Navigation – Plan du site
Articles “hors thème”

Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom

Claire PARFAIT

Résumés

Cet article examine les circonstances de publication ainsi que la réception des traductions d’Uncle Tom’s Cabin en France en 1852-1853. Le roman anti-esclavagiste de Harriet Beecher Stowe arriva en France par le biais d’éditions anglaises du roman et connut très rapidement un succès sans précédent. La publication presque simultanée en feuilleton de traductions du roman dans trois grands quotidiens parisien représente un phénomène inhabituel, de même que la parution de onze traductions entre 1852 et 1853. Un examen de la presse contemporaine et du paratexte des traductions permet de proposer quelques explications à la popularité du roman en France.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version remaniée d’une communication prononcée à la Bibliothèque nationale de France le 16 mai 2006, dans le cadre des ateliers du livre (« Du succès au palmarès : évolution de la notion de best-seller »).

Texte intégral

1Lorsque l’on consulte aujourd’hui les différentes éditions de La Case de l’Oncle Tom proposées à la vente sur le site d’Amazon.fr, et elles sont fort nombreuses, il s’en dégage la nette impression que le roman appartient à la littérature jeunesse. Il n’en a pas toujours été ainsi, et cet article se penchera sur l’impressionnant succès de ce roman américain en France en 1852 et 1853, dans les mois qui suivirent sa parution. Je parlerai de la publication de différentes traductions du roman, d’abord en feuilleton puis en livre. J’évoquerai la réception critique et les introductions des éditions françaises, pour suggérer quelques explications à la popularité du roman de Stowe en France. Avant d’en arriver à mon sujet proprement dit, je voudrais dire quelques mots de son succès aux Etats-Unis et en Angleterre.

  • 1  Claire PARFAIT, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin.

2La Case de l’Oncle Tom ou, pour lui donner son titre original, Uncle Tom’s Cabin, roman anti-esclavagiste d’une femme blanche de Nouvelle-Angleterre, Harriet Beecher Stowe, a été publié aux Etats-Unis en feuilleton entre 1851 et 1852, puis en format livre en mars 1852. Aux Etats-Unis, le roman paraît dans le contexte très tendu du débat sur l’esclavage. Le succès est foudroyant : 10 000 exemplaires s’écoulent en une semaine, plus de 300 000 en un an. A titre de comparaison, The Scarlet Letter, de Nathaniel Hawthorne se vend à quelque 11 000 exemplaires dans les cinq ans qui suivent sa première publication en 1850. C’est aussi un best-seller (même si le terme de best-seller n’apparaît pas avant 1895 aux Etats-Unis, dans The Bookman). Le décalage entre les chiffres de vente des deux romans indique à quel point Uncle Tom’s Cabin représente un phénomène dans la publication de fiction aux Etats-Unis du milieu du XIXe siècle. La vive controverse que suscite le portrait de l’esclavage dans le roman ne fait qu’en accroître la popularité.1

  • 2  Sampson Low, cité dans STOWE, Life of Harriet Beecher Stowe, 189-190.
  • 3  Sur cette question, voir Meredith L. McGILL, American Literature and the Culture of Reprinting.

3En Grande-Bretagne, le texte est publié en mai 1852, mais il faut attendre le mois d’août 1852 pour que Uncle Tom’s Cabin démarre véritablement. A partir de ce moment-là, les ventes explosent et, en l’espace d’une année, dix-huit éditeurs et une quarantaine d’éditions se font concurrence. L’Angleterre et ses colonies en achètent un million et demi d’exemplaires dans l’année qui suit la publication.2 Il convient à ce propos de rappeler qu’avant 1891, les Etats-Unis se refusent à signer un accord de copyright international. Les éditeurs européens sont donc libres de pirater des ouvrages américains, tout comme les Américains produisent des éditions d’auteurs populaires en Angleterre (Scott et Dickens au premier plan) ou en France (Dumas, Hugo et Eugène Sue sont particulièrement appréciés aux Etats-Unis). 3

  • 4  Sur le soutien des Britanniques au mouvement anti-esclavagiste américain, et le succès d’Uncle Tom (...)
  • 5  Voir, par exemple, “ Reviews ”, The Rambler, novembre 1852, 413, et The Prospective Review : A Qua (...)
  • 6  ALTICK, 306.

4Le succès du roman est encore plus impressionnant en Angleterre qu’aux Etats-Unis, fait d’autant plus surprenant que la littérature américaine était à quelques exceptions près - Washington Irving et Fenimore Cooper, par exemple - tenue en piètre estime en Angleterre. Les comptes rendus de la presse ainsi que les annonces publicitaires des éditeurs dans le journal des professionnels du livre, The Publishers’ Circular, indiquent qu’en Grande-Bretagne comme aux Etats-Unis, la liste des attraits du roman est sensiblement identique ; le sujet lui-même,4 l’humour, le contenu religieux, l’intérêt d’un récit riche en rebondissements et l’émotion que sa lecture suscite. S’y ajoute le succès du roman outre-Atlantique, puis en Grande-Bretagne. Selon la presse britannique, tout le monde lit Uncle Tom’s Cabin, de la reine Victoria à la plus humble des domestiques, qui laisse son travail inachevé, tant elle est absorbée par sa lecture.5 Ici se décèle une autre des raisons de la popularité du roman en Angleterre, où la plupart des livres étaient extrêmement coûteux. Les bibliothèques de prêt avaient en effet imposé la formule du roman en trois volumes, au prix de 31 shillings 6 pence, alors que le revenu moyen d’une famille de la classe ouvrière se montait à peine à 20 shillings par semaine.6 Le prix de l’édition la plus luxueuse d’Uncle Tom’s Cabin en Angleterre s’élevait à 15 shillings, cependant que la moins chère coûtait la modique somme de 6 pence. Le prix de la plupart des éditions du roman variait de 1 shilling à 3 shillings 6 pence. Les éditeurs britanniques mettaient Uncle Tom’s Cabin à portée de presque toutes les bourses, le même éditeur faisant souvent paraître le roman dans deux ou trois éditions ou collections, avec ou sans illustrations, à couverture papier ou toile.

  • 7  Sur la relation passionnelle entre les Etats-Unis et l’Angleterre au dix-neuvième siècle, voir, en (...)

5L’examen des préfaces et introductions des éditions anglaises révèle un fort sentiment anti-américain, auquel il faut attribuer une partie de la popularité du roman. En effet, la relation entre les Etats-Unis et l’Angleterre est d’ordre passionnel. Les Anglais, au moins jusqu’à la guerre de Sécession, éprouvent pour les Etats-Unis un mélange de fascination et d’exaspération. Ils se sentent supérieurs aux Américains (par exemple en ce qui concerne la culture) mais jalousent leur réussite en l’absence de monarchie et d’aristocratie ou, à l’inverse, craignent la contagion de la démocratie américaine. Plusieurs conflits ont opposé Américains et Britanniques, à commencer par la révolution américaine, puis la guerre de 1812, mais il y a également eu le règlement difficile des questions de frontières (par exemple l’Oregon, que se disputent les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, avant l’accord de 1846).7

6Les préfaces des éditions anglaises se font l’écho de ce sentiment mitigé vis à vis des Etats-Unis. Elles sont l’occasion pour les préfaciers de glorifier l’Angleterre qui a aboli l’esclavage depuis longtemps déjà et de souligner le contraste entre les prétentions démocratiques des Etats-Unis, ses textes fondateurs qui affirment l’égalité de tous les hommes, et les réalités de l’esclavage. Le roman de Stowe sert à instruire le procès des Etats-Unis et, par contraste, glorifier la Grande-Bretagne. Utilisation à des fins nationalistes, donc, la monstruosité de l’esclavage aux Etats-Unis faisant ressortir la supériorité morale des Britanniques.

7La popularité du roman en Grande-Bretagne peut ainsi s’expliquer en partie par des motifs très divers, dans lesquels entrent le bas prix du livre, les émotions que sa lecture soulève, son aspect religieux, son sujet, mais aussi les relations entre les USA et la Grande-Bretagne. Aux Etats-Unis, l’éditeur d’Uncle Tom’s Cabin avait acheté des pages entières dans la presse pour annoncer les fabuleux chiffres de vente du roman, chiffres que l’on retrouvait également dans ses catalogues et sur les pages de titre des éditions. La presse avait abondamment commenté le succès du roman. De même, en Grande-Bretagne, l’exploitation des chiffres de vente du roman contribue à la création d’un véritable phénomène éditorial. Comme de l’autre côté de l’Atlantique, les théâtres de Londres proposent des adaptations, qui contribuent à faire connaître le roman. Ce rôle est également joué par les produits dérivés, figurines, assiettes décorées de scènes du roman etc.

  • 8  Emile Montégut, “ Le roman abolitionniste en Amérique (Uncle Tom’s Cabin, or Negro Life in the Sla (...)
  • 9  Philarète Chasles, “ Littérature étrangère. Les Nègres en Amérique ”, Revue Contemporaine, novembr (...)
  • 10  John Lemoinne, “ Variétés. Uncle Tom’s Cabin—la Cabane du père Tom—ou la Vie des nègres en Amériqu (...)

8Uncle Tom’s Cabin arrive en France auréolé de ce double succès américain et britannique. En octobre 1852, deux comptes rendus du roman paraissent, l’un dans le Journal des Débats, l’autre dans la Revue des Deux Mondes. Dans les deux cas, les critiques ont lu Uncle Tom’s Cabin dans l’une de ses éditions britanniques. Dans les deux cas également, l’accent est mis sur le succès prodigieux du roman aux Etats-Unis et en Angleterre. Dans la Revue des Deux Mondes, Emile Montégut livre une trentaine de pages essentiellement enthousiastes sur le roman.8 Mais c’est l’article de John Lemoinne dans les Débats qui, selon les contemporains, a exercé un rôle déterminant dans la mise en chantier de traductions du roman en France.9 “ Ce livre plein de larmes et plein de feu ”, note le critique, “ fait en ce moment le tour du monde ; c’est multiplié par centaines de mille qu’il parcourt les deux hémisphères… ” Lemoinne insiste tout particulièrement sur la puissance émotionnelle d’un livre qu’il définit comme “ religieux et vengeur ”. 10

Le(s) feuilleton(s)

  • 11  QUEFFELEC, 11-12.
  • 12  BELLANGER, 241-244.

9A peine dix jours après la publication de l’article de Lemoinne dans le Journal des Débats, un phénomène inhabituel se dessine dans la presse quotidienne française. En effet, deux des principaux quotidiens annoncent la publication de traductions d’Uncle Tom’s Cabin dans leur rez-de-chaussée, donc dans l’espace du feuilleton. Il s’agit des deux grands quotidiens rivaux lancés en 1836, La Presse, d’Emile de Girardin, et Le Siècle, d’Armand Dutacq.11 Ils sont bientôt suivis par un troisième, Le Pays. Un même roman, dans des traductions différentes, va par conséquent être publié presqu’en même temps, par trois quotidiens de tendances politiques fort diverses : si La Presse peut être considérée comme un quotidien indépendant, Le Siècle est de tendance républicaine, cependant que Le Pays, journal bonapartiste proche du pouvoir, prend à partir de décembre 1852 le sous-titre éloquent de Journal de l’Empire.12

10Dans La Presse, La Case de l’Oncle Tom s’installe au rez-de-chaussée le 31 octobre 1852. Le responsable éditorial présente le roman de manière alléchante, alignant les chiffres de vente aux Etats-Unis et en Angleterre, notant les innombrables comptes rendus dans la presse anglaise, les adaptations théâtrales. La Presse reproduit dans son intégralité la recension de Lemoinne dans Le Journal des Débats, avant de publier le premier chapitre du roman. Ce n’est cependant que le 7 novembre, donc une semaine après, que paraît le second chapitre du roman. La Presse justifie ce décalage par le désir de fournir la meilleure traduction possible à ses lecteurs. Insatisfait du premier essai de traduction, le quotidien a choisi un nouveau traducteur, Léon Pilatte, “ arrivé récemment d’Amérique ”. Deux années passées aux Etats-Unis, en particulier dans le Sud, “ où il a vécu au milieu des noirs ”, rendent Pilatte particulièrement apte à traduire le roman, qu’il accompagnera de notes indispensables au lecteur français peu au courant des réalités d’outre-Atlantique. La veille, Le Siècle a publié le premier chapitre de La Cabane de l’Oncle Tom, dans une traduction signée Léon de Wailly et Edmond Texier. Le premier est un homme de lettres bien connu, et le second collabore déjà au Siècle. Les chiffres de vente cités dans La Presse s’enflent encore davantage dans Le Siècle. Ce ne sont plus 150 000 mais 400 000 exemplaires qui se sont vendus aux Etats-Unis. Un éditeur anglais, prétend Le Siècle, emploie pas moins de 400 personnes, hommes, femmes et enfants à seule fin de produire des volumes du roman. Le Siècle cite quelques extraits de la recension de Lemoinne, et promet à ses abonnés une lecture qui sera source de plaisir et satisfera leur curiosité à propos du Nouveau Monde.

  • 13  Il y a cependant un certain nombre de différences. En effet, dans La Presse, La Case occupe la pla (...)
  • 14  Le Pays, 11 novembre 1852, 10 novembre 1852.

11La lecture des deux quotidiens évoque une course de vitesse dans laquelle tantôt l’un tantôt l’autre a une longueur d’avance, même si les deux parviennent en même temps à la ligne d’arrivée, puisque dans les deux quotidiens le dernier épisode paraît le même jour, le 16 décembre.13 Le Pays part avec une longueur de retard, qu’il espère compenser en offrant la traduction, non pas sous forme de feuilleton quotidien, mais en suppléments hebdomadaires. Certainement pour tenter de tourner son retard en avantage, le quotidien explique à ses lecteurs le 11 novembre 1852 (alors que ses concurrents ont déjà publié sept chapitres du roman pour l’un et huit pour l’autre ; rappelons à ce propos que le roman en compte quarante-cinq), que “ L’unité puissante de conception et d’intérêt de ce beau livre ne pouvant subir sans mutilation le fractionnement du feuilleton, nous avons pris le parti de le faire imprimer en quelques suppléments et de le donner en prime à nos abonnés… ” Comme ses deux rivaux, Le Pays promeut à la fois le roman – un véritable événement – et sa traduction, “ faite expressément pour nos souscripteurs, par un de nos linguistes les plus distingués, M. Louis Enault. ”14 Après trois suppléments seulement, le Pays signale le 5 décembre qu’en réponse à la demande de ses abonnés, il commencera la semaine suivante à faire paraître le roman quotidiennement, dès la fin du feuilleton du moment, Mont-Revêche, de George Sand. Il est évident que le quotidien ne peut en aucun cas rattraper le retard pris sur ses deux concurrents. Alors que le 16 décembre voit la conclusion de La Case dans la Presse et le Siècle, le Pays n’en est qu’au chapitre 25. Les lecteurs du Pays devront attendre le 13 janvier 1853 pour lire le dernier chapitre.

  • 15  Louis Huart, “ Le Roman Phénoménal ”, Le Charivari, 9 novembre 1852.
  • 16  Charles Monselet, “ Le roman à l’américaine, Uncle Tom’s Cabin ”, L’Artiste : Beaux Arts et Belles (...)
  • 17  La Case de l’Oncle Tom, traduction de Léon Pilatte, Nantes, imprim. de Mme Mangin, ex. n° Y2-136. (...)

12Le caractère inhabituel de cette parution simultanée dans plusieurs journaux ne manqua pas d’être relevé par les contemporains, quelquefois avec irritation ou avec ironie. Sous le titre “ Le roman phénoménal ”, le quotidien satirique Le Charivari note qu’à la suite de La Presse et Le Siècle, divers journaux annoncent “ La Chaumière de l’oncle Tom ”, “ Le Pavillon de l’oncle Tom ”, et autres cottages et bungalows.15 En décembre, le bi-mensuel L’Artiste s’exaspère de “ l’exagération de propagande noire qui s’est emparée des libraires et des journaux français ” et exige de savoir pourquoi les romans de George Sand ou de Balzac n’ont pas eu l’honneur d’une publication simultanée dans trois journaux différents.16 Enfin, il n’a été question ici que des journaux parisiens, mais il est fort probable que les journaux de province ont suivi le mouvement, avec peut-être un temps de retard. La bibliothèque nationale dispose d’un exemplaire de la traduction de Léon Pilatte, publiée en feuilleton dans le Phare de la Loire, à partir du 23 novembre 1852.17

Les traductions

  • 18  LYONS, 132-134. Sur la littérature anglo-saxonne en France, voir également Claire BRUYERE, “ Du pr (...)
  • 19  Sylvère Monod, “ Les premiers traducteurs français de Dickens ”, Romantisme. Revue du dix-neuvième (...)

13Si cette publication simultanée avait effectivement de quoi surprendre, la parution en l’espace de quelques mois d’un nombre impressionnant de traductions – onze au total entre 1852 et 1853 – représente certainement un phénomène unique dans les annales de l’édition française au XIXème siècle. D’autres succès de littérature étrangère avaient fait l’objet de plusieurs traductions. Ce n’est donc pas la pratique elle-même qui a de quoi surprendre, c’est le nombre de traductions sur une période relativement courte. Walter Scott était dans la première moitié du XIXe siècle l’un des auteurs de langue anglaise les plus appréciés en France. La demi-douzaine de traductions d’Ivanhoé entre le début des années 1820 et 1850 ne peut cependant en rien se comparer au nombre de traductions d’Uncle Tom’s Cabin en l’espace de quelques mois.18 Le roman de Dickens le plus populaire en France, David Copperfield, n’eut que deux traductions en 1851.19 Du côté américain, Washington Irving et James Fenimore Cooper étaient tous deux fort estimés en France, mais une fois de plus, le nombre de traductions de leurs ouvrages est très réduit par rapport à Uncle Tom’s Cabin.

  • 20  Bibliographie de la France, 1853, n° datés du 1er janvier et du 5 février pour les traductions de (...)

14Pour les traductions comme pour la publication en feuilleton, une course de vitesse s’engage, qui est gagnée par Emile Gigault de La Bédollière pour le libraire-éditeur Gustave Barba, qui publiait la plupart de ses traductions et de ses ouvrages historiques, satiriques, moraux. La première édition Barba est annoncée dans la Bibliographie de la France datée du 4 décembre 1852. Perrotin, qui publiait la traduction de Wailly et Texier, avait fait paraître la semaine précédente quatre des seize livraisons annoncées. Plusieurs traductions sortent en décembre : celles de Pilatte (La Librairie nouvelle / V. Lecou), de La Bédollière (Barba), et du tandem de Wailly-Texier (Perrotin). En janvier 1853, Garnier Frères publie la troisième édition d’une traduction d’Alfred Michiels. La traduction de Louis Enault paraît en février (Publications littéraires du journal Le Pays), et d’autres traductions vont suivre au cours de l’année 1853.20

  • 21  MOLLIER, 336.
  • 22  Uncle Tom’s Cabin or life Among the Lowly. Pictures of Slavery in the United States of America, Pa (...)
  • 23  Voir la Bibliographie de la France pour les annonces des éditeurs et libraires (volume pour 1852 : (...)

15Le nombre d’éditions dépasse le nombre de traductions, puisque plusieurs des éditeurs ont choisi de faire paraître le roman dans des formats et présentations différents. Il arrive également qu’un éditeur rachète une traduction pour la faire paraître dans l’une de ses collections. C’est ainsi que la traduction de Louis Enault, publiée dans Le Pays, est acquise par Hachette, qui dès juillet 1853 la fait entrer dans sa toute nouvelle Bibliothèque des chemins de fer.21 Sans atteindre le nombre record d’éditions anglaises (une quarantaine) la France publie une bonne vingtaine d’éditions du roman de Stowe entre 1852 et 1853. Encore ne s’agit-il là que des éditions en langue française. En janvier 1853, la maison Baudry publie une édition en langue anglaise, qui propose un curieux mélange d’orthographe anglaise et américaine.22 Par ailleurs, plusieurs des éditions britanniques sont en vente à Paris, notamment chez Stassin et Xavier, “ libraires pour les langues étrangères ”, et l’édition en langue anglaise de l’allemand Tauchnitz (publiée avec “ le consentement de l’auteur et de l’éditeur ”) est disponible chez Reinwald à Paris.23 Il est difficile à quiconque le souhaite de ne pas trouver en 1852 et 1853 un exemplaire en anglais ou en français d’Uncle Tom’s Cabin. Il est d’ailleurs tout aussi difficile, en réalité impossible, à quiconque d’en ignorer l’existence, martelée dans quotidiens et revues, et dont les affiches des adaptations théâtrales contribuent dès janvier 1853 à la notoriété.

Variété et promotion des différentes éditions

  • 24  Lettre de L.S. Belloc reproduite en traduction dans une introduction rédigée par Stowe pour une no (...)
  • 25  BEECHER, 164.

16Louise Swanton Belloc explique que, lorsque Charpentier lui demanda de traduire Uncle Tom’s Cabin qu’il souhaitait inclure dans sa bibliothèque, elle lui répondit qu’il y avait déjà trop d’éditions sur le marché. A cette objection, Charpentier répliqua : “ Il n’y aura jamais assez de lecteurs pour un tel livre. ”24 Et le même éditeur, rencontrant Stowe lors d’un séjour que l’écrivain américaine fit à Paris en juin 1853, lui expliqua qu’en trente-cinq ans d’exercice de sa profession de libraire il n’avait jamais rien vu qui soit comparable au succès de son roman.25

  • 26  Les formats allaient du petit in-dix-huit à l’in-quarto, en passant par l’octavo et l’in-12. Pour (...)
  • 27  Bibliographie de la France, 1852, p. 534.

17Qu’il y ait eu un marché à prendre, que la traduction du roman de Stowe ait représenté une source de profits non négligeable apparaît évident dans le nombre de traductions et de maisons qui les publient, quelquefois en plusieurs formats et présentations, afin de cibler un public aussi vaste que possible. Ces éditions paraissaient en un ou deux volumes, dans des formats extrêmement divers.26 Le lecteur peu fortuné pouvait se procurer le roman en livraisons (Barba proposait sept livraisons pour son édition du Panthéon populaire illustré, Perrotin publiait seize livraisons) ou acquérir directement le ou les volumes pour des sommes qui variaient entre 1,25 franc et 10 francs. Gustave Barba se révéla le plus énergique et entreprenant des éditeurs parisiens, avec cinq éditions destinées, comme il le soulignait dans ses encarts publicitaires, à “ tous les goûts, tous les âges, et toutes les fortunes ”.27

18Même si la France proposait moitié moins d’éditions que l’Angleterre, la concurrence était rude, et il fallait par conséquent trouver des arguments propres à atttirer l’acheteur vers telle ou telle édition. Les éditions se distinguaient donc par leur présentation, leur format, leur prix, leur traduction, un accompagnement paratextuel extrêmement varié et, de manière plus surprenante, dès la page de couverture, par les titres, sous-titres et nom d’auteur.

  • 28 ” Clément Caraguel, “ Oncle ou Père ? ”, Le Charivari, 15 novembre 1852.

19La plupart des critiques s’accordaient à voir en Uncle Tom’s Cabin un roman difficile à traduire. Cette difficulté commençait dès le titre. Fallait-il traduire “ cabin ” par “ case ” ou par “ cabane ” ? De Wailly et Texier, puis Alfred Michiels avaient choisi la seconde solution, mais la majorité des traducteurs adoptèrent la première. Le mot “ uncle ” posait un problème encore plus épineux. Dans sa propre traduction dans La Presse, Léon Pilatte avait utilisé “ oncle ”, mais en ajoutant une note, dans laquelle il expliquait que le terme s’appliquait aux esclaves d’un certain âge et dénotait de l’affection, qu’il soit employé par les esclaves ou leur maître. La Bédollière, en revanche, avait préféré le mot père, et s’en expliquait dans sa préface.28

  • 29  Le sous-titre original figure sur 12 seulement des 38 éditions britanniques que j’ai examinées.
  • 30  Les sous-titres servaient à différencier les éditions. D’autre part, les Britanniques s’étaient ém (...)

20Les sous-titres français du roman sont d’une grande variété. Aux Etats-Unis, Uncle Tom’s Cabin a pour sous-titre Life among the Lowly, qui pourrait se traduire par “ vie parmi les humbles ”. Ce sous-titre, que l’on trouve occasionnellement en Angleterre, ne figure jamais dans les éditions françaises de 1852 et 1853.29 En France, lorsqu’un sous-titre vient s’ajouter au titre, il s’agit par exemple de “ Vie des noirs aux Etats-Unis ”, “ Vie des nègres en Amérique ”, ou encore “ Tableaux de l’esclavage dans les Etats-Unis d’Amérique ”. Ceci s’explique assez facilement : la plupart des traducteurs se sont basés sur des éditions du roman publiés en Angleterre, et ont traduit les sous-titres donnés par les éditeurs anglais.30 L’un des éditeurs français a choisi d’intituler la traduction Les Mystères de l’esclavage, suivi d’un double sous-titre, L’esclave noir, puis La Case de l’Oncle Tom (édition de l’Administration de Librairie, traduction J-M Cayla, 1853). Le nom d’auteur varie également selon les éditions. Il est quelquefois mal orthographié (Harriett), francisé (Madame Henriette Stowe) ou pourvu d’un attrait exotique avec, par exemple, mistress Beecher Stowe. Enfin, parce que ce roman américain est arrivé en France non pas à travers son incarnation américaine, mais par le biais des éditions anglaises, les illustrations proposées au public français sont fréquemment d’origine anglaise. L’édition des Bureaux du Magasin Pittoresque propose, par exemple, des gravures d’après le célèbre George Cruikshank (Londres, John Cassell, 1852), cependant que Barba reproduit une sélection d’images tirées de plusieurs éditions anglaises.

  • 31  La renommée du traducteur jouait certainement un rôle, d’autant que certains d’entre eux étaient s (...)
  • 32  Bibliographie de la France, 1852, pp. 498, 501, 508, 534.
  • 33  Bibliographie de la France, 1852, p. 508, encart de Garnier Frères.
  • 34  Voir l’encart publicitaire en dernière page de la Presse datée du 20 décembre 1852.
  • 35  Bibliographie de la France, 7 mai 1853 pour la publication de cette édition Librairie Nouvelle / L (...)
  • 36  Edition Charpentier (1853), (v)-vi.
  • 37  Fragment d’une lettre sans date ni destinataire, mais probablement adressée à l’éditeur James Osgo (...)
  • 38  Lettre citée dans STOWE, Life, 247.

21Davantage que sur les illustrations, la promotion des éditeurs s’appuie sur la traduction qu’ils proposent.31 La revendication d’excellence de la traduction, qui n’a rien de surprenant, s’accompagne fréquemment d’une critique plus ou moins ouverte des traductions concurrentes. Ainsi, lorsque Perrotin explique que de Wailly et Texier ont pris le temps nécessaire pour traduire correctement, il suggère une hâte fâcheuse et productrice de travaux médiocres chez ses rivaux. De même, Gustave Barba souligne les trois mois passés par La Bédollière à la traduction qui, en conséquence, “ se distingue, sous tous les rapports, de ces traductions informes qui, faites à la hâte et de plusieurs mains, manquent nécessairement de correction et d’unité. ”32 Garnier Frères est plus direct : tout en précisant que la traduction par Alfred Michiels est vraiment complète, il déplore le fait qu’ailleurs “ on a modifié, abrégé ” l’original, et “ par malheur ” retranché “ des passages plein d’éloquence ”.33 La manière la plus efficace, toutefois, de recommander une traduction, est d’annoncer qu’elle a été approuvée par l’auteur. C’est ainsi qu’en décembre 1852, la traduction de Pilatte est promue comme “ la seule autorisée et approuvée par l’auteur ”.34 Mieux encore, quelques mois plus tard, Charpentier annonce une traduction nouvelle “ demandée par l’auteur ”.35 Dans son avant-propos à cette édition, Charpentier cite une lettre dans laquelle Stowe se dit déçue de l’une des traductions françaises, et suggère qu’un “ esprit féminin prendra plus aisément l’empreinte du smien. ”36 Louise Swanton Belloc, qui, avec l’aide d’Adélaïde de Montgolfier, traduit le roman pour Charpentier, sera en fait la seule femme parmi les onze traducteurs d’Uncle Tom’s Cabin. Stowe tenait d’ailleurs Belloc en grande estime, et jugeait que c’était sa meilleure traductrice.37 Cependant, en 1853, dans une lettre à son mari, Stowe commente la traduction de Belloc en termes non dénués d’ambiguité : “ C’est une traduction, dit-elle, “ qui a pour moi tout le mérite et le charme d’une composition nouvelle. En la lisant, j’ai le plaisir de découvrir l’histoire, comme si je n’en avais pas été à l’origine. ”38

De la difficulté de traduire Uncle Tom’s Cabin

  • 39  “ Littérature étrangère ” (cf. note 9), 622.
  • 40  Ibid., pp. 622-628.

22Philarète Chasles, évaluant les traductions de 1852, reconnaît la difficulté de la tâche, la “ langue baroque ” du roman, qu’il analyse comme “ un langage métis, extraordinaire, doublement barbare, qui se compose chez les Américains d’une altération de la langue anglaise, et chez les nègres d’une seconde altération des mots. ”39 Cela ne l’empêche pas de se montrer très critique envers les divers traducteurs. Ainsi, Pilatte reste trop près du texte, La Bédollière “ abrège sans pitié ”, et tous font des contresens. Chasles note d’ailleurs que ces traductions “ fourniraient d’assez utiles matériaux à une histoire générale des péchés de la traduction ”.40

  • 41  Jules Jovy, “ Chronique ”, Le Moniteur des théâtres, 11 janvier 1853.

23Les journaux de l’époque sont, comme Chasles, assez critiques sur la médiocrité des traductions, que Jules Jovy attribue dans le Moniteur des théâtres à la hâte à laquelle elles ont été réalisées. Jovy décrit une course, ou pour reprendre ses mots, un “ steeple-chase ” entre les éditeurs. Pour aller au plus vite, prétend Jovy, “ Quand un paragraphe embarrassait, on le sautait à pieds joints ; s’il se présentait une page obscure, on passait au chapitre suivant. Car l’important n’était pas de faire bien, mais vite. ”41

  • 42  Pour une analyse détaillée des traductions, analyse qui porte aussi la marque de l’époque à laquel (...)
  • 43  Sur la première de couverture de l’édition Librairie Nouvelle / Lecou de 1853, le nom du traducteu (...)
  • 44  Sylvère Monod, “ Les premiers traducteurs français de Dickens ”.
  • 45  Cité dans Patrick Hersant, “ Defauconpret, ou le demi-siècle d’Auguste ”, Romantisme. Revue du dix (...)
  • 46  Voir également M-F CACHIN et Claire BRUYERE, “ La traduction au carrefour des cultures ”, et Diana (...)

24Les traductions d’Uncle Tom’s Cabin sont en réalité typiques des traductions du XIXe qui tenaient davantage de l’adaptation que de la traduction au sens où nous l’entendons aujourd’hui.42 L’importance sur les couvertures et pages de titre du nom de traducteur, quelquefois aux dépens du nom d’auteur, rappelle par ailleurs que la traduction était envisagée comme une création.43 Les questions d’éthique de traduction ne préoccupaient guère ces “ passeurs de culture ” que sont les traducteurs. Il était courant pour un traducteur de couper, de modifier, d’ajouter.44 Cela pouvait être dû à la hâte dans laquelle le travail était fait, mais aussi à un souci d’adapter le texte à la culture d’accueil. On sait que pour Defauconpret, traducteur prolifique de Scott, Cooper et autres, “ le premier devoir d’un traducteur ” était de mettre un roman “ en état de plaire aux nouveaux lecteurs qu’il veut lui procurer. ”45 Lorsque le désir d’adapter au pays d’accueil se conjuguait à l’ignorance de la langue de départ, les résultats pouvaient être redoutables. Dans son travail sur les premières traductions françaises de Jane Austen, Lucile Trunel a montré des écarts parfois considérables entre le texte original et sa traduction.46 C’est également le cas pour Uncle Tom’s Cabin.

Préfaces originales

  • 47  Un tiers environ des éditions françaises reproduisent la préface de Stowe pour l’édition américain (...)
  • 48  Préface à la première édition américaine, Boston, John P. Jewett, 1852 ; préface à l’édition publi (...)

25Les deux éditions qui, dès la première de couverture, annoncent une traduction autorisée, peuvent également se prévaloir d’un paratexte auctorial original, dont l’exclusivité représente nécessairement un argument de poids dans la sélection d’une édition.47 Les lecteurs de la traduction Pilatte puis de celle de Belloc se voient en effet proposer une nouvelle préface de l’auteur américain. Ce qui frappe dans ces préfaces est le protocole de lecture proposé par Stowe aux lecteurs français. En effet, dans d’autres préfaces, Stowe présentait Uncle Tom’s Cabin comme un manifeste contre l’esclavage, écrit pour gagner les lecteurs du roman à la cause abolitionniste.48 La préface pour l’édition Charpentier est construite sur ce modèle. Stowe profite de cet espace pour remercier le public français de l’accueil fait à son roman et, au passage, le flatter pour avoir aboli l’esclavage. Cependant, dans sa préface à l’édition de la Librairie Nouvelle (traduction de Pilatte), Stowe redéfinit l’objectif du roman. Uncle Tom’s Cabin avait, selon Stowe, un objectif précis aux Etats-Unis, mais au-delà de cette mission particulière et locale, le récit est “ de tous les temps et de tous les lieux ”. De manifeste abolitionniste, Uncle Tom’s Cabin devient une parabole religieuse, dans laquelle l’esclave n’apparaît que comme illustration du propos, au titre du plus humble des humbles. Cette redéfinition du protocole de lecture a de quoi surprendre, mais elle a pour effet d’assurer à Uncle Tom’s Cabin un public à la fois vaste et intemporel. Pour le lecteur français, l’esclavage appartient au passé, même si ce dernier est encore récent. En étendant la portée du roman aux humbles et aux démunis en général, Stowe suggère au lecteur français que, quelle que soit son attitude par rapport à l’esclavage aux Etats-Unis, il trouvera dans le roman un sujet d’intérêt.

  • 49  La réception est « le point aveugle » de la recherche (ORY, 86). Dans le cas d’Uncle Tom’s Cabin, (...)

26Cette redéfinition par Stowe était-elle nécessaire ? Pour quelles raisons lisait-on La Case de l’Oncle Tom en France en 1852-53 ?49 L’examen de la presse contemporaine, ainsi que des préfaces et introductions, apporte un certain nombre d’éléments de réponse.

Quelques explications à la popularité du roman

a) Un phénomène de mode

  • 50  “ La Case de l’oncle Tom a eu plus de retentissement en Europe qu’aucun chef-d’œuvre de Walter Sco (...)
  • 51  Bibliographie de la France, 1852, 498.
  • 52  Le premier éditeur de Stowe aux Etats-Unis avait contribué à la popularité du roman en annonçant l (...)
  • 53  Sur ces adaptations et l’influence du roman de Stowe sur la représentation de l’esclave fugitif da (...)
  • 54  Voir le site http://utc.iath.virginia.edu qui propose une multitude de documents autour d’Uncle To (...)

27L’une des premières explications de la popularité du roman réside dans la mise en relief systématique de son succès. Il n’est pas un article, pas une introduction, qui ne mette l’accent sur la popularité énorme du roman aux Etats-Unis et en Angleterre, puis, après quelque temps, en France.50 Une publicité pour l’édition Librairie Nouvelle/Lecou est éloquente à cet égard : “ Tout le monde en France voudra lire un ouvrage qui émeut en ce moment l’Amérique et l’Angleterre. L’Oncle Tom, de mistress Stowe, est plus qu’un livre, c’est un événement, et un événement d’une portée incalculable. ”51 On assiste à une inflation permanente des chiffres de vente et du nombre de lecteurs. Dans la même annonce, par exemple, l’éditeur fait état de plus d’un million d’exemplaires vendus aux Etats-Unis. En quelque sorte, en soulignant le phénomène, on le crée, à tout le moins on l’entretient. En France, dans la quatrième page de La Presse, Le Siècle, Le Pays, le titre, ou plutôt les titres, du roman sautent aux yeux dans les encarts des éditeurs.52 Cet effet de répétition se double d’un nombre d’articles tout à fait impressionnant. Il suffit pour s’en convaincre de parcourir par exemple Le Charivari, en particulier entre novembre 1852 et mai 1853. A partir de janvier 1853, plusieurs adaptations théâtrales sont offertes aux Parisiens, nouvelle source de commentaires, mais aussi d’affiches et d’annonces.53 Toute une série de produits dérivés, parmi lesquels on compte des portraits de l’auteur, des gravures, des assiettes décorées, rappellent au public l’existence du roman.54

  • 55  “ Le roman à l’américaine ”, L’Artiste, 15 décembre 1852, 157.
  • 56  Taxile Delord, “ L’Oncle Tom. Traduction de M.E. de Labédollière — De MM. Léon de Wailly et Edmond (...)

28Le battage médiatique autour de La Case de l’Oncle Tom est, toutes proportions gardées, assez proche de celui qui entoure certains best-sellers d’aujourd’hui. On ne peut ignorer le roman, il est, ainsi que le soulignent plusieurs commentateurs, tout simplement universel. Il est source de profits pour éditeurs, directeurs de théâtres, responsables éditoriaux de journaux, ce qui explique sans difficulté l’intérêt qu’on lui porte, et que Charles Monselet résume avec désapprobation par les mots “ vertige commercial ”.55 Dans une certaine mesure par conséquent, on peut parler à la fois d’un phénomène de mode, tout autant que d’un succès préparé. Cette notion, qui nous est aujourd’hui très familière, est évoquée dès novembre 1852 dans Le Charivari. Dans un article consacré à la publication de deux traductions du roman, Taxile Delord note : “ Quand la presse, le théâtre, la librairie se coalisent pour ainsi dire en faveur d’une œuvre, il serait étrange que l’œuvre ne réussît pas. ” Et Delord parle également de “ succès tout fait ”, de “ vogue un peu factice ”.56

b) Un “ livre plein de larmes et plein de feu ”57

  • 57  John Lemoinne, Journal des Débats, 20 octobre 1852.
  • 58  Emile de La Bédollière, “ Préface ”, La Case du Père Tom ou Vie des nègres en Amérique, Paris, Gus (...)
  • 59  Taxile Delord, “ L’Oncle Tom. Traduction de M. E. de Labédollière — De MM. Léon de Wailly et Edmon (...)
  • 60  Flaubert ne partageait pas cet avis, et s’irritait à la fois des interventions fréquentes de l’aut (...)

29Au-delà de cet indéniable phénomène de mode, l’évaluation du roman par critiques et préfaciers permet de rendre compte d’au moins une partie du succès de La Case de l’Oncle Tom en France. Stowe n’avait pas tout à fait tort de se préoccuper de l’intérêt que pouvaient porter les Français à la question de l’esclavage. Dans son introduction, Emile de la Bédollière note en effet : “ Pour nous Français, qui, sauf quelques exceptions, sommes tous d’accord sur les questions de liberté, ce livre n’a pas un intérêt immédiat. ”58 Certains critiques expriment des points de vue similaires, rappelant le grand nombre de productions littéraires françaises autrefois consacrées au sujet de l’esclavage. Pour Taxile Delord, “ la littérature française a depuis longtemps épuisé ce sujet ”, et “ la plupart des personnages ” du roman de Stowe semblent “ d’anciennes connaissances ”.59 Cependant, La Case de l’Oncle Tom se distingue de tous les écrits anti-esclavagistes précédents, qu’ils soient américains ou français, tout simplement parce que le roman suscite les larmes. Pour Lemoinne, Stowe a réussi là où les plus grands philosophes ont échoué : “ Elle a élevé les esclaves au rang des créatures humaines … elle a montré qu’il y avait chez les noirs des pères, des mères, des maris, des femmes, des enfans sic, absolument comme chez les blancs. ”60 Certes, poursuit Lemoinne, rien de tout cela n’est nouveau, “ mais on ne l’avait pas encore montré d’une manière aussi saisissante par des images, c’est-à-dire par ce qui instruit le plus vite le peuple comme les enfans. ” L’émotion soulevée par ces images représente un motif récurrent dans préfaces et recensions, et elle aide à rendre compte de la popularité du roman.

c) Valeur littéraire et valeur morale

  • 61  Dans son “ Avertissement du traducteur ” Alfred Michiels compare Stowe à Shakespeare, Bernardin de (...)
  • 62  George Sand, “ Harriett Beecher Stowe ”, la Presse, 20 décembre 1852.
  • 63  Philarète Chasles, “ Littérature étrangère ”, Revue contemporaine, novembre 1852, 620. Cet oubli d (...)

30Le jugement littéraire de La Case de l’Oncle Tom donne lieu en France à un curieux phénomène, que l’on retrouve assez systématiquement dans préfaces, introductions et comptes rendus. Il s’agit de la séparation entre valeur littéraire et valeur morale. Si quelques préfaciers, obéissant au devoir de recommandation dévolu à leur tâche, accumulent les louanges,61 la plupart d’entre eux, tout comme les critiques, expliquent qu’il ne convient pas de juger Uncle Tom’s Cabin selon des critères strictement littéraires. Selon George Sand, dont la recension dans la Presse paraît quelques jours après le dernier épisode du roman, La Case de l’Oncle Tom “ est mal fait suivant les règles du roman moderne en France ”, mais qu’importe, puisque Stowe remplace le talent par le génie. Le livre obéit à la règle essentielle de l’art, “ montrer et émouvoir ”.62 Comme aux Etats-Unis, on reproche au roman de Stowe de manquer d’unité, d’élégance dans le style, d’être un premier roman rempli des maladresses des débutants, mais dans le divorce entre l’art et la morale, c’est la seconde qui gagne. Philarète Chasles exprime une opinion assez générale lorsqu’il conclut : “ Œuvre d’une femme, œuvre sans art, si l’on veut, mais qui restera comme un pas immense fait dans l’histoire de l’humanité. ”63

d) L’attrait du Nouveau Monde

  • 64  Léon Kreutzer, par exemple, critique les illusions de Stowe sur les Noirs, qu’il qualifie de “ rêv (...)
  • 65  Article non signé du Times (Londres), 3 septembre 1852 ; l’article de Riancey est évoqué dans Le C (...)

31La lecture du roman permet également aux critiques et préfaciers de se réjouir de l’abolition de l’esclavage en France. Nombreux sont les témoignages d’auto-satisfaction à ce propos. Toutefois il convient de souligner l’une des différences essentielles entre la réception critique et le paratexte aux Etats-Unis, en Angleterre et en France. Aux Etats-Unis, le débat porte essentiellement sur la vérité du portrait de l’esclavage dans le roman. Les Français, en revanche, ne doutent pas que le système soit aussi abominable que Stowe le dépeint, même si d’aucuns se révèlent sceptiques quant au futur glorieux que Stowe envisage pour l’Afrique.64 Aux Etats-Unis et, plus rarement, en Angleterre, certains ont vu le roman comme potentiellement explosif, à même d’envenimer les haines entre Nord et Sud et de causer de sanglantes révoltes d’esclaves. Le Times de Londres a clairement évoqué cette possibilité. En France, Henri de Riancey, dans l’Union, juge également que le roman est “ une machine de guerre ”, mais il semble avoir représenté une tendance très minoritaire.65

  • 66  Léon Pilatte, “ Introduction ”, La Case de l’Oncle Tom, Paris, Librairie Nouvelle / Victor Lecou, (...)

32Dans l’espace des volumes, les préfaciers des éditions françaises se distinguent nettement de leurs homologues anglais, qui procèdent à une condamnation souvent sans appel des Etats-Unis. Le sentiment anti-américain des préfaces anglaises s’exprime en général par une opposition entre l’Angleterre terre de liberté et l’Amérique hypocrite qui n’est libre que de nom. On ne retrouve pas ce sentiment dans les préfaces françaises. Léon Pilatte, dans son introduction, rappelle que les Etats-Unis comprennent infiniment plus d’hommes libres que d’esclaves. Old Nick et Joanne prennent l’exemple du père de Stowe, apprenti forgeron devenu pasteur, pour s’émerveiller de la démocratie américaine, dans laquelle un homme est jugé non sur son titre, mais sur ses réalisations, dans laquelle l’échec n’est qu’un prélude à de futures réussites. Quant à La Bédollière, qui avait écarté comme rebattu le sujet du roman, il invite les lecteurs à le lire pour découvrir les “ mœurs de l’autre hémisphère. ”66 Il y a à l’évidence une immense curiosité des Français pour le Nouveau Monde, et une partie de cette curiosité se trouve satisfaite par le panorama de la société américaine proposé par Stowe.

  • 67  The New York Times, 15 janvier 1853. Voir également, par exemple, Putnam’s Monthly de janvier 1853 (...)
  • 68  National Anti-Slavery Standard, 24 septembre 1853 ; The Liberator, 7 janvier 1853 ; The Independen (...)

33La popularité d’Uncle Tom’s Cabin en France (et en Angleterre) fut abondamment commentée par les journaux américains. En janvier 1853, le New York Times évoquait les ventes prodigieuses du roman en France, d’autres journaux mentionnaient les adaptations théâtrales, les portraits de l’auteur dans les vitrines, le nombre d’articles dans la presse française.67 En fonction des tendances politiques du journal, le succès d’Uncle Tom’s Cabin en France recevait des interprétations diverses. Certains y voyaient un signe de la renaissance en France du sentiment anti-esclavagiste, dont l’abolition avait signé le déclin ; pour d’autres, la popularité du roman reflétait un malin plaisir éprouvé en Europe à jeter l’opprobre sur une nation républicaine, dans un mouvement non exempt de jalousie. L’Independent, de New York, attribuait la popularité du roman à sa défense des droits de l’homme et de la démocratie dans une Europe qui comptait pas moins de 150 millions d’esclaves blancs, d’hommes opprimés. En revanche, la très conservatrice North American Review jugeait que les Français, fatigués des révolutions, avaient trouvé dans les esclaves américains un nouvel objet de pitié et de sympathie.68

  • 69  Avant Uncle Tom’s Cabin, d’autres romans avaient suscité des produits dérivés, par exemple Paul et (...)

34Uncle Tom’s Cabin a été un énorme succès à sa parution, aux Etats-Unis, en Angleterre, en France, et dans bien d’autres pays encore. Les causes de la popularité du roman aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne et en France ne sont pas nécessairement identiques. En revanche, les stratégies éditoriales et le battage médiatique sont assez semblables dans les trois pays. Exploitation des chiffres de vente, produits dérivés et adaptations théâtrales contribuent à faire connaître le roman, en inondant le public des trois pays de rappels de son existence.69

35Si ces stratégies ainsi que l’effet de mode ont joué un rôle important dans le succès du roman, il convient également de prendre en compte les questions de droits d’auteur, du moins en ce qui concerne la Grande-Bretagne et la France. La profusion d’éditions et de traductions d’Uncle Tom’s Cabin a été rendue possible par l’absence de législation entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne d’une part, la France de l’autre.

36Cette même profusion d’éditions souligne la transformation du livre en objet de consommation. Pour les éditeurs (et, en France, pour les responsables éditoriaux de journaux), le roman représente un enjeu économique considérable, ce que révèle l’âpre concurrence entre éditeurs et la mise en œuvre d’une série de tactiques pour rendre une édition plus attrayante que ses rivales.

  • 70  WINSHIP, 370.
  • 71  “ Le roman à l’américaine : Uncle Tom’s Cabin ”, L’Artiste, 15 décembre 1852, 157-158.

37Enfin, bien avant que le terme de mondialisation n’apparaisse, Uncle Tom’s Cabin a véritablement représenté un phénomène global. Pour l’Américain Michael Winship, Uncle Tom’s Cabin marque les débuts de l’exportation mondiale de produits culturels américains.70 Ceci n’avait pas échappé à Charles Monselet qui, en 1852, inquiet pour l’avenir des lettres françaises menacées par la littérature américaine, avertissait ses contemporains du danger dans les termes suivants : “ l’Oncle Tom, enfin,est un autre cheval de Troie : il est gros d’une invasion américaine. ”71

Haut de page

Bibliographie

ALTICK, Richard D. The English Common Reader: A Social History of the Mass Reading Public 1800-1900, Chicago: the University of Chicago Press, 1957.

BEECHER, Charles. Harriet Beecher Stowe in Europe: The Journal of Charles Beecher (sous la direction de Joseph S. Van Why et Earl French), Hartford, Connecticut : The Stowe-Day Foundation, 1986.

BELLANGER, Claude, et al (sous la dir. de), Histoire générale de la presse française, tome 2 : De 1815 à 1871, Paris : Presses universitaires de France, 1969.

BRUYERE, Claire. “ Du prestige de l’étranger en littérature ”, Cahiers Charles V n°32, Histoire(s) de livres : le livre et l’édition dans le monde anglophone, sous la direction de M-F Cachin et C. Parfait, 2002, 195-220.

CACHIN, Marie-Françoise et Claire BRUYERE. “ La traduction au carrefour des cultures ”, dans Les mutations du livre et de l’édition dans le monde du XVIIIe siècle à l’an 2000, sous la direction de Pierre Michon et Jean-Yves Mollier. Montréal / Paris : Les Presses de l’université Laval/L’Harmattan, 2001.

COOPER-RICHET, Diana, Jean-Yves MOLLIER et Ahmed SILEM (sous la direction de). Passeurs culturels dans le monde des médias et de l’édition en Europe (XIe  et XXe siècles), Villeurbanne : Presses de l’ENSSIB, 2005.

FISCH, Audrey. American Slaves in Victorian England: Abolitionist Politics in Popular Literature and Culture, Cambridge: Cambridge University Press, 2000.

GOHDES, Clarence. American Literature in Nineteenth-Century England, New York : Columbia University Press, 1944.

LUCAS, Edith. La littérature anti-esclavagiste au dix-neuvième siècle. Etude sur Madame Beecher Stowe et son influence en France, Paris : E. De Boccard, 1930.

LYONS, Martyn. Le triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXesiècle, Paris : Promodis, Editions du Cercle de la Librairie, 1987.

McGILL, Meredith L. American Literature and the Culture of Reprinting, 1834-1853, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2003.

MOLLIER, Jean-Yves. Louis Hachette (1800-1864) : Le fondateur d’un empire, Paris : Arthème Fayard, 1999.

OLIVERO, Isabelle. L’invention de la collection. De la diffusion de la littérature et des savoirs à la formation du citoyen au XIXe siècle, Paris : Editions de l’IMEC/de la Maison des sciences de l’Homme, 1999.

ORY, Pascal. L’histoire culturelle, Paris : Presses Universitaires de France, collection Que-sais-je ?, 2004.

PARFAIT, Claire. The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002, Aldershot, Hampshire, England / Burlington, VT, USA: Ashgate, 2007.

QUEFFELEC, Lise. Le roman-feuilleton français au XIXesiècle, Paris : Presses Universitaires de France, Collection Que sais-je ?, 1989.

STOWE, Calvin E. Life of Harriet Beecher Stowe, Boston: Houghton, Mifflin, 1889.

STOWE, Charles Edward et Lyman Beecher, Harriet Beecher Stowe : The Story of Her Life, Boston, Houghton Mifflin, 1911.

TRUNEL, Lucile. “Les éditions françaises de l’œuvre de Jane Austen (1815-2007) : l’apport de l’histoire éditoriale à la compréhension de la réception de l’auteur en France”, thèse sous la direction de M-F Cachin, université Paris-Diderot, 2008.

WINSHIP, Michael. “In the Four Quarters of the Globe, Who Reads an American Book?”, dans Literary Cultures and the Material Book, sous la direction de Simon Eliot, Andrew Nash et Ian Willison, Londres, The British Library, 2007, 367-378.

Haut de page

Notes

1  Claire PARFAIT, The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin.

2  Sampson Low, cité dans STOWE, Life of Harriet Beecher Stowe, 189-190.

3  Sur cette question, voir Meredith L. McGILL, American Literature and the Culture of Reprinting.

4  Sur le soutien des Britanniques au mouvement anti-esclavagiste américain, et le succès d’Uncle Tom’s Cabin en Angleterre, voir Audrey FISCH, American Slaves in Victorian England..

5  Voir, par exemple, “ Reviews ”, The Rambler, novembre 1852, 413, et The Prospective Review : A Quarterly Journal of Theology and Literature vol. viii, 1852, 490-513.

6  ALTICK, 306.

7  Sur la relation passionnelle entre les Etats-Unis et l’Angleterre au dix-neuvième siècle, voir, entre autres, Clarence GOHDES, American Literature in Nineteenth-Century England, en particulier l’introduction.

8  Emile Montégut, “ Le roman abolitionniste en Amérique (Uncle Tom’s Cabin, or Negro Life in the Slave States of America, by Harriett Beecher Stowe, London, George Routledge, 1852) ”, Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1852, 155-185.

9  Philarète Chasles, “ Littérature étrangère. Les Nègres en Amérique ”, Revue Contemporaine, novembre 1852, 615-638.

10  John Lemoinne, “ Variétés. Uncle Tom’s Cabin—la Cabane du père Tom—ou la Vie des nègres en Amérique ”, Le Journal des Débats, 20 octobre 1852.

11  QUEFFELEC, 11-12.

12  BELLANGER, 241-244.

13  Il y a cependant un certain nombre de différences. En effet, dans La Presse, La Case occupe la place d’honneur, et commence en page 1. Dans Le Siècle, en revanche, La Cabane vient en second feuilleton, en pages 3 et 4, alors que Le Veau d’Or, un roman posthume de Frédéric Soulié, terminé par un autre écrivain, occupe le rez-de-chaussée des pages 1 et 2. Les titres diffèrent : Léon Pilatte ajoute au titre, La Case de l’Oncle Tom, le sous-titre Vie des Noirs aux Etats-Unis, qui se transforme rapidement en Vie des Noirs au Sud des Etats-Unis. De Wailly et Texier ont traduit le “ Cabin ” du titre original par “ Cabane ”, et n’ont pas adjoint de sous-titre. La Presse fait suivre l’épisode des noms de l’auteur puis du traducteur, alors que Le Siècle fait précéder l’épisode du nom du traducteur, le nom d’auteur (avec le prénom orthographié Harriett dans les deux cas) n’apparaissant qu’à la fin, ce qui tend à faire de Wailly et Texier les véritables auteurs de l’ouvrage. Pilatte accompagne sa traduction de nombreuses notes qui tantôt justifient le choix des traductions, tantôt fournissent au lecteur des informations sur la géographie, le mode de vie et les institutions aux Etats-Unis. Alors que Pilatte reproduit les titres de chapitre, de Wailly et Texier les omettent fréquemment.

14  Le Pays, 11 novembre 1852, 10 novembre 1852.

15  Louis Huart, “ Le Roman Phénoménal ”, Le Charivari, 9 novembre 1852.

16  Charles Monselet, “ Le roman à l’américaine, Uncle Tom’s Cabin ”, L’Artiste : Beaux Arts et Belles Lettres (Paris), 15 décembre 1852.

17  La Case de l’Oncle Tom, traduction de Léon Pilatte, Nantes, imprim. de Mme Mangin, ex. n° Y2-136. La première page porte l’en-tête “ Feuilleton du Phare de la Loire du 23 novembre 1852 ”.

18  LYONS, 132-134. Sur la littérature anglo-saxonne en France, voir également Claire BRUYERE, “ Du prestige de l’étranger en littérature ”.

19  Sylvère Monod, “ Les premiers traducteurs français de Dickens ”, Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, n°106 (1999) : Traduire au XIXe siècle, 119-128.

20  Bibliographie de la France, 1853, n° datés du 1er janvier et du 5 février pour les traductions de Michiels (3ème édition) et Enault.

21  MOLLIER, 336.

22  Uncle Tom’s Cabin or life Among the Lowly. Pictures of Slavery in the United States of America, Paris, Baudry’s European Library, 1853.

23  Voir la Bibliographie de la France pour les annonces des éditeurs et libraires (volume pour 1852 : pp. 517, 526-7, 530, 535 ; volume pour 1853 : pp. 21 et 27, entre autres). Voir également Otto Lorenz, Catalogue général de la librairie française pendant 25 ans (1840-1865), vol. 4, Paris, Otto Lorenz, 1871 (Nendeln, Kraus Reprint, 1967).

24  Lettre de L.S. Belloc reproduite en traduction dans une introduction rédigée par Stowe pour une nouvelle édition du roman en 1879 (Uncle Tom’s Cabin, Boston, Houghton, Osgood & Co.).

25  BEECHER, 164.

26  Les formats allaient du petit in-dix-huit à l’in-quarto, en passant par l’octavo et l’in-12. Pour la valeur connotée par les formats, voir OLIVERO, 24-31.

27  Bibliographie de la France, 1852, p. 534.

28 ” Clément Caraguel, “ Oncle ou Père ? ”, Le Charivari, 15 novembre 1852.

29  Le sous-titre original figure sur 12 seulement des 38 éditions britanniques que j’ai examinées.

30  Les sous-titres servaient à différencier les éditions. D’autre part, les Britanniques s’étaient émus du parallèle établi par Stowe entre le sort des ouvriers anglais et celui des esclaves américains. Les sous-titres anglais ont pour effet de replacer nettement le roman dans son contexte de lutte contre l’esclavage.

31  La renommée du traducteur jouait certainement un rôle, d’autant que certains d’entre eux étaient sans nul doute déjà connus du public. La Bédollière, par exemple, traduisait Dickens et Cooper, entre autres, et était par ailleurs l’auteur d’ouvrages très divers. Le pseudonyme “ Old Nick ”, sous lequel se cachait Paul Emile Daurand Forgues (auteur, avec Adolphe Joanne, d’une traduction publiée en 1853 à Paris, Aux Bureaux du Magasin Pittoresque, et intitulée La Case de l’Oncle Tom ou Tableaux de l’esclavage dans les Etats-Unis d’Amérique)devait également être familier au public français ; il était critique et romancier, membre de la rédaction de la Revue des Deux Mondes, et avait déjà traduit des ouvrages, notamment des nouvelles d’Edgar Allan Poe. Louise Swanton Belloc avait publié des traductions de Byron, de Maria Edgeworth, de Goldsmith, et était en outre l’auteur de livres pour enfants. Voir la série La littérature française contemporaine, commencée par Joseph-Marie Quérard et poursuivie par Charles Louandre, Félix Bourquelot, Alfred Maury, publiée entre 1840 et 1857 (Paris, GP. Maisonneuve et Larose, 6 volumes, 1965).

32  Bibliographie de la France, 1852, pp. 498, 501, 508, 534.

33  Bibliographie de la France, 1852, p. 508, encart de Garnier Frères.

34  Voir l’encart publicitaire en dernière page de la Presse datée du 20 décembre 1852.

35  Bibliographie de la France, 7 mai 1853 pour la publication de cette édition Librairie Nouvelle / Lecou ; p. 16 pour l’annonce publicitaire de Charpentier.

36  Edition Charpentier (1853), (v)-vi.

37  Fragment d’une lettre sans date ni destinataire, mais probablement adressée à l’éditeur James Osgood en 1878. Katharine S. Day Collection, Harriet Beecher Stowe Center, Hartford, Connecticut.

38  Lettre citée dans STOWE, Life, 247.

39  “ Littérature étrangère ” (cf. note 9), 622.

40  Ibid., pp. 622-628.

41  Jules Jovy, “ Chronique ”, Le Moniteur des théâtres, 11 janvier 1853.

42  Pour une analyse détaillée des traductions, analyse qui porte aussi la marque de l’époque à laquelle elle a été rédigée, on se référera utilement à la thèse d’Edith LUCAS, La littérature anti-esclavagiste au dix-neuvième siècle. Etude sur Madame Beecher Stowe et son influence en France, Paris, E. De Boccard, 1930. Selon Lucas, la plupart des traductions françaises du roman de Stowe révèlent les défauts suivants : perte de l’humour présent dans le texte original, incapacité à traduire le dialecte noir, suppressions, ajouts, modifications, contresens divers. Pour le lecteur d’aujourd’hui qui parcourt ces traductions, la plus étrange est sans nul doute celle qui porte la signature de M.L. Carion (La Case de l’Oncle Tom ou sort des Nègres esclaves par Mrs Harriet Beecher Stowe, traduction nouvelle par M.L. Carion, Paris, Dentu / Cambrai, Chez l’Auteur , 1853). C’est une version « catholique » du roman. Le traducteur a ajouté de longues notes pour expliquer que Stowe est plus proche du catholicisme que du « froid protestantisme » (p. 62). Carion espère que « pendant son voyage en France, madame Stowe réfléchira. Catholique par le cœur, elle le deviendra en réalité alors qu’elle pourra voir les œuvres du catholicisme » (note p. 80).

43  Sur la première de couverture de l’édition Librairie Nouvelle / Lecou de 1853, le nom du traducteur, Léon Pilatte, suit immédiatement le titre, alors que même que le nom de l'auteur n'apparaît que pour valider la traduction (“ Traduction autorisée et approuvée par Madame B. Stowe ”).

44  Sylvère Monod, “ Les premiers traducteurs français de Dickens ”.

45  Cité dans Patrick Hersant, “ Defauconpret, ou le demi-siècle d’Auguste ”, Romantisme. Revue du dix-neuvième siècle, n°106 (1999) : Traduire au XIXe siècle, 83-88.

46  Voir également M-F CACHIN et Claire BRUYERE, “ La traduction au carrefour des cultures ”, et Diana COOPER-Richet et al. (sous la dir. de), Passeurs culturels dans le monde des médias et de l’édition en Europe.

47  Un tiers environ des éditions françaises reproduisent la préface de Stowe pour l’édition américaine, préface qui apparaît dans 12 des 38 éditions britanniques que j’ai examinées. Peut-être a-t-elle largement disparu de ces éditions parce que les lecteurs britanniques, à la différence des lecteurs américains, n’avaient nul besoin qu’on les persuade de la nécessité d’abolir l’esclavage. Ceux des traducteurs français qui travaillaient à partir des éditions anglaises qui ne comprenaient pas la préface ne pouvaient guère l’inclure dans leur traduction. De manière quelque peu trompeuse, l’éditeur de l’Administration de Librairie (Les Mystères de l’esclavage), ou le traducteur J-M Cayla, présente cette préface comme une “ lettre de l’auteur aux abonnés ” et la fait précéder de “ Chers lecteurs ”, comme si Stowe s’était adressée exclusivement aux acheteurs de cette édition.

48  Préface à la première édition américaine, Boston, John P. Jewett, 1852 ; préface à l’édition publiée à Londres par Thomas Bosworth, 1852 ; préface à l’édition publiée à Leipzig en langue anglaise par Bernhard Tauchnitz, 1852.

49  La réception est « le point aveugle » de la recherche (ORY, 86). Dans le cas d’Uncle Tom’s Cabin, nous ne disposons que de preuves indirectes sur le lectorat du roman en France, ou sur le nombre d’exemplaires vendus. Dans sa recension de la Presse du 20 décembre 1852, George Sand note que le roman “ est dans toutes les mains, dans tous les journaux ”. Belloc, dans une lettre reproduite dans l’introduction de Stowe à une nouvelle édition américaine du roman (Boston, Houghton, Osgood & Co., 1879) signale que le roman a été lu par adultes et enfants de toutes les couches de la société. Pour Belloc, l’immense popularité du roman a sans nul doute contribué à influencer la France en faveur du Nord pendant la guerre de Sécession. Stowe, pendant un séjour en France en 1856-57, écrit à son mari que l’impression produite par le roman demeure toujours aussi vive, que le livre est lu par des ouvriers, par les pauvres du Faubourg Saint-Antoine (lettre citée dans STOWE, Harriet Beecher Stowe,175-6). Divers journaux français et américains des années 1850 citent le chiffre de 100 000 exemplaires vendus en France.

50  “ La Case de l’oncle Tom a eu plus de retentissement en Europe qu’aucun chef-d’œuvre de Walter Scott, de Cooper, d’Alexandre Dumas, de Balzac, d’Eugène Süe, et de G. Sand ” : Darthenay, “ Théâtre de l’Opéra-Comique. La Case de l’Oncle Tom. Drame en 8 actes de MM. Dumanoir et Dennery ”, Le Moniteur des théâtres, 20 janvier 1853.

51  Bibliographie de la France, 1852, 498.

52  Le premier éditeur de Stowe aux Etats-Unis avait contribué à la popularité du roman en annonçant les chiffres de vente dans les journaux, de préférence en énormes caractères gras. Les éditeurs britanniques ont abondamment pratiqué ce système.

53  Sur ces adaptations et l’influence du roman de Stowe sur la représentation de l’esclave fugitif dans la littérature antillaise, voir le chapitre 3 de l’ouvrage de Marie-Christine Rochmann, L’esclave fugitif dans la littérature antillaise, Paris, Khartala, 2000.

54  Voir le site http://utc.iath.virginia.edu qui propose une multitude de documents autour d’Uncle Tom’s Cabin, notamment sur les éditions américaines du roman et les produits dérivés (américains, britanniques, français etc.).

55  “ Le roman à l’américaine ”, L’Artiste, 15 décembre 1852, 157.

56  Taxile Delord, “ L’Oncle Tom. Traduction de M.E. de Labédollière — De MM. Léon de Wailly et Edmond Texier ”, Le Charivari, 23 novembre 1852.

57  John Lemoinne, Journal des Débats, 20 octobre 1852.

58  Emile de La Bédollière, “ Préface ”, La Case du Père Tom ou Vie des nègres en Amérique, Paris, Gustave Barba, 1853, 1-4. Rappelons qu’à l’inverse de la Grande-Bretagne où les récits d’anciens esclaves américains connaissaient un grand succès (FISCH), la France s’est peu intéressée à ces ouvrages ; en effet, un seul d’entre eux semble avoir été traduit en français entre 1800 et 1865 : il s’agit du récit de Frederick Douglass, publié sous le titre Vie de Frédéric Douglass, esclave américain (Paris, Pagnerre, 1848). Voir la liste intitulée « North American Slave Narratives » sur le site « Documenting the American South » : http://docsouth.unc.edu. Le texte de présentation du colloque « Littérature et esclavage (XVIIIe-XXe) siècles », 18-20 juin 2009, Institut Des Sciences de l’Homme, Lyon, rappelle que si les historiens ont consacré nombre d’études à l’esclavage, les littéraires en France ont, en revanche, peu tiré parti de ce thème, sur lequel beaucoup reste à faire.

59  Taxile Delord, “ L’Oncle Tom. Traduction de M. E. de Labédollière — De MM. Léon de Wailly et Edmond Texier ”, Le Charivari, 23 novembre 1852.

60  Flaubert ne partageait pas cet avis, et s’irritait à la fois des interventions fréquentes de l’auteur dans son récit (“ L’auteur, dans son œuvre, doit être comme Dieu dans l’univers, présent partout, et visible nulle part ”) et de l’exagération des qualités de Tom (“ Je n’ai pas besoin pour m’attendrir sur un esclave que l’on torture, que cet esclave soit brave homme, bon père, bon époux et chante des hymnes et lise l’Evangile, et pardonne à ses bourreaux, ce qui devient du sublime, de l’exception, et dès lors une chose spéciale, fausse ”). Lettre à Louise Collet (5 décembre 1852), Gustave Flaubert, Correspondance, tome 2, Paris, Gallimard, 1980, 200-204.

61  Dans son “ Avertissement du traducteur ” Alfred Michiels compare Stowe à Shakespeare, Bernardin de Saint-Pierre, Walter Scott, Molière et Byron (La Cabane de l’Oncle Tom ou La vie des nègres en Amérique, Paris, Garnier Frères, 1853).

62  George Sand, “ Harriett Beecher Stowe ”, la Presse, 20 décembre 1852.

63  Philarète Chasles, “ Littérature étrangère ”, Revue contemporaine, novembre 1852, 620. Cet oubli des règles de l’art au profit de l’efficacité de la “ propagande ” (terme utilisé par Louis Enault dans sa préface à l’édition Hachette) a certainement contribué à l’irritation de Charles Monselet qui, dans L’Artiste, rappelle à ses contemporains : “ Parce que tout se consacre en France, la France doit justement être avare de consécrations ” : “ Le roman à l’américaine ”, L’Artiste, 15 décembre 1852, 157.

64  Léon Kreutzer, par exemple, critique les illusions de Stowe sur les Noirs, qu’il qualifie de “ rêvasseries humanitaires ”. Il lui reproche également d’avoir recours aux “ arguments édentés du socialisme ”. Léon Kreutzer, “ Les théâtres et les arts ”, Revue contemporaine, tome 5, janvier 1853, 633-644.

65  Article non signé du Times (Londres), 3 septembre 1852 ; l’article de Riancey est évoqué dans Le Charivari du 16 mars 1853 (Louis Huart, “ La machine infernale de l’Union ”). Il semble qu’un aspect du texte plus controversé ait été son côté protestant. Fin janvier 1853, le journal l’Univers avait déjà consacré sept articles à une attaque du roman fondée sur ce motif (Taxile Delord, “ Théâtre de la Gaité – L’Oncle Tom, drame en cinq actes, par MM. Jules sic de Wailly et Edmond Texier ”, Le Charivari, 24 janvier 1853. Rappelons à ce sujet que le roman fut mis à l’index par le Vatican.

66  Léon Pilatte, “ Introduction ”, La Case de l’Oncle Tom, Paris, Librairie Nouvelle / Victor Lecou, 1853, xiii-xv ; Old Nick et Joanne, “ La vie de Harriet Stowe ”, La Case de l’Oncle Tom, Paris, Bureaux du Magasin Pittoresque, 1853, pp.vii-x ; La Bédollière, “ Préface ”, La Case du Père Tom, Paris, Gustave Barba, 1853, 1-4.

67  The New York Times, 15 janvier 1853. Voir également, par exemple, Putnam’s Monthly de janvier 1853, The Liberator du 4 mars 1853, Frederick Douglass’ Paper du 25 mai 1853.

68  National Anti-Slavery Standard, 24 septembre 1853 ; The Liberator, 7 janvier 1853 ; The Independent, 5 mai 1853 ; North American Review, octobre 1853.

69  Avant Uncle Tom’s Cabin, d’autres romans avaient suscité des produits dérivés, par exemple Paul et Virginie à la fin du 18ème siècle, Les Mystères de Paris dans les années 1840, et en Angleterre les romans de Charles Dickens.

70  WINSHIP, 370.

71  “ Le roman à l’américaine : Uncle Tom’s Cabin ”, L’Artiste, 15 décembre 1852, 157-158.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire PARFAIT, « Un succès américain en France : La Case de l’Oncle Tom », E-rea [En ligne], 7.2 | 2010, mis en ligne le 24 mars 2010, consulté le 26 avril 2017. URL : http://erea.revues.org/981 ; DOI : 10.4000/erea.981

Haut de page

Auteur

Claire PARFAIT

Claire Parfait, Professeur à l’Université Paris 13, est directrice du CRIDAF (Centre de recherches sur les aires anglophones et francophones, EA 453). Elle a publié entre autres The Publishing History of Uncle Tom’s Cabin, 1852-2002 (Burlington, Vermont, USA, and Aldershot, Hampshire, UK, Ashgate, 2007), et co-dirigé avec Marie-Françoise Cachin, Diana Cooper-Richet et Jean-Yves Mollier : Au bonheur du feuilleton : naissance et mutations d’un genre (France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, XVIIIe-XXe siècle), Paris, Créaphis, 2007.

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org