Navigation – Plan du site
Comptes rendus
8

Sophie Marret & Pascale Renaud-Grosbras, eds. Lectures et écritures du Mythe

Jacqueline BERBEN-MASI
Référence(s) :

Sophie MARRET, Pascale RENAUD-GROSBRAS, Lectures et écritures du Mythe. Presses Universitaires de Rennes, 2006, 324 pp., €18, ISBN 2-7535-0210-2

Texte intégral

1Dense, érudit, diversifié, ce recueil d’articles fort approfondis et documentés explore le mythe sous de multiples facettes et formules en les illustrant au moyen d’applications littéraires sur des œuvres connues par tout lecteur de la littérature anglophone.

2Comme l’a signalé il y a presque un demi-siècle Joseph Campbell, l’universalité des thèmes du mythe chez l’Homme relève de notre psyché commune partagée. Cet ouvrage en apporte encore une preuve. Faire des recherches sur le mythe dans la littérature nous amène forcément à la psychanalyse, comme l’attestent les contributions à ce livre. D’une part, les mythes et légendes classiques grecs et romains réapparaissent dans des œuvres parfois inattendues; idem les mythes fondateurs des sociétés nordiques, arctiques, orientales, sud africaines, américaines des deux continents, etc. D’autre part, le mot mythe s’entend à tour de rôle comme mystère, phénomène sans explication, contre-vérité, idéologie, psychisme ou archétype et cela, dans le cas présent, avec des exemples bien illustrés. Même là où d’autres chercheurs ont déjà ouvert le débat, les critiques réunis ici innovent par l’attention portée aux détails, par l’étendue de leur analyse, par la pratique de méthodes contemporaines et par l’ancrage dans la théorie psycho-socio-littéraire de géants comme Sigmund Freud, Otto Rank, Carl Jung, Mircéa Eliade, Claude Lévi-Strauss, Joseph Campbell, Jacques Lacan, Roland Barthes, Northrop Frye, Gérard Genette et Paul Ricœur.

3Bien que d’une valeur et d’un intérêt équivalents, ces essais sont trop riches pour nous permettre de n’en signaler plus que certains textes particulièrement frappants, sans forcément tenir compte des regroupements pratiqués par les responsables du recueil.

4Deux regards complémentaires portés sur Frankenstein nous ouvrent de nouvelles perspectives sur cette indémodable œuvre fantastique. Le premier s’articule autour du complexe d’Œdipe, interprétation lancée par Morton Kaplan en 1973, mais qui se base ici sur des arguments nouveaux qui analysent Mary Shelley autant que ses deux protagonistes principaux. En fin de compte, Pascale Renaud-Grosbras reconnaît que Frankenstein serait moins un Œdipe moderne “que l’inscription littéraire du fantasme premier” (24), toujours bien dans la ligne freudienne. La seconde étude, par Sophie Marret, commence par établir un parallèle entre Mary Shelley et Victor Frankenstein, entre son roman à elle et sa créature à lui avant de se mettre à retracer l’Odyssée dans les pérégrinations de l’homme à la poursuite du monstre, approche révélatrice et originale. Percutante aussi est l’analyse du thème de Frankenstein sur la base du mythe du bon sauvage corrompu par la société. Ensemble, ces deux essais nous font redécouvrir le monstre et son créateur, ainsi que l’auteur Mary Shelley par le biais de ses rapports avec sa propre mère, Mary Wollestonecraft, comme des êtres bien plus complexes, profonds et attachants que l’image renvoyée par la culture populaire ; ils sont aussi porteurs d’un message social souvent sous-évalué.

5L’incontournable Shakespeare n’est pas négligé. En effet, Sterenn Le Coadou démontre comment Romeo and Juliette reprend, approfondit, élargit les mythes d’Amour et Psyché, de Pyrame et Thisbé, de Tristan et Iseult. En bref, Shakespeare aurait reproduit la tradition de la Liebestod, l’amoureuse morte, exprimée dans le langage poétique et symbolique des vers qui ont un lien direct avec le domaine des mythes. Le rapport étroit entre mythe et poésie avait déjà été établi par Mircéa Elliade et développé par Roland Barthes comme système sémantique, comme le signale Le Coadou dans les notes. Ces amoureux classiques reviennent sur la scène dans une autre pièce de Shakespeare lorsqu’il pastiche les circonstances désespérées de leur vie à la fin de A Midsummer Night’s Dream , une comédie qui ne serait autre qu’une relecture grotesque des Métamorphoses d’Ovide, selon Delphine Lemonnier-Texier dans une étude très bien agencée et agréable à lire.

6D’autres chefs-d’œuvres construits autour des mythèmes et analysés de ce point de vue dans Lectures et écritures du Mythe comprennent The God of Small Things d’Arundhati Roy (le mythe de l’éternel Adam sur fond de colonialisme et jeu entre “alter monde” et “alter discours”) ; The Eye of the Storm de Patrick White (le drame converti en équations mathématiques) ; Middlemarch de George Eliot (la prétendue objectivité du naturalisme scientifique); Women in Love de D. H. Lawrence (un mélange de mythes du monde entier mais surtout de l’Apocalypse) ; La Lettre Écarlate de Nathaniel Hawthorne (le signe de l’interdit entre l’idéal et la réalité dans le puritanisme) ; et Coming through Slaughter de Michael Ondaatje (la création imaginaire d’une légende disparue). Restent encore plusieurs essais qui mettent tous en valeur des mythes différents, les uns inuits, les autres des paradoxes “d’école” ou encore des projections sur des phénomènes naturels “de ce drame intérieur et inconscient de l’âme” (289). Aux yeux du puriste, ce mélange de genres pourrait nuire ; à mes yeux, ce regroupement d’histoire de dieux, de légendes classiques, de mystères, d’idéologies et de jeux d’esprit et de rébellion contre les modèles sacrés par l’usage est très enrichissant.

7Un seul bémol : dans une collection de travaux d’anglicistes, la quasi-absence de critiques émanant du corpus des études de anglophones sur les œuvres traitées.

8En somme, ce tome promet de nouvelles ouvertures sur des lectures “canoniques”, autant pour le spécialiste que pour l’étudiant, qu’il soit futur enseignant ou simple amateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacqueline BERBEN-MASI, « Sophie Marret & Pascale Renaud-Grosbras, eds. Lectures et écritures du Mythe », E-rea [En ligne], 4.2 | 2006, document 8, mis en ligne le 15 octobre 2006, consulté le 24 mai 2017. URL : http://erea.revues.org/715

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org