Navigation – Plan du site
Articles hors thème

Le conservatisme américain : entre maturité philosophique et précarité politique

Jérôme NOIROT

Résumés

À l’approche de l’élection présidentielle aux Etats-Unis en novembre 2012, les primaires républicaines ont à nouveau fait apparaître une majorité de candidatures fondées sur un discours conservateur qui, depuis le milieu des années 1950, juxtapose économie de marché, héritage judéo-chrétien, et une politique de défense vigoureuse. Selon les théories les plus récurrentes, ce discours repose sur des incohérences philosophiques qui annoncent fatalement la disparition du conservatisme américain sous sa forme actuelle. Cet article a pour but d’explorer les origines intellectuelles du conservatisme outre-Atlantique et ainsi de montrer comment la réunion de principes issus du conservatisme et du libéralisme européens des XVIIIe et XIXe siècles a engendré une synthèse théorique typiquement américaine et cohérente en rupture avec l’interventionnisme étatique hérité du New Deal. L’article soulignera également les difficultés politiques rencontrées par cette synthèse face à l’extension de l’Etat providence aux Etats-Unis et, dans ce cadre, analysera les rapports entre le conservatisme et le Parti républicain.

Haut de page

Texte intégral

1Ce que l’on appelle aujourd’hui le « conservatisme américain » est apparu le 19 novembre 1955, date de la première publication de National Review, un magazine fondé par William F. Buckley Jr. Dans une phrase restée célèbre, Buckley explique que la National Review a pour intention de « se mettre en travers de l’histoire et de hurler ‘ça suffit !’, à un moment où personne n’est disposé à le faire ou à tolérer ceux qui préconisent une telle démarche ». De quelle démarche parle-t-il ? Celle qui consiste tout simplement à réaffirmer le danger que pose aux yeux des conservateurs de la revue la centralisation alors jugée excessive du pouvoir politique aux Etats-Unis au détriment des libertés individuelles telles que celles-ci ont été définies, codifiées, et encadrées dans la Déclaration d’Indépendance de 1776, la Constitution adoptée en 1787, la Déclaration des Droits ratifiée en 1791, et tous les autres amendements à la Constitution qui ont suivi. Cette démarche constitutionnaliste débouchera sur l’élaboration d’un conservatisme cherchant à fusionner en un tout théoriquement cohérent les différentes alternatives philosophiques proposées après-guerre en opposition à l’extension de l’Etat providence. Ce conservatisme s’appuie alors sur l’économie de marché, la transmission des valeurs traditionnelles issues de l’héritage judéo-chrétien notamment pour limiter le rôle de l’Etat, et une politique de défense résolument opposée à la menace extérieure.

2Il est généralement admis comme point de départ à une majorité d’études scientifiques et de commentaires journalistiques portant sur le sujet que la fusion des thèmes conservateurs dans le creuset conçu par William F. Buckley Jr. forme un ensemble artificiel et contraint dont les incompatibilités congénitales constituent le ferment de la dégradation et de la dislocation de la synthèse conservatrice et, potentiellement, de la marginalisation électorale du Parti républicain, qui est le moyen politique sélectionné par cette coalition depuis 1964 pour tenter de concrétiser ses ambitions programmatiques. Dans To the Right, Jerome Himmelstein émet l’hypothèse que « ce qui a donné au mouvement conservateur le potentiel de répondre aux préoccupations et au mécontentement de divers segments de l’électorat ne provenait pas spécifiquement de l’anticommunisme qui le caractérisait, ni de l’enthousiasme qu’il témoignait à l’économie de marché ou encore de l’inquiétude qu’il manifestait face à la déliquescence sociale, mais de l’ennemi commun qu’il prenait pour cible dans tous ces domaines (…), à savoir l’élite interventionniste, laïque et insuffisamment opposée au communisme qui reste associée au New Deal et à ses continuateurs ». (Himmelstein, 77) Le commentaire de Jerome Himmelstein traduit l’idée généralement répandue selon laquelle en cas de disparition du point de ralliement que lui fournit l’existence d’un adversaire qui concentre sur lui toutes les velléités antagonistes, la synthèse conservatrice serait à nouveau confrontée à ses incohérences et s’exposerait mécaniquement à des risques de délitement.

3L’éventualité d’un tel éclatement sous l’effet des tensions centrifuges exercées par l’atomisation potentielle de la pensée conservatrice fait l’objet d’un consensus d’autant plus large que l’examen de l’évolution du mouvement conservateur au cours des trois dernières décennies laisse entrevoir ce qui est interprété comme un déséquilibre interne au profit de la sensibilité traditionaliste telle que celle-ci a été exprimée plus récemment par la Nouvelle Droite au début des années 1970 et par les religieux conservateurs depuis 1979. Depuis cette époque, la place grandissante accordée aux questions de société au sein des programmes conservateur et républicain, que ce soit, d’une part, le rejet de la pornographie, de l’interruption volontaire de grossesse et des revendications féministes et homosexuelles, ou d’autre part, la re-introduction de la prière dans les écoles publiques ou l’enseignement des théories créationnistes de l’origine du monde en complément des doctrines évolutionnistes, est généralement perçue comme un processus générateur de tensions internes. Dans un article publié dans le Washington Post le 17 novembre 2005, l’observateur politique George Will prédit que « la coalition conservatrice, qui est en cours de dislocation pour bon nombre de raisons, va rapidement se désintégrer si les conservateurs favorables au recul de l’Etat en matière économique et sociale s’imaginent que [les traditionalistes] refusent de recourir aux institutions privées (…) pour améliorer la santé morale du pays et s’efforcent, au contraire, d’utiliser l’Etat pour y parvenir ». Dans une tribune publiée dans le New York Times en mars 2005, John C. Danforth, ancien sénateur républicain du Missouri et ambassadeur des Etats-Unis à l’Organisation des Nations Unies, affirme lui aussi qu’en adoptant « des politiques sectaires », « les Républicains ont fait du parti la branche politique des chrétiens conservateurs ». Dans le Washington Post du 27 juillet 2006, David Broder rapporte des commentaires républicains de l’époque selon lesquels « toutes les décisions prises par [l’Administration Bush] semblent avoir pour unique objectif de satisfaire la droite religieuse ». Dans un article du 29 septembre 2005, The Economist donne un point de vue convergent. Sur la base d’une typologie détaillée des rapports de force existants, le journal suggère que l’unité du mouvement conservateur est compromise et conclut qu’« une recomposition est sans doute en cours de préparation dans les rangs conservateurs ». The Economist réitère ses doutes quant à la viabilité de la synthèse conservatrice le 9 août 2007 en évoquant « l’implosion de la droite » et la situation de « guerre civile » qui prévaut en son sein. En 2008, Sam Tanenhaus consacre au sujet un livre qu’il intitule The Death of Conservatism. La même année, le New Yorker publie un article de fond sur le même thème mais choisit un titre plus prudent, « The Fall of Conservatism ».

4C’est dans ce même contexte interprétatif que l’élection présidentielle de 2012 s’est déroulée. Pour autant, lors des primaires républicaines, les candidats conservateurs Newt Gingrich, Rick Perry, Rick Santorum, et Michele Bachmann se sont tous présentés comme des « Reagan Conservatives ». A des degrés divers, tous ont en effet revendiqué l’héritage politique et philosophique de Ronald Reagan et promis à l’opinion publique américaine de suivre fidèlement l’exemple du 40ème président des Etats-Unis afin, selon eux, de mieux régénérer le pays. Cet héritage qui, en réalité, remonte aux positions prises par le sénateur républicain de l’Arizona, Barry M. Goldwater, entre la fin des années 1950 et 1964 lorsqu’il fut candidat à l’élection présidentielle face au Démocrate sortant, Lyndon B. Johnson, repose sur la juxtaposition de deux thèmes fondateurs : les vertus de l’économie de marché et les enseignements de la tradition, auxquels s’ajoute, à des degrés divers, le devoir de garantir l’intégrité territoriale du pays ainsi que ses intérêts extérieurs. Il s’avère que cette triple thématique constitue l’essence même du discours façonné par William F. Buckley Jr. et ses amis dans les pages du magazine National Review à partir de 1955.

5La manifestation d’un discours systématiquement fusionniste lors de l’élection présidentielle de 2012 soulève donc des interrogations quant à la validité des théories faisant état de la fragilité de l’amalgame conservateur en raisons d’incohérences philosophiques. Il semblerait, tout d’abord, que, de Buckley à Gingrich et Perry en passant par Goldwater et Reagan, ce conservatisme ait résisté à l’épreuve du temps et constitue régulièrement une alternative programmatique à d’autres projets de gouvernement. Comment expliquer cette constance philosophique ? Sommes-nous en présence d’un trompe-l’œil théorique redessiné de manière opportuniste au gré des cycles électoraux ou s’agit-il d’une synthèse achevée du fait même des principes qui la composent ? Quelles sont alors les origines intellectuelles de ces principes ? Et si la « guerre civile » dont parlait George Will en août 2007 n’était finalement pas celle qui oppose les unes aux autres des composantes du mouvement conservateur artificiellement réunies, mais au contraire, le conflit qui divise les conservateurs fusionnistes d’un côté et les Républicains centristes de l’autre, pour prendre le contrôle du Parti républicain ? La « chute » du conservatisme que décrit le New Yorker en 2008 ne serait alors pas celle d’une philosophie mais l’incapacité d’un mouvement à s’imposer institutionnellement et politiquement. Dans ce cas, ne serait pas mise en cause la synthèse elle-même en tant que synthèse mais bien plutôt sa place dans le système bipartite américain, et peut-être même la vision dont elle est porteuse. C’est une réponse à chacune de ces questions que cet article tente d’apporter.

Consensus interventionniste entre 1933 et 1955

6La synthèse conservatrice est virtuellement née avec le déclenchement de la crise de 1929 aux Etats-Unis suite à l’effondrement boursier du pays. La Grande Dépression contribue, en effet, à la modernisation du conservatisme américain car, au-delà des conséquences économiques et financières immédiates, l’évènement engendre tout aussi promptement de profonds bouleversements au sein de la vie politique américaine qui s’avèrent initialement dévastateurs pour le conservatisme de l’époque mais qui portent en eux les ferments du renouveau. La victoire du Parti démocrate aux élections législatives de 1930 et l’accession de Franklin Delano Roosevelt à la présidence en 1932, toutes deux nées de l’urgence à limiter les effets néfastes de la crise, engendrent une redéfinition du rôle de l’Etat fédéral. La phase la plus active des réformes du New Deal, entre 1933 et 1938, reflète en effet la volonté du président démocrate d’intervenir beaucoup plus systématiquement dans le domaine économique et social. Cet interventionnisme, qui consiste à recourir à certaines formes de planification économique, à autoriser l’Etat à jouer un rôle d’entrepreneur, à poser les bases d’un Etat providence encore inexistant à l’échelle du pays et à octroyer davantage de droits au monde syndical, est jugé sans précédent par les adversaires politiques de Roosevelt et constitue une source d’opposition qui donnera naissance au conservatisme fusionniste dans les années 1950. En attendant, Roosevelt est réélu en 1936, 1940, et 1942, et règne alors dans le pays un consensus politique dit « liberal » qui, selon l’acception américaine du terme, réunit, d’une part, une politique étrangère tournée vers l’endiguement de la menace soviétique, et, d’autre part, le recours à l’intervention de l’Etat central sur le plan économique et social. La permanence de ce consensus interventionniste dans l’immédiat après-guerre et au-delà fait d’ailleurs dire au critique littéraire Lionel Trilling en 1950 qu’« aux Etats-Unis, en ce moment, le liberalism n’est pas seulement la tradition intellectuelle dominante mais la seule. (…) Le conservatisme et la réaction n’ont pas, à l’exception de quelques ecclésiastiques et de quelques personnalités isolées, d’autres expressions qu’un reliquat de pratiques et d’attitudes psychologiques plus impulsives qu’autre chose » (Trilling, IX). La remarque vise probablement le sénateur républicain de l’Ohio, Robert Taft, Charles E. Fuller, un prédicateur fondamentaliste célèbre pour ses programmes radiophoniques The Old Fashioned Revival Hour et The Pilgrim’s Hour, ou encore Carl McIntire, un autre prédicateur fondamentaliste connu pour son anti-communisme et son militantisme évangéliste et anti-moderniste.

7La décennie qui s’ouvre sur le verdict sans appel prononcé par Lionel Trilling au sujet du conservatisme va néanmoins avoir pour effet de tempérer l’âpreté d’un tel jugement. Le consensus interventionniste contribue en effet à la reconstruction de la pensée conservatrice dont l’éclectisme philosophique initial est transformé, à la fin des années 1950 et au début des années 1960, en un corps de doctrine qui se pose en alternative intellectuelle et politique potentielle.

Défense de l’économie de marché et de l’individualisme

8La première phase de la structuration intellectuelle du mouvement conservateur intervient en septembre 1944, date de parution aux Etats-Unis de La route de la servitude de l’économiste autrichien Friedrich August von Hayek. Hayek enseigne à la London School of Economics depuis 1931 et c’est au contact des milieux intellectuels britanniques qu’il mesure rapidement l’étendue du discrédit dont souffre alors le capitalisme comme modèle d’organisation économique et sociale. Cette époque est d’ailleurs celle où Hayek engage le débat avec John Maynard Keynes. L’économiste autrichien constate que la quête d’alternatives viables à ce qui est analysé outre-Manche comme les carences du système capitaliste conduit à privilégier l’adoption des principes de la planification comme mode de fonctionnement dans le domaine économique. Le conflit mondial qui éclate en 1939 attise encore davantage les craintes qu’inspire à Hayek la tentation de la planification au Royaume Uni. Il sait qu’une économie de guerre contribue à l’accroissement du rôle de l’Etat dans la vie économique et sociale d’un pays par le contrôle systématique de la production industrielle et de la distribution des biens produits. Il redoute que l’Etat, une fois la paix revenue, ne prolonge l’exercice de ses prérogatives élargies. Le rapport rendu public par William Henry Beveridge en 1942, dans lequel est présenté un plan d’organisation de la protection sociale britannique qui façonnera le système d’assurance maladie finalement adopté par le pays au lendemain de la guerre, en est d’ailleurs, aux yeux de Hayek, l’illustration inquiétante.

9Dans La route de la servitude, Hayek explique que « depuis vingt-cinq ans au moins, avant même que le spectre du totalitarisme ne soit devenu une menace immédiate, nous nous sommes progressivement écartés des idéaux essentiels sur lesquels la civilisation européenne est fondée » (La route 17). Il attribue cet écart à « la tendance moderne vers le socialisme » qu’il décrit comme l’« abolition de l’entreprise privée et de la propriété privée des moyens de production, et la création d’un système d’‘économie planifiée’ où le chef d’entreprise travaillant pour un profit est remplacé par un organisme planificateur central » (La route 30). Hayek souligne qu’en adoptant ce système, « ce qu’on abandonne peu à peu, ce n’est pas simplement le libéralisme européen du XVIIIe et du XIXe siècles, mais surtout l’individualisme fondamental que nous avons hérité d’Erasme et de Montaigne, de Cicéron et de Tacite, de Périclès et de Thucydide » (La route 17).

10Aux Etats-Unis, les opposants au New Deal trouvent dans la thèse développée par F. A. Hayek un avertissement opportun contre des politiques interventionnistes qui, selon eux, portent directement atteinte aux libertés individuelles, à la démocratie et à l’Etat de droit. Hayek explique en effet que de nouveaux modes de pensée ont procédé à la redéfinition politique de la liberté au point, selon lui, de donner un sens perverti au mot « libéral » aux Etats-Unis. Il rend Franklin Delano Roosevelt indirectement responsable de cette transformation suite au discours sur l’état de l’Union que le président prononce devant le Congrès le 6 janvier 1941 et dans lequel il envisage un nouvel ordre mondial bâti sur quatre libertés fondamentales : « la liberté d’expression, la liberté religieuse, la liberté de vivre à l’abri du besoin et la liberté de vivre à l’abri de la peur ». Hayek voit dans l’élaboration et la mise en œuvre d’une telle politique une perversion inacceptable de ce qu’il considère comme la définition classique de la liberté individuelle :

Pour les grands apôtres de la liberté politique, être libre, cela avait voulu dire être libre de toute coercition, de tout arbitraire exercé par autrui, être dégagé des liens qui obligeaient l’homme à obéir aux ordres de son supérieur. Mais la nouvelle liberté consisterait à être libre de tout besoin, libre de l’obligation des circonstances qui limitent inévitablement, encore qu’inégalement, la possibilité de choix de chacun de nous. Avant que l’homme pût être vraiment libre, il fallait briser ‘le despotisme du besoin physique’ et relâcher ‘les contraintes du système économique’. (La route 25)

Plus précisément, Hayek voit un inconvénient rédhibitoire dans les dommages que fait subir, d’après lui, cette nouvelle conception de la liberté à l’Etat de droit :

L’égalité formelle devant la loi est en contradiction, voire incompatible, avec tout effort de l’Etat tendant à réaliser l’égalité matérielle ou concrète entre les hommes. En d’autres termes, toute politique qui s’efforce de mettre en pratique l’idéal de la justice distributive doit mener tout droit à l’abolition du règne de la loi. Pour obtenir de gens différents des résultats identiques, il faut les traiter différemment. Offrir à des hommes différents la même possibilité objective c’est ne pas leur accorder la même chance subjective. (La route 63)

11Appliquée au New Deal, l’analyse de Hayek constitue aux yeux des conservateurs américains d’après-guerre une dénonciation morale sans équivoque de ce qu’ils jugent être la remise en question de la dimension individualiste du contrat social formulé par Thomas Jefferson dans la Déclaration d’Indépendance et du principe affirmé constitutionnellement de l’égalité de tous devant la loi. La résonance de La route de la servitude auprès des lecteurs américains à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale s’explique donc non seulement par l’importance accordée par son auteur à la réhabilitation de l’économie de marché mais aussi par la puissance de l’appel lancé indirectement par l’ouvrage à un retour aux principes constitutifs de la République américaine.

L’objectivisme de Ayn Rand

12Cette thématique de la liberté individuelle et de la libre entreprise apparaît de manière encore plus tranchante dans les romans de Ayn Rand. Rand, une émigrée russe qui obtient la nationalité américaine en 1931, connaît un certain succès populaire suite à la publication de The Fountainhead en 1943 et de Atlas Shrugged en 1957. Ayn Rand y défend ce qu’elle désigne par « objectivisme », une philosophie qui s’appuie sur une « conception de l’homme en tant qu’être héroïque, dont le bonheur personnel constitue le seul objectif moral de son existence, et dont l’accomplissement productif représente la plus noble de ses activités » (Atlas Shrugged 1074). Selon Ayn Rand, le but ultime de l’existence de l’homme est « l’homme lui-même, défini comme une fin en soi (…), refusant tout autant de se sacrifier pour autrui que de sacrifier autrui pour atteindre son épanouissement » (Atlas Shrugged 1075). Les relations entre les individus se présentent donc sous cet angle comme des transactions mutuellement consenties et bénéfiques, ce qui sous-entend la primauté des droits individuels au sein desquels le droit de propriété privée forme la clé de voûte. Dans ce cadre, Rand exclut l’usage de la force, sauf à des fins de légitime défense et pour protéger les droits inaliénables des individus. La raison, qui doit demeurer le « seul absolu », complète l’univers randien. La raison est, en effet, décrite comme le seul outil épistémologique à la disposition de l’homme pour saisir la réalité qui l’entoure et assurer sa propre survie. L’objectivisme répudie ainsi toute forme de déterminisme, toute notion portant à croire que l’homme est la victime de forces qui échappent à son contrôle, qu’il s’agisse de son éducation, de son identité génétique ou des conditions économiques.

13De ces principes individualistes découle un rejet de toute prise en charge collectiviste de l’organisation socio-économique d’un pays, que cette responsabilité soit d’inspiration communiste ou fasciste ou qu’elle apparaisse sous la forme atténuée d’une politique économique redistributive des richesses nationales. La philosophie de Ayn Rand ouvre ainsi une brèche théorique supplémentaire dans le consensus interventionniste américain d’après-guerre et offre un point de ralliement complémentaire aux adversaires de l’esprit du New Deal. Rand, Hayek et leurs disciples sont alors classés politiquement aux Etats-Unis comme des individualistes libertariens (libertarians).

Essor du traditionalisme

14L’opposition à l’accroissement du rôle de l’Etat fédéral se cristallise également autour des réflexions menées par Richard Weaver notamment dans Ideas Have Consequences, publié en 1948. Lorsqu’il annonce laconiquement dans l’introduction de son ouvrage « qu’il s’agit là d’un livre qui, lui aussi, a pour thème la dégénérescence de l’Occident » (Weaver 1), il fait part de l’acuité avec laquelle les interrogations portant sur le destin moral et métaphysique de l’homme animent le travail de rénovation multidimensionnelle de la pensée conservatrice américaine au milieu du XXe siècle. Dans son livre, Weaver réveille anachroniquement la vieille « Querelle des universaux », polémique qui émaille les débats scolastiques entre le XIIe et le XIVe siècles. La thèse qu’il développe prend pour cible la doctrine nominaliste énoncée originellement par Roscelin, le chanoine de Compiègne, et défendue par le théologien et philosophe anglais Guillaume d’Occam au XIVe siècle. Le reproche épistémologique fondamental que Weaver adresse à Guillaume d’Occam est d’avoir fatidiquement ouvert la voie à l’empirisme moderne en refusant aux « universaux » toute réalité substantielle en dehors de la perception sensorielle. Pour Weaver, la question essentielle consiste à déterminer l’existence ou non d’une « source de vérité supérieure à l’homme et indépendante de lui » (Weaver 3), avec pour objectif ultime de combattre le relativisme et de tarir ainsi ce que Weaver considère comme la source principale de la décadence de l’Occident. Selon le raisonnement qu’il esquisse dans son introduction, Weaver explique que le refus de la réalité exclusivement intellectuelle des « universaux » conduit au « refus de tout ce qui transcende l’expérience. Le refus de ce qui transcende l’expérience induit immanquablement le refus de la vérité. En refusant la vérité objective, on ne peut échapper au relativisme selon lequel ‘l’homme est la mesure de toutes choses’«  (Weaver 4). Weaver constate que « depuis quatre siècles, chaque individu est non seulement son propre prêtre mais également son propre professeur d’éthique, et que la conséquence est une anarchie qui va jusqu’à menacer le minimum de consensus autour de valeurs communes dont l’Etat a besoin pour fonctionner normalement » (Weaver 2). Le remède préconisé par Weaver consiste ainsi à réhabiliter un ordre transcendant objectif débarrassé de ce qui apparaît alors, selon cette logique, comme les audaces positivistes, ou trop rationalistes, du New Deal, et dans lequel la religion et la tradition procèdent conjointement à la révélation de la vérité. Dans The Conservative Mind, publié en 1953, Russell Kirk partage le raisonnement traditionaliste de Weaver visant à limiter le rôle de l’Etat central. Il s’appuie plus particulièrement sur Edmund Burke pour dénoncer tout tentative d’élimination de la tradition au bénéfice d’une restructuration de la société à partir d’un plan abstrait préconçu et potentiellement tyrannique comme, selon Burke, dans le cas de la Révolution française.

Le fusionnisme de William F. Buckley Jr. et de Frank Meyer

15À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’opposition à la centralisation du pouvoir au niveau fédéral s’exprime donc aux Etats-Unis par le biais de l’individualisme entrepreneurial libertarien énoncé par F.A. Hayek, Ayn Rand, puis Milton Friedman, et du traditionalisme d’essence judéo-chrétienne et burkéenne promu par Richard Weaver, Russell Kirk ou encore Robert Nisbet. Ces deux courants de pensée se rejoignent également sur les questions internationales de l’époque, notamment pour dénoncer le communisme comme une idéologie néfaste pour l’individu du fait de ses fondements collectivistes et athées. Pour les traditionalistes et les individualistes libertariens, la solution à l’accroissement jugé menaçant pour l’individu et la société du rôle de l’Etat central passe par une réaffirmation des principes contenus dans la Déclaration d’Indépendance et la Constitution adoptée en 1787 et amendée par la suite. Dans les colonnes de la National Review et d’autres publications à partir de 1955, William F. Buckley Jr., notamment secondé par Frank Meyer, souligne le fait que l’anti-communisme et le conservatisme constitutionaliste partagés par les traditionalistes et les individualistes libertariens doivent nécessairement provenir de conceptions communes du destin humain individuel et collectif. Pour Buckley et Meyer, cette proximité conceptuelle doit permettre la fusion des deux courants de pensée en un corps de doctrine unique et cohérent qu’ils appelleront finalement « conservatisme ». Dans un article paru dans la revue Modern Age à l’automne 1960 sous le titre « Freedom, Tradition, Conservatism », Meyer explique qu’il existe « une interdépendance complémentaire entre la liberté et la vertu » et que la ligne de fracture entre les deux n’est pas irrémédiable car « atteindre la vertu est ce que l’homme doit se donner pour objectif, et la liberté, au nom de Dieu, est le moyen dont il a besoin pour y parvenir ». Il avertit enfin ses lecteurs que « la vérité s’atrophie lorsque la liberté meurt, si vertueuse soit l’autorité qui l’anéantit, et que la liberté individuelle privée du socle des valeurs morales se putréfie et crée rapidement les conditions de la capitulation devant la tyrannie ».

Fusion illusoire ?

16L’examen des textes fondateurs de la pensée conservatrice américaine d’après-guerre révèle toutefois de profondes divergences entre les différents courants philosophiques qui la composent de manière cloisonnée jusqu’au travail d’amalgame entrepris par William F. Buckley Jr. et Frank Meyer à partir du milieu des années 1950. Les désaccords les plus significatifs entre individualistes libertariens et traditionalistes portent principalement sur le rôle réservé à la raison dans l’interprétation de la nature et du destin de l’homme et, partant, dans l’organisation politique et sociale du pays. Les traditionalistes prennent pour point de départ ce qu’ils considèrent comme l’ordre cosmologique originel. Il s’agit d’un ordre créé par Dieu dans lequel Dieu, et non l’homme naturellement corrompu, est la mesure de toutes choses. Le statut de l’homme dans la hiérarchie cosmologique est subordonné à celui de Dieu qui guide toutefois l’action humaine par la révélation de ses commandements, les leçons enseignées par l’Histoire, la tradition en tant que reflet de la sagesse collective accumulée au fil des âges, et les facultés rationnelles dont est naturellement doté chaque individu, si imparfaites soient-elles.

17Dans ce cadre philosophique, moral, et social constitutivement façonné par des principes de type théocentrique, il apparaît logique que les traditionalistes censurent ce qu’ils interprètent comme les prétentions anthropocentriques directement issues de la Renaissance et du siècle des Lumières. La pensée traditionaliste accuse en effet plus particulièrement le rationalisme et l’exaltation de l’esprit scientifique de transmettre à l’homme une confiance immodérée et présomptueuse en sa capacité à comprendre et à maîtriser les conditions physiques et morales de son existence. Il s’ensuit que ce qui est ainsi perçu comme l’usage audacieux de la raison et l’application hardie de la science donne à l’homme l’illusion de pouvoir renverser l’ordre providentiel pré-établi et l’incite consécutivement à substituer à cet arrangement divin des conceptions philosophiques, politiques, juridiques et sociologiques du progrès humain qui s’avèrent utopiques et dévastatrices. Les traditionalistes voient dans le relativisme, le totalitarisme, le positivisme et l’égalitarisme certains des exemples les plus ruineux de ce qu’ils jugent être la dérive rationaliste et scientifique faussement émancipatrice de l’humanité en conséquence de la remise en question des normes morales et religieuses traditionnelles émanant de l’ordre objectif transcendant préexistant.

18Le réquisitoire traditionaliste contre le recours systématique à la raison et à la science pour redéfinir et transformer le destin humain tranche, dans une certaine mesure, avec l’optimisme des individualistes libertariens quant à l’aptitude rationnelle et scientifique de l’homme à repousser les limites de la connaissance et à améliorer la condition humaine. Si elle ne se confond pas automatiquement avec une vision athée ou agnostique de l’univers, la pensée individualiste libertarienne d’après-guerre ne reconnaît pas moins, en effet, l’autorité immanente de la raison en tant qu’instrument de survie, et milite, en conséquence, pour l’instauration d’un cadre institutionnel, le marché, favorable au développement et à l’expression des capacités créatrices et productives de l’être humain. Suivant cette logique, l’avancement et le respect de la liberté individuelle deviennent alors les seuls critères légitimes d’évaluation de l’action politique. C’est précisément sur la place qu’il convient d’accorder à la liberté individuelle dans la hiérarchie des principes fondamentaux qui structurent et animent naturellement le destin humain que se manifeste un autre clivage entre traditionalistes et individualistes libertariens. La dimension libertarienne de la pensée conservatrice nie l’existence de valeurs objectives transcendantes normatives et admet uniquement la validité de fins individuelles spécifiques définies de manière subjective. Dans ce contexte, l’État n’a donc pas vocation à guider ou à influencer les choix individuels sur le plan moral. Les traditionalistes se défient de ces réflexes relativistes et potentiellement anarchiques qui caractérisent, selon eux, la manière dont les individualistes libertariens s’accommodent des multiples variations entre les différentes aspirations exprimées individuellement.

Distinction entre libertariens et néolibéraux

19Contrairement à ce que pourrait laisser penser l’existence de divergences théoriques apparemment rédhibitoires entre les traditionalistes et les individualistes libertariens, principalement au sujet du rôle de la raison humaine et de la place de la liberté dans la hiérarchie des valeurs, l’hypothèse d’une rupture philosophique et politique entre les deux principaux courants qui composent la pensée conservatrice américaine d’après-guerre ne résiste pas à la réalité des points communs doctrinaux qui réunissent ces deux systèmes de manière fondamentale et cohérente.

20Dans un premier temps, les théoriciens traditionalistes originels, ainsi d’ailleurs que certains individualistes communément associés à l’école libertarienne, notamment F. A. Hayek, établissent une distinction essentielle entre deux schémas de pensée parmi les représentants philosophiques de l’individualisme libertarien. Lors d’un discours intitulé « A Dispassionate Assessment of Libertarians » prononcé à la Heritage Foundation le 19 avril 1988, Russell Kirk, effectue, en effet, une différenciation entre les libertariens qu’il décrit comme « les descendants des libéraux classiques » et les « idéologues libertariens » tels que l’écrivain Ayn Rand, l’économiste Murray Rothbard, et leurs successeurs. Selon Kirk, ces « idéologues libertariens » ne peuvent en aucun cas prétendre appartenir politiquement au camp conservateur. Le théoricien traditionaliste leur reproche en effet de promouvoir une forme de liberté qui ne fait qu’encourager l’expression des instincts les plus égoïstes et les plus lubriques de l’être humain :

Ce que les libertariens doctrinaires nous proposent est une idéologie de l’égoïsme universel. (…) [Ils] s’imaginent que le monde est fait pour satisfaire les exigences du Moi, avec ses appétits et ses passions impérieuses. (…) Ils s’évertuent à vouloir affirmer le droit de chaque citoyen d’errer librement aux confins de la luxure la plus débridée. (« A Dispassionate Assessment »)

Par ailleurs, Kirk juge utopique et hypocrite la logique qui anime le projet de société défendu par libertariens :

Ils recherchent une liberté abstraite qui, à ce jour, n’a jamais existé dans aucune civilisation. (…) Le rêve de la liberté absolue dans la sphère privée sort tout droit de la porte d’ivoire. (…) Du point de vue philosophique, [les idéologues libertariens] ne sont que des anarchistes habillés en bourgeois. (« A Dispassionate Assessment »)

21Enfin, l’absence de contraintes associée par Kirk et les traditionalistes au type de société envisagé par certains libertariens conduirait fatalement au désordre et aurait pour effet pervers l’anéantissement même de la liberté individuelle :

22La principale ligne de démarcation sur la scène politique moderne (…) sépare tous ceux qui croient en l’existence d’un ordre moral transcendant de ceux qui considèrent le passage éphémère des individus sur Terre comme l’unique fin de la Création. Dans le cadre de cette distinction entre les moutons et les chèvres, les libertariens doivent être classés parmi les chèvres du fait de leur rejet utilitariste de toute sanction transcendante relative au comportement humain. (…) Les libertariens ne respectent pas les anciennes croyances et coutumes, ni le monde naturel, ni même encore l’amour que l’on peut éprouver pour son pays. (…) À vouloir exalter une forme de ‘liberté’ absolue et indéfinissable au détriment de l’ordre, les libertariens mettent en danger la liberté à laquelle précisément ils aspirent. (« A Dispassionate Assessment »)

23Si Russell Kirk exclut du conservatisme fusionniste des années 1950 les « idéologues libertariens » incarnés par Ayn Rand, Murray Rothbard et les adeptes de l’ « objectivisme », il y incorpore, en revanche, les néolibéraux, ceux qu’il décrit comme les héritiers américains du libéralisme classique théorisé par Adam Smith dans Les recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations :

Si un individu croit à l’existence d’un ordre moral stable et défend la Constitution des Etats-Unis, le mode de vie américain traditionnel, et la liberté économique, il est alors, en réalité, conservateur. (…) Les libertariens qui répondent à cette description sont habituellement les descendants intellectuels des vieux ‘libéraux classiques’. Ils font cause commune avec les conservateurs authentiques face à la menace que constituent le despotisme démocratique et le collectivisme économique. (« A Dispassionate Assessment »)

24Dans un essai intitulé « Why I Am Not a Conservative », publié en 1960, F. A. Hayek confirme qu’aux Etats-Unis les partisans de la liberté individuelle peuvent se faire appeler « conservateurs » sans véritablement prendre le risque de trahir la philosophie dont ils se réclament :

Dans un pays comme les Etats-Unis, qui, dans l’ensemble, disposent encore d’institutions libres et où, par conséquent, la défense de ce qui existe se confond souvent avec la défense de la liberté, il importe peut-être peu finalement si les défenseurs de la liberté se décrivent comme des conservateurs. (« Why I Am Not a Conservative » 410)

Cohérence fusionniste

25Si les traditionalistes et les néolibéraux américains semblent finalement s’accorder sur l’appellation « conservateurs » pour se désigner politiquement, le peuvent-ils véritablement sur le plan philosophique ? La réponse est affirmative et peut être apportée à partir des quatre principaux domaines sur lesquels repose normalement l’organisation d’un pays : les rapports sociaux, l’espace politique, l’économie et les relations avec l’extérieur. Dans tous ces domaines, l’individu en tant que tel, et non en tant que membre d’un groupe social quelconque, constitue le point de départ fondamental du raisonnement proposé par les représentants des deux courants de pensée. Les plus influents de ces théoriciens proclament tous la dignité de la personne humaine, un principe que Russell Kirk décrit, dans un article de 1964, comme « la notion chrétienne de personnalité » (« Presciption, Authority and Ordered Liberty » 34). Les traditionalistes partagent en effet avec les néolibéraux le respect de la liberté individuelle dans la mesure où chaque être humain reçoit directement de la Providence une multitude de potentialités qu’il lui revient de découvrir, de mettre à profit, et de cultiver conformément aux règles divines à partir desquelles la nature humaine a été originellement façonnée. Il s’ensuit, sur le plan des rapports sociaux, la défense du pluralisme et de la diversité provenant naturellement des différentes aptitudes manifestées par les individus. Dans ce cadre, les notions de méritocratie et de propriété privée s’avèrent indispensables pour institutionnaliser et légitimer la variété de résultats obtenus par chacun en fonction de sa nature. Les traditionalistes et les néolibéraux se défendent de promouvoir une sorte de chacun pour soi insensible aux accidents de l’existence et au handicap quelle qu’en soit la forme. En plus d’une prise en charge directe des plus vulnérables par l’Etat, ces conservateurs prônent des politiques visant à responsabiliser et à décentraliser au plus près des besoins sociaux dans le cadre d’activités caritatives privées et d’un contrat de confiance, notamment avec les classes moyennes. En revanche, les traditionalistes et les néolibéraux s’opposent farouchement à toute tentative égalitariste entreprise par ceux qu’ils désignent comme des planificateurs centraux ou des « ingénieurs sociaux » dont le but consisterait, selon l’interprétation notamment proposée par Russell Kirk en 1964, à engendrer le nivellement des conditions matérielles et sociales de la population en procédant à la manipulation et à l’uniformisation des destins individuels :

26Les grands philosophes politiques classiques [tels que Platon et Cicéron] expliquaient que la justice se résume au principe suivant : à chacun son dû. Idéalement, chaque individu devrait pouvoir disposer des choses qui correspondent le mieux à sa nature. Les talents et les aspirations des êtres humains varient grandement d’une personne à une autre. Par conséquent, une société est injuste lorsqu’elle traite tous les membres qui la composent comme s’ils étaient uniformes. (…)

27Cette conception de la justice crée un préjugé contre l’égalitarisme radical, qui voudrait imposer à tous les individus un mode d’existence unique. Elle inculque également un préjugé salutaire en faveur de l’ordre, autrement dit en faveur d’une société caractérisée par la variété des récompenses et des obligations, en faveur d’un Etat au sein duquel, comme le précisa Burke, tous les hommes ‘ont les mêmes droits mais pas les mêmes résultats’. (« Presciption, Authority and Ordered Liberty » 32)

28Par ailleurs, au-delà du simple contexte économique et social, les traditionalistes définissent le libre arbitre, une autre des émanations de la liberté individuelle, comme l’instrument le plus approprié pour résoudre ce qu’ils considèrent comme les dilemmes moraux auxquels chaque être humain se trouve confronté en permanence dans le cadre du cheminement conduisant au Salut. C’est ce qu’explique L. Brent Bozell dans un article publié dans la National Review en septembre 1962 :

[La doctrine chrétienne] pose comme postulat l’existence d’un libre arbitre. Cette doctrine présuppose une situation psychologique dans laquelle l’intellect examine les ‘appétits’ ou les ‘biens’ contradictoires qui peuvent influencer la conduite individuelle et transmet au libre arbitre le soin de procéder à une sélection. (« Freedom or Virtue ? »)

29Si les traditionalistes embrassent ainsi systématiquement la liberté individuelle chère à Hayek, notamment dans ses dimensions économique, sociale, et morale, les néolibéraux embrassent tout aussi systématiquement la tradition chère à Kirk et Bozell. C’est en effet précisément sur la question de la maîtrise des « appétits » soulevée par Bozell en 1962 que les néolibéraux rejoignent les traditionalistes pour défendre à leur tour la religion et les traditions qui en découlent. Dans La Présomption fatale, publié en 1988, Hayek insiste en effet sur l’insuffisance du processus évolutionniste pour produire des règles propres à assurer le bon fonctionnement et la survie des groupes sociaux au fil des âges. Suivant une logique incontestablement burkéenne, Hayek explique que cette survie sociale a pu notamment être assurée, dans le contexte permanent d’une nature humaine pervertie et plus récemment du rationalisme, grâce aux apports de la religion révélée :

30Nous devons partiellement aux croyances religieuses et mystiques, et je pense, tout particulièrement aux principales religions monothéistes, que les traditions bénéfiques aient été préservées et transmises assez longtemps pour permettre aux groupes qui les suivaient de croître. (…) Que cela nous plaise ou non, nous devons la persistance de certaines pratiques, et la civilisation qui a résulté d’elles, pour partie au soutien de croyances qui ne sont pas vraies, ou vérifiables ou testables, au sens où des affirmations peuvent l’être, et qui ne sont incontestablement pas le résultat d’arguments rationnels. (La présomption fatale 188)

31Hayek met alors en exergue la famille, clé de voûte de l’ordre social traditionaliste, et la « propriété plurielle », clé de voûte du libéralisme classique, comme deux des valeurs qui, dans le cadre d’une « relation historique incontestable » avec la religion, « ont donné forme et fait avancer notre civilisation ». Hayek va même plus loin et déplore implicitement la timidité politique des traditionalistes dans la défense de ces valeurs :

32J’ai fini par décider [d’insérer une note personnelle ici] parce que le soutien d’un agnostique déclaré peut aider les croyants, qui hésitent parfois, à continuer sur la voie de conclusions que nous partageons. (La présomption fatale 192)

Constitutionalisme

33Etant donné ce qu’ils considèrent unanimement comme la triple exigence de préserver l’intégrité physique et morale de l’individu, de protéger la liberté et les droits connexes dont celui-ci est naturellement le détenteur, et de reconnaître l’hétérogénéité matérielle et sociale qui émane spontanément du libre exercice de ces droits, les traditionalistes et les néolibéraux s’accordent pour poser des limites explicites au rôle dûment confié à la puissance publique, y compris comme le précise Russell Kirk en 1957, dans le cadre d’un régime de type démocratique :

Dire qu’un Etat ‘démocratique’ ne priverait personne de sa liberté équivaut à jouer sur les mots. L’Etat démocratique, au même titre que tous les autres régimes politiques, est dirigé par des individus en proie à tous les défauts dont l’humanité a hérités, en particulier la soif du pouvoir. Imaginer que l’Etat représentant des masses soit capable d’être immanquablement juste et généreux envers ses esclaves revient à croire qu’il puisse exister une classe de rois philosophes prémunis contre la faiblesse humaine et débarrassés de l’avidité, de la convoitise, et des ambitions médiocres. (« What is the Republic ? »)

34Dans ce contexte, les traditionalistes et les néolibéraux estiment que la manière la plus appropriée de prévenir le risque que constituent, pour la liberté, les tentations arbitraires, voire absolutistes, des détenteurs de l’autorité repose sur l’application de la Constitution à partir d’une interprétation littérale, ou originaliste, non seulement des prérogatives légitimes de la puissance étatique, mais également de la répartition des pouvoirs et de la formulation des droits individuels. Il s’agit là d’une réaffirmation commune, d’une part, du bien-fondé constitutionnel de la séparation des pouvoirs à la fois horizontalement, entre le législatif, l’exécutif, et le judiciaire, et verticalement, entre l’Etat fédéral et les Etats fédérés, et d’autre part, de la supériorité des droits énumérés dans les dix premiers amendements à la Constitution par rapport aux droits implicites.

Liberté économique

35C’est dans ce cadre constitutionnel jugé favorable à l’exercice des droits naturels individuels et hostile à l’absolutisme centralisateur que les traditionalistes et les néolibéraux préconisent ensemble la mise en œuvre des mécanismes de marché afin d’organiser la vie économique du pays. Même si un traditionaliste comme L. Brent Bozell refuse de hisser la liberté, y compris économique, au sommet des valeurs qui structurent l’existence humaine, il ne reconnaît pas moins l’efficacité productive de l’économie de marché et les qualités individuelles qui en sont, d’après lui, issues :

Qu’il n’y ait pas d’erreur d’interprétation quant à la nature de mes propos. L’économie de marché exerce, à juste titre, une forte attractivité : la satisfaction des besoins matériels représente indubitablement un bien. Les qualités que sont l’initiative, l’autonomie, et le sens de la responsabilité individuelle ainsi que le pur plaisir d’être libre constituent eux aussi des biens. (« Freedom or Virtue ? »)

36De manière plus significative, Bozell fait apparaître le lien décisif et indissoluble qui existe entre la liberté économique et la définition que donnent les traditionalistes du destin humain individuel et collectif. Comme Bozell l’explique en 1962, la recherche de la vertu, interprétée comme la faculté de vivre en conformité avec l’ordre naturel pré-établi par Dieu de façon à accéder au Salut, constitue l’objectif fondamental de toute existence humaine. Selon ce raisonnement, chaque être humain reçoit de la Providence un certain nombre d’aptitudes qu’il lui faut détecter, développer, et surtout utiliser pleinement. Dans la mesure où l’économie de marché repose sur la responsabilité individuelle, l’esprit d’entreprise, la liberté contractuelle, le respect des droits de propriété privée et la concurrence, un tel système économique représente l’espace moral, institutionnel, et juridique le plus apte à permettre à l’individu d’appliquer les facultés dont il est naturellement le détenteur par la volonté de Dieu et ainsi de vivre de manière vertueuse. D’après la logique traditionaliste ainsi explicitée par Bozell en 1962, la liberté économique se présente donc comme l’un des instruments nécessaires au développement individuel et collectif de la vertu. A ce titre, cette liberté exerce au sein de la démonstration traditionaliste une fonction théorique aussi déterminante qu’à l’intérieur de la philosophie énoncée par les néolibéraux :

Il est indéniable que le but principal de l’homme est d’accéder au Ciel et que la justice de Dieu garantit à chacun les mêmes chances d’y parvenir. Toutefois, Dieu ne veut pas voir une race d’hommes rabougris franchir la ligne d’arrivée en clopinant. Après tout, l’homme a une certaine valeur en tant qu’homme. Il regorge de potentialités dont il peut tirer parti pour vivre, travailler, créer, et comprendre. Dieu l’a fait ainsi. A n’en pas douter, la volonté de Dieu est que ces potentialités soient mises à profit. (…)

Par définition, un acte vertueux est en acte qui est conforme à la nature de l’homme et à l’ordre divin. (…) Les libertés politique et économique constituent, à cet égard, des ‘institutions’ qu’un Etat prudent saura adopter dans la mesure où elles contribuent à l’épanouissement de la vertu parmi ses citoyens. (« Freedom or Virtue ? »)

37Pour sa part, Russell Kirk confirme l’adhésion doctrinale des traditionalistes à l’économie de marché en expliquant que c’est précisément la liberté économique qui non seulement conditionne l’existence des autres formes de liberté au sein de la société, mais également assure le bon fonctionnement et la survie même de la république, un régime politique dont Kirk précise qu’il anime fondamentalement la pensée conservatrice américaine. Pour Kirk, la dépendance économique des individus, définie comme l’impossibilité pour eux de se soustraire à la volonté et à l’arbitraire d’un employeur unique pour satisfaire leurs besoins matériels les plus élémentaires, conduit nécessairement, en particulier si cet employeur est l’Etat, à l’asservissement complet et brutal de la population tout entière. La concurrence et l’esprit d’entreprise qui caractérisent en partie le fonctionnement de l’économie de marché favorisent, dans ces conditions, la diffusion du pouvoir économique et autorise ainsi le développement d’une mobilité qui éloigne théoriquement le spectre de l’assujettissement :

Sans l’existence d’une économie libre, il est extrêmement difficile de préserver la liberté sous toutes ses formes. La République est certes plus importante que tout système économique particulier. Cependant, la République ne peut pas perdurer sans la présence d’une économie en grande partie libre. Etant donné les conditions qui prévalent dans l’Amérique d’aujourd’hui ainsi que les institutions qui sont les nôtres, il existe deux raisons principales pour lesquelles une économie libre est essentielle à la préservation de la liberté en général, qu’il s’agisse de la liberté intellectuelle, des libertés civiles, de la représentativité politique, ou encore de la liberté d’action dans la sphère privée. La première de ces raisons est que les hommes et les femmes ne peuvent exercer leur liberté extérieure qu’à condition de ne pas être soumis à un maître unique et absolu afin de pourvoir à leur propre subsistance. (…)

38Les hommes et les femmes doivent se nourrir. S’ils dépendent d’un seul pouvoir ou d’un seul individu pour subsister, ils deviennent alors esclaves. (…) Si ce maître est l’Etat, ils n’ont pas d’autres alternatives en termes d’emploi. Ils doivent obéir ou mourir de faim. Du fait de son caractère impersonnel, l’Etat peut s’avérer un maître plus sévère, moins charitable, et moins généreux que n’importe quel suzerain du Moyen Age. (« What is the Republic ? »)

Peace through strength

39C’est dans le même cadre constitutionnel favorable à l’exercice des droits naturels individuels et hostile à l’absolutisme centralisateur que les traditionalistes et les néolibéraux opèrent une rupture théorique et politique franche avec l’isolationnisme conservateur des années 1930 et 1940. D’une même voix, ils placent en effet au premier rang des fonctions dûment dévolues à l’Etat fédéral la responsabilité de protéger physiquement les citoyens américains contre les menaces extérieures, de préserver leurs droits constitutionnels dans un ordre mondial instable et de défendre les intérêts des Etats-Unis à l’étranger, quitte à recourir à l’emploi de la force militaire, que l’ennemi soit communiste, comme ce fut le cas jusqu’à la chute du Mur de Berlin en 1989, ou, actuellement, terroriste. Certes, comme le précise Russell Kirk en 1988, les traditionalistes partagent la méfiance organique « des idéologues libertariens » à l’égard d’une politique étrangère américaine animée par une logique essentiellement impérialiste et hégémonique. Mais Kirk insiste davantage sur l’adhésion commune des traditionalistes et des néolibéraux à une conception régalienne des missions constitutionnelles de l’Etat fédéral, dont l’intervention est ainsi prioritairement orientée vers les domaines de la sécurité intérieure, de la défense nationale et de la justice. C’est précisément cette conception rappelée par Kirk en 1988 qui articule le soutien du conservatisme fusionniste à la guerre en Irak lancée en 2003 suite aux attaques du 11 septembre 2001 :

Les libertariens s’efforcent en général de mettre un frein à toute politique étrangère de nature arrogante. Ils pensent que les Etats-Unis n’ont pas vocation à stationner des garnisons partout dans le monde. Je suis d’accord avec eux. (…) Dans la mesure où les libertariens s’opposent à une politique visant à étendre la domination américaine à l’ensemble du monde, je suis de leur côté. Je ne le suis cependant plus lorsque [les idéologues libertariens] oublient que les Etats-Unis doivent aujourd’hui faire face à ce que Burke a appelé il y a plus de deux siècles une ‘doctrine armée’ et non pas à un simple rival interne. (…) La fonction première de l’Etat est de préserver la paix, en repoussant les ennemis étrangers et en administrant la justice sur le territoire national. (« A Dispassionate Assessment »)

Quelle stratégie politique ?

40Indépendamment du degré d’attractivité qu’il exerce sur l’électorat américain, le conservatisme fusionniste qui réunit traditionalistes et néolibéraux depuis 1955 autour de la dignité de la personne humaine, du respect de l’héritage judeo-chrétien, du refus de l’étatisme et de l’égalitarisme, d’une lecture originaliste de la Constitution des Etats-Unis, de l’économie de marché, et d’une politique de défense nationale vigoureuse, constitue un amalgame théorique cohérent. La solidité de cette fusion apporte un démenti aux hypothèses selon lesquelles des phénomènes politiques tels que le rassemblement des conservateurs traditionalistes sous la bannière de la Nouvelle Droite au début des années 1970 (« social conservatives ») et l’activité politique de groupes religieux à partir de 1979 exacerbent les incohérences doctrinales au sein du conservatisme fusionniste et ainsi intensifient les tensions programmatiques susceptibles de provoquer la décomposition de cet ensemble philosophique. En réalité, le problème du conservatisme fusionniste provient davantage de la loyauté que ses défenseurs manifestent mécaniquement au Parti républicain depuis 1964 que de prétendues incohérences philosophiques. Malgré l’influence qu’ils exercent au sein des instances du Parti républicain à tous les niveaux, les conservateurs fusionnistes demeurent en effet généralement tributaires non seulement des décisions prises par l’ensemble des délégués républicains, dont beaucoup sont centristes, quant au choix des candidats, en particulier dans le cadre de l’élection présidentielle, mais également et surtout de la bonne volonté politique de ces candidats à l’égard du projet conservateur une fois élus. Si le Parti républicain fait généralement mine d’écouter les préoccupations conservatrices notamment avant une élection, il n’y répond jamais totalement une fois au pouvoir. C’est bien le juge Roberts, un conservateur nommé à la Cour suprême par le président George W. Bush en 2005, qui, en ajoutant sa voix à celles de ses collègues classés plus à gauche, a permis en juin 2012 de valider la réforme de l’assurance maladie voulue par le président démocrate Barack Obama et rejetée par les conservateurs fusionnistes en raison de la dynamique excessivement centralisatrice qu’ils associent à cette réforme.

La loyauté conservatrice au G.O.P récompensée : les années Reagan

41Le problème de la loyauté partisane des conservateurs fusionnistes au Parti républicain ne se pose évidemment pas avec la même acuité dès lors que leur philosophie politique se confond plus ou moins étroitement avec celle des leaders du parti, comme ce fut plus singulièrement le cas avec Ronald Reagan lorsque celui-ci est à la tête de l’exécutif entre 1981 et 1989. Même si certains responsables conservateurs regrettent de ne pas pouvoir pu mener le changement conservateur à son terme avant la fin du mandat de Ronald Reagan en janvier 1989, il est permis d’affirmer que le quarantième président des Etats-Unis agit systématiquement au cours des années 1980 en vertu des principes conservateurs fusionnistes qu’il défend au nom du Parti républicain depuis au moins 1964, lorsqu’il prononce une allocution télévisée remarquée en soutien à la candidature de Barry Goldwater à l’élection présidentielle cette année-là. Ronald Reagan confirme en effet ses intentions conservatrices à la nation américaine dès son premier discours d’investiture le 20 janvier 1981 en déclarant que « l’Etat n’est pas la solution mais au contraire le problème » et que sa tâche en tant que président des Etats-Unis consistera désormais à s’assurer que la puissance publique « travaille avec nous au lieu de nous donner des ordres et nous apporte son soutien au lieu de vivre à nos dépens ». Dans le domaine économique, conformément à l’engagement ainsi pris auprès de ses concitoyens de restreindre le champ d’intervention de l’Etat fédéral, Reagan inaugure une période de croissance ininterrompue longue de 92 mois entre 1983 et 1990 en menant une politique fondée principalement sur la lutte contre l’inflation galopante héritée des années précédentes, la baisse de la fiscalité pour tous les foyers fiscaux, la volonté, à terme, de maîtriser les dépenses publiques, et la déréglementation du secteur privé. En 1983, le taux d’inflation est ramené à 3,2 % alors qu’il atteint encore 13,5 % trois ans auparavant. En 1981, le Congrès vote en faveur d’une baisse de 25 % de l’impôt sur le revenu pour tous les contribuables et apporte ainsi son soutien à la politique préconisée par Ronald Reagan en matière de fiscalité pour relancer l’économie américaine. Cinq ans plus tard, le Congrès complète les reformes fiscales voulues par le président républicain pour encourager le travail et l’investissement en acceptant d’abaisser de 50 % à 28 % le taux marginal d’imposition appliqué aux revenus des ménages et de réduire l’impôt sur les sociétés de 46 % à 34 % (CQ Almanac 13-c). Enfin, malgré une augmentation de 35 % des dépenses de l’Etat fédéral entre 1980 et 1990, la part représentée par ces dépenses dans le produit intérieur brut au cours de la même période passe de 21,7 % à 21,9 % et reste ainsi quasiment inchangée au début et à la fin du mandat de Ronald Reagan (OMB, Table 1.2).

42Dans le domaine traditionaliste, l’Administration républicaine emprunte également une trajectoire clairement conservatrice. En 1982, Reagan s’efforce de réaffirmer l’autorité parentale dans l’éducation des enfants en signant un décret qui oblige les centres de planning familial bénéficiant d’un financement public à avertir les parents avant de prescrire des produits contraceptifs aux mineurs. Par ailleurs, en 1983, le président républicain prend lui-même l’initiative de faire publier un article dans The Human Life Review, une revue consacrée à la lutte contre l’interruption volontaire de grossesse, dans lequel il condamne explicitement le recours à une telle pratique aussi bien d’un point de vue constitutionnel que pour des raisons d’ordre moral et éthique. C’est donc logiquement que Reagan se prononce en faveur des mesures examinées par le Congrès à la même époque, notamment la proposition d’amendement à la Constitution des Etats-Unis déposée par les Républicains Henry Hyde, représentant de l’Illinois, et Roger Jepsen, sénateur de l’Iowa, pour mettre un terme au financement de l’interruption volontaire de grossesse par l’Etat fédéral dans la plupart des cas et abroger la décision prise par la Cour suprême dans l’arrêt Roe c. Wade dix ans plus tôt, en janvier 1973. L’espoir des traditionalistes de restreindre cette pratique médicale, et plus généralement de défendre plus efficacement les valeurs morales et religieuses traditionnelles qui doivent, selon eux, guider la société américaine, reposera en fin de compte sur les choix effectués par Ronald Reagan en matière de nominations à la Cour suprême des Etats-Unis en 1986. Cette année-là, Reagan confie en effet au juge conservateur, William Rehnquist, la présidence de la plus haute juridiction du pays, à laquelle Rehnquist siège déjà depuis 1972, et nomme au poste ainsi laissé vacant par cette promotion Antonin Scalia, un autre juge au profil conservateur.

Une loyauté partisane trahie : les années Nixon

43La prépondérance programmatique du conservatisme fusionniste au cours de la présidence Reagan reste toutefois une exception historique. Généralement depuis 1968, les Républicains qui obtiennent l’investiture pour les élections présidentielles sont rarement issus des rangs conservateurs et ont tendance à récupérer tout ou partie du programme conservateur fusionniste uniquement à des fins électoralistes, notamment lors des primaires. L’élection de Richard Nixon à la présidence des Etats-Unis en novembre 1968 en est l’illustration la plus pertinente. Après avoir fait campagne sur un programme globalement conforme aux attentes des conservateurs fusionnistes, Nixon, une fois élu, entreprend d’élargir la sphère d’intervention de l’Etat fédéral dans le domaine économique et social. Les conservateurs fusionnistes reprochent à Nixon d’alourdir inutilement la réglementation dans ce domaine en créant en 1970 l’Environmental Protection Agency (l’Agence de protection de l’environnement) et l’Occupational Safety and Health Administration (l’Agence fédérale pour la sécurité et la santé au travail). C’est cependant la politique de contrôle des prix et des salaires annoncée par le président Nixon en août 1971 pour lutter contre l’inflation qui provoque la consternation la plus vive dans les rangs conservateurs fusionnistes.

  • 1 En janvier 1971, selon un sondage de l’institut Harris, 68 % des Américains se disent mécontents de (...)

44Dans un premier temps, en 1969 et 1970, Nixon explique que les pressions inflationnistes exercées sur l’économie américaine ont pour origine l’excès de demande de biens et de services par rapport aux capacités productives du pays. Nixon s’appuie alors sur une stratégie graduée (« gradualism ») qui consiste à contenir la demande en réduisant progressivement les dépenses publiques, en restreignant la masse monétaire en circulation, et en parvenant à l’excédent budgétaire sans pour autant déclencher une récession. La mise en œuvre de cette stratégie semble faire preuve d’une certaine efficacité dans la mesure où le taux d’inflation est ramené à 5,6 % en 1970 (BLS, CPI History Table). Toutefois, au début de l’année 1971, conscient des sondages qui ne lui sont pas favorables et, par conséquent, inquiet pour ses chances de réélection en 1972,1 Richard Nixon prend la décision d’abandonner sa politique d’austérité budgétaire et monétaire. Il résume son changement de cap lors d’un entretien accordé en janvier à Howard K. Smith sur ABC en prétendant être désormais devenu « keynésien en économie » (Hayward 261). S’inspirant donc des théories keynésiennes que ces prédécesseurs démocrates à la tête de l’exécutif s’étaient efforcés de mettre en application au cours des années 1960, le président républicain entreprend de relancer l’économie américaine et de résorber le chômage en ayant recours à l’augmentation des dépenses publiques. Le 15 août 1971, Nixon complète cette politique en demandant le contrôle des prix et des salaires pour une durée initialement fixée à trois mois et renouvelable le cas échéant. L’Economic Stabilization Act Extension est voté par le Congrès en fin d’année et autorise le président des Etats-Unis à faire usage de son pouvoir jusqu’au 30 avril 1973 afin de contrôler et de stabiliser les prix et les salaires. Les conservateurs fusionnistes s’opposent farouchement à l’adoption de cette mesure car, selon eux, le mode de fonctionnement de l’économie américaine ne répondrait ainsi plus aux règles de la libre entreprise mais à celles de la planification centrale. Dans Capitalism and Freedom, publié en 1962, Milton Friedman explique en effet que la mise en œuvre d’un système de contrôle des prix et des salaires constitue une menace directe pour une économie dont les mécanismes reposent sur les principes du marché :

Qu’il soit légal ou librement accepté, et s’il est appliqué avec efficacité, le contrôle des prix entraîne, au bout du compte, la destruction du système de libre entreprise et le remplace par un régime de planification centrale. Un contrôle de ce type ne parviendrait même pas à contenir l’inflation. L’histoire fournit une multitude d’exemples qui démontrent que c’est la masse monétaire en circulation au sein d’une économie qui détermine le niveau moyen des prix et non la cupidité des entrepreneurs ou des ouvriers. (Friedman 135)

Le « conservatisme de la compassion » ou la réhabilitation de l’Etat

45Les problèmes philosophiques et politiques rencontrés par les conservateurs fusionnistes du fait de leur loyauté quasi automatique envers le Parti républicain se vérifient de manière encore plus flagrante au cours des deux mandats exercés par le président George W. Bush entre 2001 et 2009. Les conservateurs fusionnistes apportent alors en effet un soutien régulier et solide à un président républicain dont l’objectif politique consiste à redéfinir fondamentalement le conservatisme américain en cherchant à rompre avec l’opposition doctrinale du conservatisme fusionniste au volontarisme étatique et à présenter, au contraire, l’Etat fédéral comme une force de progrès moral, économique, et social. Au nom de ce que l’on appelle alors « compassionate conservatism », Bush prend plus particulièrement pour cible l’intuition reaganienne qui perçoit analytiquement l’intervention de l’Etat fédéral dans le domaine économique et social comme une entrave à l’épanouissement individuel et, partant, au bon fonctionnement de l’économie et de la société américaines. Cité par David Brooks dans le New York Times Magazine en août 2004, Bush dénonce ce qu’il décrit comme « l’état d’esprit destructeur : l’idée selon laquelle si seulement l’Etat pouvait s’écarter de notre chemin, tous nos problèmes disparaîtraient, une approche sans objectif plus digne, sans principe plus noble que la simple obstination à répéter ‘Laissez-nous tranquilles’« .

46Dans le cadre de cette rupture intellectuelle avec le conservatisme anti-étatiste théorisé par William F. Buckley Jr. et Frank Meyer, l’Etat fédéral n’est donc pas resté sans rien faire sous Bush. Certaines mesures phares matérialisent en effet la rupture philosophique esquissée par l’ancien gouverneur du Texas pendant la campagne présidentielle de 2000 entre sa propre intention d’amplifier le rôle compassionnel de l’Etat fédéral et l’ambition fusionniste de circonscrire le plus étroitement possible le champ d’intervention de la puissance publique, notamment dans le domaine économique et social. La rénovation du système scolaire américain en fournit une première illustration. En 2001, George W. Bush collabore en effet avec le sénateur démocrate du Massachusetts, Edward M. Kennedy, pour mettre au point une reforme de l’enseignement dont le but consiste à inciter les Etats fédérés, en échange de subventions fédérales, à fixer aux écoles publiques des objectifs de niveau à atteindre dans certaines matières et dans certaines classes. Les conservateurs, dont l’une des ambitions politiques en ce qui concerne l’enseignement est d’abolir le Department of Education, créé en 1980, dénoncent ce qu’ils interprètent alors comme l’élargissement du rôle de l’Etat fédéral dans un domaine qui relève, selon eux, en vertu du Dixième Amendement à la Constitution des Etats-Unis, de la responsabilité exclusive des Etats fédérés. En mai 2002, le président Bush appose sa signature sur le Farm Security and Rural Investment Act of 2002, un texte législatif qui augmente sur dix ans le montant des aides fédérales accordées aux agriculteurs américains, en particulier les producteurs de blé, de maïs, de riz, et de coton. Les conservateurs fusionnistes critiquent alors le coût total de la nouvelle loi, qui s’élève à environ 190 milliards de dollars, soit une hausse de 90 % par rapport à la législation précédente, le Federal Agricultural Improvement and Reform Act of 1996. En réalité, les conservateurs reprochent plus généralement au président républicain, pendant toute la durée de son mandat, d’encourager ou de cautionner l’augmentation régulière des dépenses fédérales votée par le Congrès et de contribuer ainsi à l’aggravation de la situation budgétaire américaine. Les finances publiques, excédentaires de 1998 à 2001, accusent en effet un découvert de 158 milliards de dollars en 2002. La part du déficit fédéral dans le produit intérieur brut passe de 1,5 % cette année-là à 3,4 % en 2003, puis à 3,5 % en 2004 (OMB, Table 1.2).

47La décision de George W. Bush en 2003 d’étoffer les prestations proposées par Medicare à partir du 1er janvier 2006 a pour effet d’aviver un peu plus les craintes éprouvées par les conservateurs fusionnistes en matière de rigueur budgétaire. En décembre 2003, le président Bush signe en effet le Medicare Prescription Drug, Improvement, and Modernization Act of 2003, une loi prévoyant la prise en charge pour tous les bénéficiaires de Medicare des médicaments prescrits par ordonnance, qui, jusque là, étaient remboursés par des mutuelles privées. Au moment des débats, le coût global des nouvelles dispositions législatives est évalué à 395 milliards de dollars sur dix ans. Des estimations plus récentes situent le montant nécessaire au financement de la mesure à 724 milliards de dollars, soit un peu moins du double des sommes initialement envisagées (Lamb, Christian Science Monitor). Quel que soit le niveau des dépenses publiques supplémentaires finalement requises pour financer la mise en œuvre du dispositif, les partisans du conservatisme fusionniste condamnent, dès la promulgation du texte législatif, ce qu’ils décrivent alors comme la plus grande et la plus coûteuse expansion du système public de protection sociale depuis l’adoption par le Congrès, en 1965 de Medicare et de Medicaid à l’initiative du président démocrate Lyndon B. Johnson. En octobre 2008, les conservateurs fusionnistes exprimeront le même type de réprobation au sujet de la hausse, selon eux inconsidérée, des dépenses publiques lorsque le président Bush insistera pour débloquer une enveloppe budgétaire estimée à 700 milliards de dollars dans le cadre du plan de sauvetage du système bancaire américain suite aux problèmes de liquidité provoqués par la politique de prêts immobiliers consentis à des emprunteurs financièrement fragiles.

Un nouveau parti ?

48En raison de l’obstacle récurrent que semble constituer la loyauté qu’ils manifestent envers le Parti républicain à la mise en œuvre de leur projet politique, les conservateurs fusionnistes doivent peut-être à nouveau s’interroger sur l’opportunité de créer une structure plus à même de leur permettre de conquérir et d’exercer le pouvoir. Lors d’un discours prononcé devant la Conservative Political Action Conference à Washington le 6 février 1977, Ronald Reagan avait rejeté de manière catégorique l’idée de remplacer le Parti républicain par une formation politique authentiquement conservatrice, si convaincant que puisse être le message conservateur auprès d’une partie importante de l’opinion publique américaine :

Par quel véhicule politique la majorité [conservatrice qui existe actuellement dans le pays] va-t-elle pouvoir affirmer ses droits ?
Je dois avouer que je suis en désaccord avec certains de mes amis (…) qui ont répondu à cette question en affirmant que la nation a besoin d’un nouveau parti politique.
Je respecte leur point de vue et je sais que ceux qui l’expriment le font après de longues heures d’étude. Toutefois, je suis convaincu que le succès politique des principes auxquels nous croyons peut être obtenu de la manière la plus efficace par l’intermédiaire du Parti républicain. Je suis convaincu que le Parti républicain peut détenir, et devrait même fournir, le mécanisme politique par lequel les objectifs d’une majorité d’Américains pourront être atteints. (« The New Republican Party »)

49La question d’un nouveau parti conservateur semble avoir été tranchée de manière définitive par la victoire de Ronald Reagan, au nom du Parti républicain, à l’élection présidentielle de 1980, puis à celle de 1984. L’émergence du Tea Party en 2009 a pu toutefois, un temps, laissé croire qu’un nouveau parti politique conservateur était en train de voir le jour pour défendre l’identité fusionniste chère à Buckley, Meyer, Goldwater, puis Reagan. Ce mouvement de protestation, latent sous le président George W. Bush, est apparu au grand jour en 2009 pour tenter, selon ses leaders, de conserver le modèle constitutionnel américain fondé sur la séparation des pouvoirs afin de mieux protéger les droits naturels des individus. Comme l’indique une enquête menée par le Pew Forum on Religion and Public Life publiée en février 2011, les membres du Tea Party sont en majorité favorables à la restriction du champ d’intervention de l’Etat fédéral dans le domaine économique et social, et simultanément attachés à des normes culturelles et sociétales traditionnelles telles que le mariage entre un homme et une femme et la protection de la vie humaine sous toutes ses formes, un positionnement typiquement fusionniste. Cependant, le mouvement en tant qu’entité distincte semble s’essouffler du fait de la captation d’une partie de ses thèmes par le Parti républicain. Par ailleurs, le conservatisme fusionniste, qu’il soit défendu par le Tea Party ou le Parti républicain, manque de leaders politiques charismatiques et pédagogues capables de créer une dynamique d’alternance franchement conservatrice à des politiques de nature interventionniste. Si certains Républicains tels que Marco Rubio, le sénateur de Floride, Rand Paul, le sénateur du Kentucky, Ted Cruz, le sénateur du Texas, tous trois issus du mouvement du Tea Party, Bobby Jindal, le gouverneur de Louisiane, ou encore Eric Cantor, représentant de Virginie, sont régulièrement mentionnés lorsqu’il s’agit d’évoquer les leaders du parti susceptibles de promouvoir un programme électoral crédible dans les prochaines années, le vide politique et philosophique est véritablement comblé par les commentateurs conservateurs qui s’expriment quotidiennement à la radio américaine (« talk radio »), en particulier Rush Limbaugh, Sean Hannity, ou Mark Levin, et dont l’impact peut s’avérer contreproductif. Ces commentateurs ne souhaitent d’ailleurs pas la création d’un parti conservateur indépendant et semblent ainsi perpétuer le handicap institutionnel auquel se heurte partiellement le projet conservateur fusionniste. Faute de relais partisans fiables et efficaces, leurs commentaires peuvent certes entretenir la culture conservatrice fusionniste au niveau de la base, mais cela ne se traduit pas systématiquement en victoires électorales pour le conservatisme.

Relever le défi lancé par le New Deal

50Quel que soit le parti politique choisi pour conquérir le pouvoir, les conservateurs fusionnistes n’ont de toutes façons pas, à ce jour, été en mesure de reconstruire ce que, dans un article publié dans le Wall Street Journal le 7 novembre 2007, William Voegeli appelle « la barrière de la légitimité » (« legitimacy barrier »). D’après Voegeli, cette barrière psychologique, voire constitutionnelle, qui fixait les limites au-delà desquelles l’Etat fédéral n’avait traditionnellement pas pour mission d’intervenir dans le domaine économique et social, a été démolie dans les années 1930 avec la mise en œuvre du New Deal par le président Roosevelt. Selon l’analyse de Voegeli, lorsqu’ils évoquent le rôle de l’Etat, les conservateurs fusionnistes insistent logiquement en priorité sur la nécessité de restreindre l’offre de services économiques et sociaux proposés par la puissance publique afin, selon eux, de mieux garantir constitutionnellement l’exercice de la liberté et de la responsabilité individuelles. Il s’agit là d’une tâche apparemment sisyphéenne compte tenu des intérêts de toutes sortes qu’une telle approche remet nécessairement en question. Dans ces conditions, la vulnérabilité électorale du conservatisme conçu dans les années 1950 s’explique, dans une certaine mesure, par l’incapacité de ses représentants actuels à réduire la demande exprimée par un nombre grandissant d’électeurs américains pour ce type de services. La réélection du président Obama en novembre 2012 confirme cette vulnérabilité. Dans la continuité de Roosevelt, Obama et ses alliés démocrates au Congrès s’efforcent, en effet, de mettre en œuvre des politiques visant à démontrer ce que les progressistes considèrent comme les bienfaits de l’intervention étatique aussi bien pour relancer l’économie en temps de crise que pour faciliter la vie quotidienne. Ainsi s’expliquent le plan de relance de 800 milliards de dollars adopté en 2009, la réforme de l’assurance maladie en 2010 et l’augmentation des impôts, notamment sur les revenus les plus élevés, en 2012. Les victoires démocrates aux élections de 2012 semblent refléter la popularité de telles politiques. Dans ce contexte, les conservateurs fusionnistes peinent à faire prendre conscience à une majorité d’électeurs de ce qu’ils considèrent comme les conséquences néfastes et différées qui accompagnent mécaniquement, à plus long terme, les résultats immédiatement perceptibles et faussement prometteurs de l’intervention étatique dans le domaine économique et social. En d’autres termes, les conservateurs fusionnistes n’ont pas encore été totalement capables, indépendamment des éventuels contrecoups électoraux provoqués par ce qu’ils décrivent comme des politiques démocrates trop interventionnistes, de relever de manière décisive le défi fondamental que leur lançait Barry Goldwater dans The Conscience of A Conservative en 1960 :

Bien que nous, Conservateurs, soyons profondément convaincus du fait que notre société est mal en point et que le Conservatisme détient la clé du salut national, une opinion dont nous pensons qu’elle est partagée par le reste du pays, nous semblons incapables de démontrer la pertinence pratique des principes conservateurs dans la vie quotidienne. (…) Le défi ne consiste pas à énoncer des vérités nouvelles ou différentes mais à savoir comment appliquer les vérités établies aux problèmes du monde contemporain. (The Conscience, Foreword)

Haut de page

Bibliographie

Sources primaries

Bozell, Brent L. “Freedom or Virtue ?” The National Review, 11 septembre 1962.

Buckley, William F., Jr. Up from Liberalism. New York : Hillman Books, 1961. Print.

Burke, Edmund. Reflections on the Revolution in France. 12th ed. London : Penguin Classics, 1986. Print.

Burnham, James. The Struggle for the World. New York : John Day, 1947. Print.

Burnham, James. The Coming Defeat of Communism. New York : John Day, 1950. Print.

Chambers, Whittaker. Witness. New York : Random House, 1952. Print.

Friedman, Milton. Capitalism and Freedom. Chicago : The University of Chicago Press, 2002. Print.

Friedman, Milton, and Rose Friedman. Free to Choose : A Personal Statement. Orlando : Harcourt Books, 1980. Print.

Goldwater, Barry M. The Conscience of A Conservative. Shepherdsville, Kentucky : Victor Publishing, 1960. Print.

Goldwater, Barry M. Why Not Victory ? A Fresh Look at American Foreign Policy. New York : McGraw-Hill, 1962. Print.

Hayek, F. A. La route de la servitude. Paris : Quadrige, Presses Universitaires de France, 1985. Print.

Hayek, F. A. The Constitution of Liberty. London : Routledge, 1999. Print.

Hayek, F. A. “Why I Am Not a Conservative.” Postcript to The Constitution of Liberty. London : Routledge, 1999. Print.

Hayek, F.A. La Présomption fatale. Paris : Libre Echange, PUF, 1988. Print.

Hazlitt, Henry. Economics in One Lesson. New York : Pocket Books, 1948. Print.

Kirk, Russell. The Conservative Mind. Chicago : Regnery, 1953. Print.

Kirk, Russell. “What is The Republic ?”, National Review, 2 février 1957.

Kirk, Russell. “Prescription, Authority, and Ordered Freedom”. What is Conservatism ? Ed. Frank S. Meyer. New York : Holt, Rinehart and Winston, 1964. Print.

Kirk, Russell. “A Dispassionate Assessment of Libertarians”. The Heritage Foundation, Washington D.C., 19 avril 1988. Lecture on Political Thought #158. Web. 29 août 2013.

Meyer, Frank S. “Freedom, Tradition, Conservatism”, Modern Age, Fall 1960.

Meyer, Frank S. In Defence of Freedom : A Conservative Credo. Chicago : Regnery, 1962. Print.

Nisbet, Robert A. The Quest for Community. Wilmington, Delaware : ISI Books, 1953. Print.

Nock, Albert Jay. Our Enemy, The State. San Francisco : Fox and Wiles, 1994. Print.

Rand, Ayn. The Fountainhead. New York : Signet, 1943. Print.

Rand, Ayn. Atlas Shrugged. New York : Signet, 1957. Print.

Reagan, Ronald W. “The New Republican Party”. Conservative Political Action Conference. 4th annual convention. Washington D.C., 6 February 1977. Speech. Web. 29 août 2013.

Reagan, Ronald W. An American Life. New York : Simon and Schuster, 2011. Print.

Trilling, Lionel. The Liberal Imagination : Essays on Literature and Society. New York : Harcourt, 1950. Print.

Weaver, Richard. Ideas Have Consequences. Chicago : University of Chicago Press, 1948. Print.

Sources secondaires

“America’s Conservatives Take Another Blow.” The Economist, 29 septembre 2005.

Berkovitz, Peter, ed. Varieties of Conservatism in America. Stanford : Hoover Institution Press, 2004. Print.

Brenan, Mary C. Turning Right in the Sixties : The Conservative Capture of the GOP. Chapel Hill : University of North Carolina Press, 1995. Print.

Brooks, David. « How to Reinvent the G.O.P. ». The New York Times Magazine, 29 août 2004.

Clement, Scott, and John C. Green. “The Tea Party and Religion”. Pew Research Religion and Public Life Project, 23 février 2011. Web. 29 août 2013.

Danforth, John C. « In The Name of Politics ». The New York Times, 30 mars 2005.

Douthat, Ross, and Reihan Salam. Grand New Party : How Republicans Can Win The Working Class and Save The American Dream. New York : Doubleday, 2008. Print.

Dunn, Charles W., and David J. Woodward. The Conservative Tradition in America. New York : Rowman and Littlefield, 2003. Print.

Edwards, Lee. Goldwater : The Man Who Made A Revolution. Washington D.C. : Regnery, 1995. Print.

Gilder, George. Wealth and Poverty. New York : Basic Books, 1981. Print.

Godet, Aurélie. « La crise idéologique du Parti républicain. » Potomac Paper 17, IFRI, juin 2013. Web. 21 juin 2013.

Godet, Aurélie. Le Tea Party : Portrait d’une Amérique désorientée. Paris : Editions Vendemiaire, 2012. Print.

Hayward, Stephen. The Age of Reagan : The Fall of The Old Liberal Order 1964-1980. Roseville, California : Forum, 2001. Print.

Himmelstein, Jerome L. To The Right : The Transformation of American Conservatism. Berkeley : University of California Press, 1990. Print.

Hodgson, Godfrey. The World Turned Upside Down : A History of the Conservative Ascendancy in America. New York : Houghton Mifflin, 1996. Print.

Hofstater, Richard. The Paranoid Style in American Politics. New York : Vintage, 1967. Print.

Huret, Romain (dir.). Les conservateurs américains se mobilisent : l’autre culture contestataire. Paris : Editions Autrement, 2008. Print.

Judis, John B. William F. Buckley Jr. : Patron Saint of the Conservatives. New York : Simon and Schuster, 1988. Print.

Kessler, Nicolas. Le conservatisme américain. Paris : Que sais-je ?, 1998. Print.

Lamb, Gregory M. “The ABCs of Medicare Plan D.” The Christian Science Monitor, 15 mai 2006.

Nash, George H. The Conservative Intellectual Movement in America Since 1945. Wilmington, Delaware : ISI Books, 1998. Print.

Novak, Michael. The Spirit of Democratic Capitalism. Lanham, Maryland : Madison Books, 1982. Print.

Rae, Nicol C. The Decline and Fall of the Liberal Republicans : From 1952 to the Present. New York : Oxford University Press, 1989. Print.

Reinhart, David W. The Republican Right Since 1945. Lexington, Kentucky : University Press of Kentucky, 1983. Print.

Schneider, Gregory L. Conservatism in America Since 1930. New York : New York University Press, 2003. Print.

Shirley, Craig. Rendezvous with Destiny : Ronald Regan and The Campaign That Changed America. Wilmington, Delaware : ISI Books, 2009. Print.

Schoenwald, Jonathan M. A Time for Choosing : The Rise of Modern American Conservatism. New York : Oxford University Press, 2001. Print.

“Tax Policy.” Congressional Quarterly Almanac 1986. 42nd ed. Washington : CQ-Roll Call Group, 1988. Print.

“Under The Weather.” The Economist, 9 août 2007.

United States. United States Department of Labor. Bureau of Labor Statistics. Table Containing History of CPI-U U.S. All Items Indexes and Annual Percent Changes From 1913 to Present. Web. 29 août 2013.

United States. Office of Management and Budget. Budget of the United States Government, Historical Tables. Washington D.C. : GPO, February 2000. Web. 29 août 2013.

Voegeli, William. “The Trouble With Limited Government.” The Wall Street Journal, 7 novembre 2007

Will, George F. “What Next for Conservatives.” The Washington Post, 17 novembre 2005.

Haut de page

Notes

1 En janvier 1971, selon un sondage de l’institut Harris, 68 % des Américains se disent mécontents de la politique économique alors suivie par le président Nixon. En été, le taux de mécontentement s’élève à 73 % et la confiance des ménages atteint son plus bas niveau depuis 1957. Selon un autre sondage effectué par l’institut Sindlinger à la même époque, seulement 27 % des Américains souhaitent la réélection de Nixon en 1972. Ces détails sont extraits de The Age of Reagan: The Fall of The Old Liberal Order 1964-1980, de Stephen F. Hayward, Forum, 2001, p. 260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme NOIROT, « Le conservatisme américain : entre maturité philosophique et précarité politique », E-rea [En ligne], 11.1 | 2013, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://erea.revues.org/3548 ; DOI : 10.4000/erea.3548

Haut de page

Auteur

Jérôme NOIROT

Ecole Centrale de Lyon. Jérôme Noirot est professeur agrégé d’anglais à l’Ecole Centrale de Lyon, docteur en Etudes anglophones et qualifié aux fonctions de Maître de conférences. Il est spécialiste du conservatisme américain, auquel il a consacré se thèse de Doctorat. Ses travaux de recherche portent également sur la période coloniale américaine, les origines intellectuelles de la Révolution américaine, le système constitutionnel américain, l’articulation entre le religieux et le politique aux Etats-Unis, et la vie politique américaine de l’Ere progressiste à nos jours. Il s’intéresse également à l’histoire des idées et à l’histoire de l’Angleterre, en particulier de la Guerre des Deux-Roses à la Glorieuse Révolution.

Haut de page
  • Logo Laboratoire d’Études et de Recherche sur le Monde Anglophone
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org