Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Robert C. Roberts et W. Jay Wood. Intellectual Virtues, An Essay in Regulative Epistemology

Patrick DI MASCIO
Référence(s) :

Robert C. ROBERTS et W . JAY WOOD. Intellectual Virtues, An Essay in Regulative Epistemology. Oxford : Clarendon Press, 2007. ISBN 9780199283675

Texte intégral

1Les questions classiques de l’épistémologie sont bien connues: qu’est-ce que la connaissance ? Que puis-je savoir ? Quels sont les fondements du savoir ? Roberts et Wood font remarquer que depuis Platon, les philosophes ont apporté à ces questions les réponses les plus variées et les plus contradictoires de sorte que les débats épistémologiques ont atteint des degrés de sophistication tels que le temps où l’honnête homme pouvait sans trop de difficultés lire la réponse de William James à Clifford sur la croyance et la preuve, ou la réponse de l’empirisme au rationalisme semble devenu préhistorique. Nos deux auteurs ne sont pas les seuls à ajouter le soupçon de stérilité au constat de la complexité. La notion d’épistémologie régulatrice intervient à la suite de ce constat. « [Regulative epistemology] tries to generate guidance for epistemic practice » (21). Autrement dit, il s’agit de s’interroger sur la façon dont nous devons guider notre entendement et comment nous devons arriver à nos croyances. L’entreprise qui a des précédents – Descartes, Locke – est ici éminemment sociale et pratique. Il ne s’agit pas seulement d’analyser les conditions formelles de fabrications des énoncés constitutifs du savoir, mais de s’intéresser à la nature des traits qui font d’une personne un « excellent agent épistémique », enquête qui mène à un certain nombre de principes (323). « Clearly, such guidance is not a set of action rules: do this and do that […]. It is more in the nature of a map of personality ideal whereby one might come to see where one stands, relative to one or another set of coordinates of the ideal » (323).

2Un exemple pourra nous aider à mieux comprendre où nos deux auteurs veulent en venir. L’enseignant est un de ces agents épistémiques dont ils parlent, chargé de la transmission du savoir. Dans son enseignement, le professeur utilisera différentes techniques, il s’appuiera sur des compétences. Certes. Mais d’autres paramètres, disons éthiques, s’invitent dans la situation pédagogique. Cet enseignant est-il sincère dans sa démarche ? S’intéresse-t-il au contenu de son enseignement ? Son action est-elle guidée par l’amour de son sujet et de sa transmission ou par le carriérisme ? Joue-t-il à faire le professeur pour satisfaire ses fantasmes de réussite ou bien est-il motivé par l’amour du savoir ? Quand il répond à une question, se saisit-il de l’occasion pour se mettre en valeur, ou bien fait-il preuve « d’empathie, d’attention, de courage, d’amour du savoir, d’humilité, de patience » (141) ? Nos deux auteurs plaident – qui ne le ferait pas ? – pour une heureuse alliance entre expertise et vertu. Du côté de l’étudiant, des vertus sont également requises : l’humilité, le courage de montrer son ignorance, le respect du professeur. Bref, une situation épistémique réussie, qu’il s’agisse de la fabrication du savoir ou de sa transmission, combine savoir et vertu. Les auteurs ne cherchent pas à dissimuler leur appartenance à la tradition chrétienne (155) et invoque volontiers Aristote et la supposée passion épistémique de l’homme. Pourquoi pas ?

3En plus de propos d’une telle hauteur de vue, le lecteur est notamment gratifié d’un passage sur les petites lâchetés collectives du monde universitaire où il est question de la tendance de bien des départements à recruter des collègues qui ne feront pas d’ombre aux personnes en place (222), exemple typique ou le manque de courage – grande vertu intellectuelle s’il en est — mène tout droit à la médiocrité – c’est en tous cas ce que disent Roberts et Wood (222).

4Mais puisqu’il s’agit de philosophie et non d’une discussion entre collègues nostalgiques d’un temps où parler « d’amour du savoir » ne faisait pas sourire, il faut bien mettre en évidence l’intention philosophique de nos deux auteurs. Il semble bien qu’ils cherchent à conforter une posture idéaliste et universaliste. Richard Rorty constitue une de leurs cibles, pour ne pas dire leur cible de prédilection.

5Le cœur de l’affaire se trouve dans un long passage situé aux pages 226 à 228 que les deux auteurs donnent comme un moment d’une discussion où il s’agit de distinguer le courage – le vrai, à la Socrate – de l’intrépidité irresponsable (recklessness) dont fait preuve Rorty dans son œuvre de façon générale, mais tout particulièrement dans cet extrait de son texte « Universality and Truth » publié en 2000 :

I don’t see anything herrschaftsfrei [autoritatiste] about my handling of my fundamentalist [au sens religieux] students. Rather, I think those students are lucky to find themselves under the benevolent Herrshaft [domination] of people like me, and to have escaped the grip of their frightening, vicious, dangerous parents… I am just as provincial and contextualist as the Nazi teacher who made their students read Der Stürmer [journal nazi]; the only difference is that I serve a better cause (226).

6Roberts et Wood tentent de réduire l’argument en pensant prendre Rorty à ses propres contradictions. En effet, pensent-il, cette remarque sur la meilleure façon de traiter les étudiants fondamentalistes est en contradiction non seulement avec ce que nos deux auteurs nous disent des vertus enseignantes (humilité, patience, empathie, etc.), mais elle entre en contradiction avec ce que Rorty dit de la cruauté dans son texte « Orwell on Cruelty ». Rorty nous explique que O’Brien torture Winston en lui assénant que deux plus deux font cinq, mais qu’au fond, la vérité ou la fausseté de l’énoncé est secondaire dans l’administration de la torture. La cruauté, dit Rorty, vient du fait qu’O’Brien tente de faire exploser le vocabulaire final de Winston, c'est-à-dire l’ensemble des énoncés par lesquels Winston se rend le monde pensable. Double accusation contre Rorty donc : 1°) Rorty fait preuve de cruauté en refusant de prêter une oreille complaisante à ses étudiants fondamentalistes, 2°) Rorty nous dit qu’au fond, qu’un énoncé soit vrai ou non ne fait aucune différence.

7On ne peut soupçonner nos deux auteurs d’ignorance ou de mauvaise foi, mais faut-il qu’ils soient remontés contre Rorty pour passer sous silence l’argument pragmatique de ce dernier.

8Quand Rorty parle de « frightening, vicious, dangerous parents », il veut dire que ces fondamentalistes sont de son point de vue, effrayants, mal intentionnés et dangereux. En effet, qu’on leur laisse une chance, et demain Darwin sera mis à l’index au profit du créationnisme ; qu’on leur laisse une chance, et adieu la laïcité de droit. Oui, ces individus sont dangereux quand on croit au pluralisme démocratique. Mais Rorty ne croit pas qu’il existe un fondement ultime propre garantir son argument. En ce sens, il est tout aussi provincial qu’un professeur nazi mais il se trouve que sa cause est tout simplement meilleure. Tout ce qu’il peut faire – ne pouvant « prouver », piège des fondationnalistes en philosophie – c’est essayer de convaincre autrui en proposant sa propre façon de voir les choses qu’il considère comme « meilleures » — tout comme le Nazi trouvera meilleure sa propre idéologie.

9Est-il « cruel » d’agir de la sorte ? La question permet de montrer les limites de cette épistémologie de la vertu. Faut-il prêter une oreille complaisante à tous les arguments ? Faut-il montrer des limites à l’empathie ? Que Roberts et Wood proposent-ils de faire si d’aventure un étudiant se lançait dans une diatribe anti-sémite ? Qu’est supposé faire dans ce cas « l’agent épistémique » sur l’estrade, c’est-à-dire l’enseignant ? Comment reconnaître l’empathie légitime de la complaisance coupable ?

10Faire part de son opinion en essayant d’en convaincre l’autre, persuadé que son opinion est la meilleure et qu’elle vaut la peine d’être exprimée : voilà la cruauté dont Rorty serait coupable. Par contre, nos auteurs ne voient pas que leur démarche qui avance précédée de la pompe universaliste a la violence des visées normatives. En invoquant l’amour du savoir, le courage et quelques autres vertus, on se donne le beau rôle – Staline, professeur de morale ? — au prix d’un formidable déni de réalité. En ajoutant les apories du bien à celles du vrai – discours auquel la tradition culturelle confère un effet de vérité, illusion dont on ne se débarrasse qu’au prix d’une généalogie —, on se range du côté des « bons » contre les irresponsables de tous bords, notamment Rorty, mais on peut penser que Nietzsche, Marx, Freud comme praticiens du soupçon, ou Kuhn et sa vision politique de la science, sont eux aussi sur la liste noire des intellectuels « vertueux ».

11La seconde accusation est facile à contrer : quand, dans le cas d’O’Brien et Winston, Rorty nous dit que la vérité de l’énoncé est secondaire, il n’assume pas un relativisme absurde – contrairement à ce que veulent suggérer nos deux auteurs. Il veut tout simplement dire que ce qui est en cause, c’est la violence inhérente au fait de vouloir imposer une idée par la force. Peu m’importe que celui qui me fait violence parle en son nom ou au nom de la vérité. En appeler à la vérité pour justifier la violence est un tour qui, depuis l’Inquisition, nous rappelle de mauvais souvenirs : Rorty n’a pas voulu dire autre chose. Entre les certitudes inavouées de la connaissance vertueuse et le gai savoir, il faut choisir son style.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick DI MASCIO, « Robert C. Roberts et W. Jay Wood. Intellectual Virtues, An Essay in Regulative Epistemology », E-rea [En ligne], 7.1 | 2009, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://erea.revues.org/920

Haut de page

Auteur

Patrick DI MASCIO

LERMA, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org