mieux cerner la finalité de ce double mouvement d’assertion et de négation du réel en nous intéressant à la multiplication des voix narratives et à l’exercice de voix mêlées qui est une des prouesses de Matthew Kneale .

Un fonctionnement paradoxal pour un questionnement quant à la possibilité même d’un discours vrai.

15Une des spécificités du roman de Kneale  est son oscillation permanente entre différents points de vue et à travers ces points de vue différentes représentations du monde, un monde kaléidoscopique aux mille facettes souvent contradictoires et antagonistes qui laissent émerger un questionnement caractéristique du XXe siècle.

  • 6  Le récit de Wilson rappelle les récits de voyages avant que Marco Polo ne montre que ‘l’on peut ob (...)

16Ce qui pose problème dans English Passengers n’est pas tant le fait que plusieurs genres s’y côtoient ni que le récit oscille entre fiction et réalité. C’est surtout le fait qu’il y existe plusieurs récits d’un même voyage, pas simplement au sens où les modalités de rendu de ce voyage varieraient en fonction du narrateur, mais au sens où la réalité qui se profile à l’horizon des trois récits principaux du début du roman, celui de Potter, celui de Wilson et celui de Timothey Renshaw donne à découvrir trois expéditions dont la finalité même diffère d’un récit à un autre et ces finalités divergentes s’incarnent dans des genres différents. Pour le révérend Wilson, qui entreprend ce voyage suite à une controverse dogmatique et quitte non sans appréhension et pour la première fois son Angleterre natale avec la conviction que le jardin d’Eden se trouve en Tasmanie, cette expédition est avant tout une mission spirituelle dont la finalité est d’éclairer ses semblables. Wilson entend défendre le dogme en réfutant l’hypothèse émise par des géologues selon laquelle la terre aurait plusieurs milliers d’années. Kneale  revisite ainsi la tradition des récits de voyage anciens (jusqu’à Marco Polo) qui avaient pour but de confirmer les Écritures saintes.6 Le récit de Wilson est fortement mis en question par un autre récit, celui du capitaine Kewley, le capitaine du bateau qui permet à Wilson de mener à bien son expédition. Kewley est en fait un contrebandier et son bateau recèle des produits de contrebande. Les deux autres récits principaux sont ceux de Timothey Renshaw, jeune botaniste en herbe oisif, et observateur désintéressé, et enfin celui du docteur Potter, pour qui ce voyage est l’occasion de partir à la découverte de la différence dans un périple qui rappelle fortement les expéditions de Darwin, même si ses méthodes de classification des races selon les particularités physiques font davantage penser aux phrénologues. Si cette multiplication des points de vue aboutit dans la suite du roman à une mise en regard des versions données par les différents narrateurs (six narrateurs principaux et treize narrateurs secondaires) le début du roman offre au lecteur des représentations tellement contraires de voyages aux finalités radicalement opposées que l’on a parfois peine à imaginer qu’il s’agit du même voyage.

17La structure du roman et son oscillation constante entre les différents points de vue fait de ce roman un récit à plusieurs voix auquel on pourrait appliquer le concept bakhtinien de polyglossie. Plusieurs voix se répondent et derrière elles différents acteurs de la société anglaise du XIXe et de sa bourgeoisie émergente. Le trio principal, constitué de Potter le chirurgien, de Wilson l’homme d’Église et de Renshaw le botaniste est bientôt rejoint par d’autres locuteurs, y compris des narrateurs qui incarnent les points de vue antagonistes, comme le bagnard Jack Harp, exilé loin du sol anglais ou celui du jeune aborigène Peeway. A la différence de nombreux romans de l’époque, les indigènes, qui étaient jusque-là des objets d’observation, disséqués au figuré dans les observations minutieuses de Potter et au propre dans les autopsies sauvages pratiquées sur des cadavres volés, sont ici dotés d’une voix.

18Cette construction en contrepoint a deux conséquences principales. La première est de laisser émerger une véritable perspective et de permettre au lecteur de situer les différents regards offerts par les narrateurs. En effet, les récits en contrepoint permettent de construire une image du réel à la croisée des différents récits. Le récit du bagnard Jack Harp vient ainsi nuancer la vision fantasmée de Wilson qui voit dans la Tasmanie la Terre Promise. Sa vision des choses permet de mettre en évidence le décalage entre discours et réalité, représentation fantasmée et réel. De façon assez ironique d’ailleurs, le rêve de Wilson contient plusieurs références à la colonie pénitentiaire, références qui laissent entrevoir les limites de la vision idyllique de Wilson.

‘THAT NIGHT I WALKED in Van Diemen’s land. Through the furthest wilderness I strode, where no Christian had yet trod. Before me rose up cliffs steep as fortress walls, though these were like no ordinary cliffs, being white and smooth as polished alabaster. Humble yet fearless, I began to climb, surmounting boulders and chasms, reaching ever higher, till I finally stood upon a mighty peak and, there before me, miraculous to behold, lay the greenest land that ever was.’(Kneale  16).

19Certains contrepoints ont aussi pour fonction de produire un relâchement de l’intensité dramatique. Plusieurs épisodes du récit de Kewley reposent sur l’utilisation habile de l’ironie dramatique. A l’instar de Wilson, qui se laisse facilement convaincre que les deux personnes qui tentent d’empêcher le navire de quitter le port sont des habitants sympathiques venus souhaiter bonne route à l’équipage, le lecteur comprend qu’il s’agit de deux douaniers venus fouiller le bateau.

I had never seen the Manxmen, who were usually the slowest of creatures, displaying such lively animation. (…) It was only then that I noticed a puzzling sight behind us. There on the quayside (…) there stood two fellows, both waving excitedly in our direction. Potter had seen them too. ‘Who on earth are they ?’ he called up to Kewley. ‘Them ?’ The Captain rubbed his chin with his hand, squinting at the pair. ‘Ah, they’ll be well-wishers.’ Their waving somehow seemed not quite right. ‘Are you sure ?’ Rather than answer he turned and gave a great shout. ‘Come along, boys, give a wave to the well-wishers.’ After a moment’s hesitation the whole vessel, from deck to highest rigging, became bedecked with waving arms. Curiously enough this appeared to diminish rather than add to the enthusiasm of those on the shore. (174).

20Outre la convergence d’informations rendue possible par cet exercice de voix mêlées, ces changements de point de vue ont aussi pour conséquence de faire apparaître un décalage entre ce qui est dit et ce qui existe réellement. C’est en cela que ce roman a une résonance post-moderne car il ne cesse d’interroger le décalage entre discours historique et vérité historique questionnant par la même la possibilité d’un discours vrai. En effet, il montre comment tout discours est une construction qui résulte d’une série de choix, à commencer par celui du point de vue et n’est donc pas un simple reflet du réel.

Hiatus temporel et idéologique

  • 7 Turnbull a notamment commenté leur manque d’ingéniosité their ‘want of constructive ingenuity, and (...)

21Ce qui fait aussi l’originalité du roman de Matthew Kneale  est sa mise en perspective idéologique. J’entends par là la façon dont il met en évidence la présence dans ces récits d’une même époque, de différents ‘discours’ (au sens où Foucault a utilisé ce terme). Pour saisir toute la richesse du roman de Matthew Kneale, il convient de replacer le texte dans la lignée textuelle à laquelle il renvoie. Outre le voyage en lui-même, le thème central de ce roman est la thématique des premiers contacts entre colons et indigènes, qui a été maintes fois décrite par les explorateurs bien avant de servir de sujet à des œuvres de fiction. Cette découverte de l’altérité a généré deux visions antagonistes et tout aussi extrêmes : l’une voit en ces indigènes démunis de véritables brutes7 et l’autre, plus positive mais tout aussi fausse, voit en eux de ‘bons sauvages’ donnant à l’homme moderne l’illusion de contempler l’enfance de l’humanité, comme dans cet extrait de The Baudin Expedition and the Tasmanian Aborigines (Peron 1983)

This happy trust of the inhabitants in us, the affectionate display of benevolence they lavished on us, the sincerity of the behaviour towards us and the frankness of their manners, the touching ingeneousness of their cares, everything seemed to combine to form in us feelings of the most tender interest. (Peron 23).

22Il convient donc de resituer English Passengers dans la tradition des récits de voyages ‘réels’, c’est-à-dire des carnets d’explorateurs comme Cook et Baudin, mais aussi dans celle qui lui fait suite, celle des premières œuvres de fiction australiennes qui s’inspirent souvent des thèmes de l’exploration, de la conquête de l’Ouest australien ou des premiers contacts entre indigènes et colons. Dès le XIXème siècle la fiction australienne a cherché dans son histoire coloniale une source d’inspiration et s’est fabriqué des héros comme pour mieux asseoir son identité. Il faudra attendre le XXème siècle pour que l’indigène sorte de l’arrière-plan auquel il semblait condamné. Les romans Queen Trucanini (1976) de Nancy Cato et Vivienne Rae Ellis et The Savage Crows de Drewe abordent directement la question des premiers contacts entre Blancs et aborigènes de Tasmanie, mais il faudra attendre les années 1960 pour que la version aborigène se fasse enfin entendre avec l’apparition sur la scène littéraire australienne d’écrivains aborigènes. L’un d’entre eux, Mudrooroo, écrira Doctor Wooreddy’s Prescription for Enduring the Ending of the World en 1983. Ce roman, inspiré de l’histoire des premiers contacts entre colons et aborigènes raconte la fin tragique de Truganinni, la dernière aborigène de Tasmanie. Ce roman présente de nombreuses similitudes avec English Passengers — tous deux sont inspirés des carnets du missionnaire Robinson. On retrouve notamment le thème de la première rencontre entre le colon et l’indigène ainsi que les différentes étapes de l’acculturation des aborigènes qui passe par la perte du nom puis des coutumes traditionnelles.

23Outre le dialogue entre deux voix qui se répondent, celle du colon et celle du colonisé, Matthew Kneale  jongle habilement avec des points de vue clairement enracinés dans une époque donnée. Le récit que fait Baines de ses premiers contacts avec ces indigènes est de toute évidence marqué par le discours, voire les clichés de l’époque. L’exemple qui suit dit toute la difficulté qu’il y a à parler de l’autre, à dire cette altérité que l’on ne parvient à définir que par la négative.

  • 8  Je souligne.

It was on my second such expedition that we came upon some of the Van Diemen’s Land natives. We were crossing an area of open grassland when we caught sight of some sixty of the fellows idling beside a campfire,8 and I must tell you they were quite the strangest creatures I have ever set eyes upon. They were tall , and some might have called them handsome in their savage way, though all, male and female, were in a state of utter nakedness. If their appearance were not startling enough it was rendered more so by the curious way they arranged their hair : the men had theirs stained with some form of red-coloured substance, so it fell in thick strands, like scarlet ropes, while the women kept their heads close-shaven so they were almost hairless ( a style which could hardly have been described as ladylike) (62)

24Ce passage, qui imite à merveille le discours de l’époque à laquelle le récit se passe (soit la deuxième moitié du XIXe), est contrebalancé par les récits de Peeway, qui eux représentent un autre point de vue, un point de vue que l’on n’entendra que bien plus tard avec l’apparition des premiers romans aborigènes dans les années 1960. Le roman de Matthew Kneale  joue donc sur un hiatus temporel et idéologique en juxtaposant deux visions appartenant à deux époques différentes (le XIXème siècle, qui sert de cadre à l’histoire et le XXème siècle, époque à laquelle le roman a été écrit).

25Nous avons fait jusqu’ici état de la présence apparente d’un point de vue et d’une vision à l’œuvre dans le récit de voyage. Il ne faut cependant pas oublier que quand bien même le récit de l’explorateur échapperait aux stéréotypes de la glorification de l’indigène ou au contraire à une dépréciation abusive de ce dernier, l’implicite du récit et ses interprétations potentielles ont des conséquences au moins aussi importantes que l’explicite du texte. Dans son ouvrage Imperial Eyes, sur le développement des explorations et des récits qui en résultent, Mary Louise Pratt souligne l’importance de l’utilisation a posteriori des récits d’explorateurs. Elle rappelle notamment l’intérêt peu dissimulé des gens de commerce pour les écrits des premiers explorateurs, leurs témoignages et leurs cartes qui servent à s’approprier les richesses de ces terres inconnues (ce qu’elle appelle ‘commercially exploitable knowledge’). Pratt met donc en évidence la disjonction entre l’intention de l’explorateur et l’utilisation de ces écrits, aussi scientifiques soient-ils, et rappelle que de nombreux voyageurs payaient leur voyage en fournissant des rapports détaillés de leurs explorations, lesquels étaient par la suite utilisés à des fins commerciales. Pratt s’intéresse également à la notion de neutralité scientifique et montre que même l’approche la plus scientifique n’est en fait qu’une construction qui convertit un point de vue interne à une culture, celui du scientifique européen, en une vision prétendument extérieure, globale, détachée et fiable.

Natural history asserted an urban, lettered, male authority over the whole planet, it elaborated a rationalizing, extractive, dissociative understanding which overlaid functional, experiential relations among people, plants, and animals. In these respetcs, it figures a certain kind of global hegemony, notably one based on possession of lands and resources rather than control over routes (38).

  • 9  Le concept de Terra nullius, qui a servi à justifier la colonisation du territoire australien n’a (...)

26Pratt en déduit également que si cette vision scientifique n’a pas de visée économique immédiate (‘is not transformative’, ‘doesn’t install any apparatus of domination’) elle peut potentiellement servir de support et de légitimation à une logique de domination et de colonisation. L’analyse de Pratt fournit une clé de lecture intéressante au discours de Potter. En effet, si Potter adopte un ton ‘neutre’ et dissimule son ego sous des formes grammaticales qui l’occultent - comme l’élision systématique du pronom personnel de la 1ère personne du singulier , certes lié à l’utilisation du style télégraphique - il construit de toutes pièces un pseudo-discours scientifique qui dissimule mal sa vision subjective et eurocentrée (et même anglo-centrée dans la mesure où Potter n’a de cesse d’affirmer la supériorité de la race anglaise sur les autres races européennes). On peut également rapprocher les textes de Potter de l’analyse de l’oisiveté que fait Coetzee dans White Writing (Coetzee, 1988). Dans cet ouvrage Coetzee montre que la pastorale africaine ne peut que produire une image partiale et subjective de l’homme de couleur et ce en raison du lien qui l’unit à l’entreprise coloniale. Coetzee montre comment la représentation de l’homme noir sert à légitimer la colonisation en véhiculant l’image d’un indigène oisif, paresseux et incapable de mettre en valeur les ressources du sol africain. En effet, le Noir ne peut être décrit comme un être travailleur et méritant, sans quoi la colonisation du territoire par les Blancs deviendrait critiquable et les enjeux économiques liés à l’exploitation des ressources naturelles n’apparaîtraient alors que trop clairement. Cette analyse s’applique très bien au cas de l’Australie dont on sait que la colonisation a été justifiée par le concept de terra nullius.9 En apportant la preuve que le sol n’était pas exploité et donc qu’il n’appartenait à personne, on a rendu légitime l’occupation du territoire par d’autres que par les Aborigènes.

27La mise en regard des différents textes qui se réclament tous d’une certaine objectivité et d’une neutralité scientifique dans une œuvre contemporaine, adressée à un lectorat sensible aux logiques qui sous-tendent les discours coloniaux a donc pour effet de mettre au jour les rouages et les stratégies discursives qui sous-tendent tout discours.

28C’est donc dans un va-et-vient entre deux époques que le roman prend tout son sens. Jamais ‘installé’ mais toujours mouvant, il oscille au rythme du regard des nombreux narrateurs. Roman atypique, English Passengers l’est certainement, même si la thématique à laquelle il renvoie revient de plus en plus fréquemment dans nombre d’œuvres contemporaines, et en particulier sous la plume d’écrivains ‘post-coloniaux’. En effet, s’il ‘revisite’ l’histoire coloniale en incluant le point de vue du colonisé, ce roman conserve une position médiane et s’enracine dans un entre-temps et un entre-lieu du discours qui lui permet de déployer une méta-perspective qui dépasse les cloisonnements idéologiques et évite l’écueil d’une synthèse utopique. L’art de l’entre genres que pratique Matthew Kneale  n’a pas seulement une finalité esthétique qui se limiterait à une mise en question des conventions génériques ; c’est une démarche qui vise à recontextualiser les récits parallèles dans leurs époques respectives. Plutôt que d’être remis en question, le concept de genre s’y trouve réaffirmé en tant que cadre idéologique permettant au récit de ne pas s’abîmer dans un jeu de transgressions superficielles des codes — ce que l’on a souvent reproché à certains romans post-modernes du XXè - mais de penser l’hybridité dans toute sa profondeur idéologique et ontologique. On peut d’ailleurs se demander si après avoir souvent remis en question le bien-fondé des genres au vingtième siècle, la littérature du XXIème siècle ne va pas redécouvrir le genre en tant que cadre idéologique à une époque où la globalisation, l’hybridation et les migrations bouleversent les repères individuels et collectifs.

Haut de page

Bibliographie

Borm, Jan. Le récit de voyage contemporain. Thèse non publiée, Université Paris VII, 1994.

Cato, Nancy & Vivienne Rae Ellis, Queen Trucanini. London: Heineman, 1976.

Chénetier, Marc. Au-delà du soupçon: la nouvelles fiction américaine de 1960 à nos jours. Paris: Seuil, 1989.

Coetzee, J.M. White Writing, On the Culture of letters in South Africa. New Haven: Yale University Press, 1988.

Drewe, Robert. The Savage Crows. Sydney: Collins, 1976.

Hutcheon, Linda. A Poetics of Postmodernism. History, Theory, Fiction. London: Routledge, 1998.

Jakobson. Essais de linguistique générale. Paris: Editions de Minuit, 1966.

Johnson, Colin. Doctor Wooreddy’s Prescription for Enduring the Ending of the World. Melbourne: Hyland House, 1983.

Kneale , Matthew. English Passengers. (Hamish Hamilton, 2000). New York: Anchor Books, 2001.

Peron. The Baudin Expedition and The Tasmanian Aborigines. 1802. Ed.N.J.B. Plomley. Hobart: Blubber Head Press, 1983.

Pratt, Mary Louise. Imperial Eyes, Travel Writing and Transculturation. London: Routledge, 1992.

Raban, Jonathan. For Love and Money, Writing Reading Travelling, 1968-1987. (Collins Harvill, London, 1987). Collins Harvill, London, 1988.

Turnbull Alexander. A Voyage Round the World. London, 1813 (2nd edition).

Haut de page

Notes

1  Voir Linda Hutcheon, A Poetics of Post-Modernism.

2 Jonathan Raban sur le récit de voyage : “As a literary form, travel writing is a notoriously raffish open house where different genres are likely to end up in the same bed. It accommodates the private diary, the essay, the short-story, the prose poem, the rough note and polished table talk with indiscriminate hospitality.”’ (Raban 253).

3 “Much of its ‘factual’ material in the way of bills, menus, tickets-stubs, names and addresses, dates and destinations, is there to authenticate what is really fiction, while its wildest fictions have the status of possible facts.” (Raban 253-4).

4  Pour une étude sur la construction de la vision scientifique eurocentrée comme norme universelle, voir ‘The Empire looks back; Turning back the gaze on the observing subject.’ Kral, article à paraître dans Confluences24, printemps 2005.

5  Jakobson dénombre six fonctions langagières (la fonction référentielle, la fonction emotive, la fonction poétique, la fonction conative, la fonction phatique et la fonction métalinguistique).

6  Le récit de Wilson rappelle les récits de voyages avant que Marco Polo ne montre que ‘l’on peut observer le monde sans y chercher à tout moment une confirmation des écrits bibliques.’ Voir Borm, 1994, 37.

7 Turnbull a notamment commenté leur manque d’ingéniosité their ‘want of constructive ingenuity, and mechanical genius’, (90).

8  Je souligne.

9  Le concept de Terra nullius, qui a servi à justifier la colonisation du territoire australien n’a été remis en cause qu’à la fin du XXè siècle, suite aux pressions de militants aborigènes conduits par Eddie Mabo. Suite à la loi Mabo les Aborigènes sont aujourd’hui en mesure de revendiquer certaines terres si toutefois ils arrivent à prouver qu’il s’agit de lieux de culte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise KRÁL, « Récits d’un voyage : English Passengers de Matthew Kneale et l’art de l’entre genres », E-rea [En ligne], 3.1 | 2005, mis en ligne le 15 juin 2005, consulté le 24 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/615 ; DOI : 10.4000/erea.615

Haut de page

Auteur

Françoise KRÁL

Université Paris X
Françoise Kral est maître de conférences à l'Université Paris X. Spécialiste des littératures du Commonwealth, elle a publié plusieurs articles sur la représentation des figures historiques dans la littérature australienne et a édité un recueil de textes Re-presenting otherness, Mapping the colonial self/ Mapping the Indigenous other in the literatures of Australia and New Zealand. Elle travaille actuellement sur la question des identités interstitielles dans la fiction contemporaine (Philip Roth, Monica Ali).

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org