Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christian La Cassagnère. John Keats, Les Terres perdues (biographie)

Marc PORÉE
Référence(s) :

Christian LA CASSAGNÈRE. John Keats, Les Terres perdues (biographie). Paris: Editions Aden, 2008. 637 pages, 37 euros.

Texte intégral

1Les terres perdues est le récit d’une vie dans l’écriture, comme le prévoit l’esprit de la collection, « Le cercle des poètes disparus », dirigée par Robert Bréchon, et illustrée avec éclat par le regretté André Bleikasten, dans sa superbe biographie de Faulkner. Dans l’étude de Christian La Cassagnère, romanticiste hors pair, on retrouve la même rigueur des analyses, la même distinction des formules, la même maîtrise sans faille du corpus, que chez le grand faulknérien, la différence venant peut-être ici d’une empathie plus marquée, sensible dans les poignants chapitres de la fin, quand la tristesse, mêlée de pudeur, l’envahit à l’évocation des misères et embarras de toute sorte qui firent des derniers moments de Keats un martyre, voire une Passion. Mais là où Bleikasten donne l’impression que les romans dictent la pluralité et la diversité des interprétations, La Cassagnère fait, lui, le choix d’une biographie-diagnostic, d’abord, d’une biographie à thèse, ensuite. D’emblée, dès la disparition de Frances, la mère de John Keats, alors âgé de quatorze ans, le symptôme clinique (puis critique) est posé, et la couleur affichée : mélancolie endeuillée, à l’origine d’une écriture saturnienne, inspirée de Dürer, noire comme la bile. D’où cette Mélancographie, voire cette mélancophilie, où se fondent écriture de mélancolie et mélancolie de l’écriture, marquée au sceau de la séparation d’avec le premier et unique objet d’amour, si l’on en croit un certain Freud.  

2C’est ce qui fait que l’étude fascine et trouble à la fois. Elle fascine, au regard de l’extrême brièveté de la vie et de la carrière poétique, par ses six cent trente pages d’une exceptionnelle densité critique, ainsi que d’une peu commune générosité : l’auteur nous gratifie d’une pléiade d’explications de texte, toutes magistrales, qui renouvellent le genre et témoignent d’une science interprétative au sommet de son art. Et il est heureux qu’à la « largesse » de Keats, le mot est de Starobinski, et il sonne juste tant le poète anglais était incapable de mégoter ses élans d’amitié, ou de réfréner ses ardeurs, corresponde une « savoureuse abondance » au moins comparable dans le déchiffrement et le frayage de ses pensées « conçues » au long cours. Elle fascine encore par la cohérence absolue de la démarche, convoquant avec une pertinence jamais prise en défaut les travaux de Freud, sur le deuil, le désir et la loi, de Lacan, sur la Chose et mille autres choses encore, de Julia Kristeva, sur le soleil noir de la mélancolie, de Roland Barthes, sur le plaisir du texte, mais aussi le fading de la voix ou la lecture amoureuse. Du reste, si la biographie retient à ce point l’attention, c’est qu’elle nous montre un biographe superlativement absorbé, tout occupé à soigner son propre rapport exclusif au livre, c’est-à-dire à l’Image, « comme l’enfant est collé à la Mère et l’amoureux suspendu au visage aimé », selon les termes mêmes de Roland Barthes. A l’évidence, lui-même « ami intime du soleil qui mûrit », La Cassagnère aime d’amour les phrases et les signifiants keatsiens, tout comme il est épris de ces années brèves mais profondes, et sa lecture-passion—mais elle se veut aussi « conspiration »—donne en retour à chérir Adonais, nom donné à Keats par Shelley dans l’élégie qu’il lui consacra. De là l’extraordinaire degré d’intimité—d’empathie—avec le texte et la vie du poète que son étude révèle, on allait dire qu’elle trahit, mais il n’y aurait aucun mal à cela, bien au contraire. Couronnement de toute une carrière de chercheur, Les terres perdues témoigne et bénéficie à la fois d’un degré de maturation—le mot keatsien par excellence—parvenue à son comble. Réhabilitation long overdue d’Endymion, revalorisation des deux Hyperion, poétique de la « grandeur circonscrite », topologie du « sujet qui a lieux », lecture flottante (entre correspondance et œuvre poétique), parturition de l’Ode keatsienne à partir du sonnet, parenté plus profonde qu’il n’y paraît avec Wordsworth, rapprochements avec Baudelaire, Nerval, Ted Hughes—on ne compte plus les heureuses trouvailles ou les redécouvertes fécondes à mettre au crédit de cette passionnante étude. Les terres perdues, enfin, séduit en faisant de l’œuvre de Keats un ensemble où tout se tient et se lie—se lit, par voie de conséquence—: voir la façon admirable dont il est montré combien l’ode à l’Automne supplée la fin manquante du Fall of Hyperion, et comment l’Ode sur l’Indolence récapitule les grandes odes de l’annus mirabilis.

3Mais il arrive aussi qu’elle trouble, quand elle paraît donner le sentiment que Keats n’aurait jamais écrit qu’un seul et même poème, ou que la perte de la mère serait érigée en grille de lecture unique. Parfois, à lire certaines des phrases que livre le biographe, on pourrait penser que c’est l’ « écriture », et non l’écrivain, qui compose les poèmes, que c’est le « mythe personnel » qui dicte sa loi à l’œuvre, ou que seul le texte « travaille ». Sacralisation de l’écriture et disparition du sujet auraient-ils partie liée ? L’addiction dont témoigne la moindre ligne signée Keats confirmerait, si besoin était, et sans coup férir, cette très peu résistible absolutisation. Souvent dans cette biographie, à l’exception, sans doute, des derniers chapitres, le vécu, la circonstance, dont la correspondance se fait le reflet ou le miroir, se voient dépassés, transcendés, au profit du métapoétique, ou du mythème. C’est du reste sans détour que La Cassagnère fait de l’œuvre le lieu où s’origine la vie, inversant par là même la direction et le sens des priorités en vigueur dans les biographes plus classiques. Pour le dire autrement, la relation réversible, ambiguë, entretenue entre vie et écriture, qui fait que la seconde précède la première tout autant que le contraire, est ici théorisée—à la lumière, encore et toujours, des intuitions keatsiennes telles qu’elles s’expriment dans la toujours éclairante correspondance. Par définition déhistoricisées, parce qu’universalisantes, les analyses en prise sur le psychisme du créateur, et de la création, en viennent, tôt ou tard, à prendre leurs distances avec le contexte. Tant la démarche s’affirme de bout en bout conséquente, nul ne songera à en faire le reproche à Christian La Cassagnère, d’ailleurs trop avisé pour ne pas pointer, en des moments stratégiques de son texte, la prise de conscience, par Keats, de l’importance de certaines ruptures historiques. Portrait de l’artiste en son tropisme contrarié—l’aspiration impersonnellement apollinienne, d’essence shakespearienne, y est éclipsée, comme le fut Hyperion par le nouveau dieu du soleil, par une subjectivité de plus en plus assumée, de type romantique et/ou moderne—, Les terres perdues ne cache pas sa préférence pour le « désir d’écrire », car parler d’écrire, n’est-ce pas donner à lire ? Au risque assumé avec panache de perpétuer une fiction, l’auteur fait ainsi du sonnet « Bright Star » l’adieu de Keats à la création. Légende oblige, devant être lue, donc. Mais la reprise du même schéma explicatif, de nature lacanienne—en perdant sa mère, le poète aurait trouvé le désir de la Chose perdue—, fait qu’on se languit parfois de la « Capacité négative », celle qui faisait dire à Keats qu’un homme est capable de rester dans le mystère, dans le doute, « sans vouloir à tout prix arriver à une explication raisonnable ». Et puis, qu’en est-il de l’autre visage du poète, le Keats « fugitif », comme le nomme son biographe Andrew Motion, le personnage enjoué (et pas seulement pour donner le change) que révèle la correspondance, l’être volontiers frivole, léger, bouffon, grivois, primesautier, vif-argent, nonsensique et à ce titre pré-carrollien, grivois, aussi, adepte d’une prose buissonnière et jazzistique, alignée sur la désinence du pluriel qui démultipliait son patronyme, et, partant, son être de surface ? Du reste, entre les « mers périlleuses », entendues de l’autre côté des « fenêtres magiques », et les « terres perdues » de l’Ode au Rossignol, le dernier mot ne revient-il pas toujours au pluriel du texte ?

4  « Où sont les chants du printemps ? Oui, où sont ils ? / N’y pense pas, tu as aussi ta musique ». On ne quittera pas le rivage des mers périlleuses, sans rendre un vibrant hommage aux qualités de traducteur dont fait preuve ici Christian La Cassagnère. Partisan convaincu de donner à entendre les « mots » de Keats, dernière parole de son texte, il les fait passer dans la langue française, de la façon la plus consommée qui soit, encore un terme cher à l’écrivain dont la diététique tenait lieu de poétique, à l’instar d’un Byron. Porteur (pregnant) d’un évident désir de création, et déployant ses nappes d’intensité de manière quasi continue, Les terres perdues vise l’essence du Keatsien—à l’image du « Prométhéen », saisi par Shelley dans le sublime quatrième acte du Prometheus Unbound. Sans jamais se couper de John Keats, alias Junkets, mais en donnant la priorité à l’exploration de l’étrangeté en soi-même, laquelle passe par d’obscurs cheminements et de sombres défilés. Au « survol de l’aigle », le poète ne disait-il pas préférer la « vision nocturne du hibou »…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc PORÉE, « Christian La Cassagnère. John Keats, Les Terres perdues (biographie) », E-rea [En ligne], 7.1 | 2009, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://erea.revues.org/934

Haut de page

Auteur

Marc PORÉE

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org