Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Writings for a Democratic Society: the Tom Hayden Reader

Hélène CHRISTOL
Référence(s) :

Tom HAYDEN. Writings for a Democratic Society: the Tom Hayden Reader San Francisco: City Lights, 592 pages, 2008. ISBN 978-0-87286-461-0

Texte intégral

1L’année 2008 a vu la commémoration du quarantième anniversaire des années soixante. Cette période, riche en mouvements sociaux aux Etats-Unis et en Europe, a été soumise à des lectures contradictoires : critiquée ou bien louée, ses effets ont été revendiqués ou niés et elle a connu thuriféraires et détracteurs.  Ces divers points de vue témoignent d’un débat, toujours ouvert, sur la grandeur et décadence des idéaux de ce qui en France fut nommé « l’esprit de mai 68 ».  L’ouvrage, publié par City Lights, éditeur bien connu de San Francisco pour ses choix éditoriaux non-conformistes et souvent radicaux, s’insère dans cette révision des années soixante en donnant la parole à l’un de leurs représentants américains parmi les plus illustres, Tom Hayden.  Comment trouver en effet meilleure incarnation du débat sur les valeurs et l’héritage du « Mouvement » que celle qu’offre le défenseur des droits civiques des Noirs, le fondateur de la Nouvelle Gauche, l’accusé du fameux procès des sept de Chicago, l’opposant à la guerre du Viêt-Nam, le mari de la Jane Fonda qui alla à Hanoï rencontrer les dirigeants du Nord Viêt-Nam, bref le militant né politiquement dans les années soixante et associé en 2007 par Barack Obama lui-même au courant des « Tom Hayden Democrats », trop à gauche pour que le nouveau candidat à la présidence veuille leur être identifié?

2Writings  for a Democratic Society: the Tom Hayden Reader rassemble les textes écrits par Tom Hayden entre 1961 et 2008, pamphlets, extraits de livres publiés, discours, sermons, projets de loi ou programmes politiques, articles de journaux surtout, un ensemble dense et foisonnant de plus de 550 pages. Ils font entendre la voix d’un homme de 69 ans, témoin privilégié des cinquante dernières années d’histoire américaine, mais aussi organisateur inlassable, acteur militant, « nouveau journaliste », sénateur de Californie.  Ses engagements multiples et ses fonctions l’ont placé au cœur de la plupart des controverses et des combats qui ont émaillé l’histoire récente des Etats-Unis, de la formation de la Nouvelle Gauche et du combat pour les droits civiques, évoqués dans les premiers textes du livre, à la guerre en Irak, qui est l’objet du dernier article, « Our Gulag : the Secret State of Torture » d’octobre 2007. La présentation des textes est en partie chronologique, mais ménage des parenthèses thématiques ou personnelles : citons par exemple trois articles sur la violence des gangs, ou des pages plus intimes consacrées aux racines irlandaises de Hayden, à ses parents et à ses mariages.  Plus classiques sont les regroupements d’autres articles, les premiers autour des thèmes de la Nouvelle Gauche et des droits civiques, où sont intégrés des extraits du Port Huron Statement qui fonda le syndicat étudiant SDS et d’un ouvrage sur les émeutes raciales de Newark. Une section est consacrée à la guerre du Viêt-nam et au mouvement contre la guerre. Deux parties correspondent aux expériences de sénateur de Hayden et évoquent les politiques publiques qu’il a défendues (une centaine de textes législatifs) ainsi que ses analyses en politique étrangère, Prague, la première guerre du Golfe, le Chili, Israël et Cuba.  Enfin, en conclusion de l’ouvrage, deux parties, à la fois contemporaines et prospectives, traitent de la mondialisation, de l’environnement et de la guerre en Irak.

3La simple lecture du projet en montre l’ambition et fait craindre qu’à trop vouloir embrasser, l’ouvrage ne sombre dans le superficiel ou l’éparpillement. Cependant, ce qui sert de colonne vertébrale à ces textes de nature et de longueur différentes, c’est la voix de Hayden, définie dès les premières pages dans une excellente introduction, intitulée « On Writing », où il donne au lecteur les clés de son style et de ses engagements.  Distinguant trois phases dans sa vie d’activiste, il se livre à un travail critique sur ses premières années qu’il décrit comme celles de son « idéalisme » de jeune radical et repose en particulier le problème de la violence à laquelle il fut un moment identifié, mais qu’il rejeta à la fin des années soixante. « If as Clausewitz wrote, violence is politics by other means, then I believe we must use the nonviolence of the word to explore openings which make political change an alternative to violence » (13) souligne-t-il dans un article, phrase qui ouvre et explique la deuxième phase de sa biographie où pendant plus de vingt ans, de 1976 à 2000, il participe à la vie politique de son pays, comme journaliste et surtout comme élu en Californie.  Sénateur démocrate, marié, avec un enfant et une famille (il reconnaît avec humour, « It wasn’t exactly Norman Rockwell, but we made a family », 280), il est responsable de multiples activités et s’engage dans la formation d’un mouvement politique progressiste qui se penche sur les problèmes sociaux de son état, éducation, urbanisme, gangs, prisons, environnement. Enfin, depuis 2000, est venu le temps de l’écriture et des bilans que cet ouvrage vient confirmer.  Se définissant comme un « awakened eyewitness to new social movements », il retrouve d’une certaine façon les préoccupations de sa jeunesse, cet ouvrage étant à la fois la somme d’une existence et un retour aux origines, thème politique et personnel, comme en témoigne son retour au pays natal, l’Irlande de ses ancêtres, victimes de la grande Famine dont il évoque les drames en des pages émouvantes au cœur du livre.  Là se trouve l’une des forces de Writings for a Democratic Society : portrait d’un militant de notre moitié de siècle, mais aussi réflexivité critique de ce regard sur son parcours dont, reprenant l’image émersonienne, il tente de saisir la circonférence et donc le sens , « like a circle, ever enlarging, but returning always to its own beginnings » (14).

4A ces origines comme en 2007 sont toujours liés le sentiment d’une injustice à combattre et le rêve d’une société nouvelle, comme en témoigne le titre de l’article sur l’insurrection Zapatiste « In the Beginning is the Dream : Thoughts on the Zapatista Insurgency », insurrection dans laquelle Hayden voit le modèle d’une révolution issue de la base, fondée sur l’autonomie et la construction d’une communauté alternative. Outre le portrait d’un « participatory witness » comme Hayden se définit lui-même actuellement, l’ouvrage édité par City Lights s’inscrit donc aussi parmi les textes tentant d’écrire une histoire alternative des Etats-Unis.  En déconstruisant les lignes de l’histoire officielle, cette histoire se construit à partir des acteurs oubliés, au bas de l’échelle sociale, et développe des valeurs sur lesquelles des militants comme Hayden, malgré des divergences internes, veulent construire une société plus fraternelle et une démocratie participative.  Ce n’est pas un hasard si Hayden se laisse tenter par l’hypothèse altermondialiste, si, dans plusieurs textes, il cite Paine et ses pamphlets révolutionnaires ou Camus et l’obligation de résister, s’il choisit d’intégrer à son Reader l’introduction d’un ouvrage qu’il est en train d’écrire  et qui sera une révision de l’histoire de son pays depuis les origines.  Howard Zinn est évoqué plusieurs fois, en particulier son ouvrage A People’s History of the United States.  Si Hayden considère Zinn comme son mentor et reprend sa conception d’une histoire issue du peuple qui l’a vécue et écrite, il critique cependant son interprétation des mouvements sociaux qui n’auraient que des effets marginaux sur les pouvoirs à la tête de la nation.  Pour Hayden, Zinn minimise trop les effets réels que peuvent avoir ces mouvements ainsi que l’action des élus pour transformer les Etats-Unis.  L’ouvrage qu’annonce Hayden devrait analyser de façon positive tous les changements provoqués par les mouvements des années soixante.  Vision plus optimiste que celle qu’il exprime dans un autre ouvrage de 2005, où il analyse l’assassinat de Kennedy comme cause de la mort du potentiel progressiste des années soixante.  Ce meurtre, suivi de celui de M.L.King et de Robert Kennedy, a fait de la génération des années soixante les « might-have-beens », expression d’un regret et d’une occasion manquée.   

5Writings for a Democratic Society est donc un ouvrage à recommander à quiconque s’intéresse aux mouvements sociaux, à l’histoire des idées qui ont influencé ces dernières décennies, et aux écritures d’une histoire alternative, née dans les années soixante.  Fils de la classe moyenne blanche, mais aussi engagé aux côtés des Noirs et des pauvres, radical et révolté, mais aussi progressiste et réformiste, observateur et témoin, mais aussi militant et acteur, habitant de marges alternatives, mais aussi élu et sénateur, Tom Hayden est certainement un personnage de notre temps. Rassembler ces textes, écrits sur une période de cinquante ans, permet de mettre en lumière les contradictions, les retours en arrière, les nostalgies, les quelques mesures de valse-hésitation entre centrisme et positions plus radicales, entre mainstream et ruptures, mais aussi la loyauté à certains engagements, l’énergie du vieux combattant, la fidélité à un rêve et la persistance d’une vision alternative qui ne peuvent laisser le lecteur indifférent. Sans oublier ce travail de réflexion, qui avec la maturité, donne à certaines parties de l’ouvrage une réelle profondeur philosophique :  « As the Jesuits insist, contemplation in action is the ideal», écrit Hayden dans son article « On Writing ».  « To understand events, one must participate in them while critically observing others and oneself at the same time… I will continue to write as long as curiosity keeps me alive » (15-16).   

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène CHRISTOL, « Writings for a Democratic Society: the Tom Hayden Reader », E-rea [En ligne], 7.1 | 2009, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 26 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/908

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org